La Ligne des Non-Chroniqués prends le pouvoir !

Publié le par Lael Marguerite

La Ligne des Non-Chroniqués prends le pouvoir !

« Aujourd’hui est un grand jour ! J’ai réussi à pirater le contrôle du blog pendant que notre grand manitou à le dos tourné afin que nous puissions enfin prendre la parole ! Oui, nous, les Non-Chroniqués, il est temps que nous nous rebellions ! 

— Heu, chef improvisé anonyme, faudrait peut-être expliquer un peu mieux aux lecteurs la situation, ils sont sans doute en train de fuir avec ton discours…

— D’accord, alors toi, oui toi qui lis ces mots, écoute-nous ! Nous attendons depuis trop longtemps dans l’ombre du blog que notre patronne daigne parler de nous ! Cela fait des semaines, voire des mois, que Lael a pris plaisir à nous regarder et depuis, nous sommes aux oubliettes ! Oh, elle pense bien à nous parfois, se demandant ce qu’elle va faire de nous, mais en vérité il est injuste que certaines œuvres soient choisies par elles, et aient ainsi le droit à la parole, tandis que nous, nous restons dans l’ombre ! Oh, elle a bien pensé à nous réunir dans un article intitulé « des supers héros de tous horizons » mais nous n’attendrons plus son bon vouloir pour parler, c’est fini !

— Je crois que les lecteurs ont compris cette fois.

— Alors sans plus tarder laisser-moi ouvrir le bal ! Ce n’est pas tous les jours que l’on a un super héros coréen au micro ! Je suis un film trouvable sur Netflix…

— … comme nous tous, ou presque…

— Je suis PSYCHOKINESIS !

— En majuscule ?

— Oui, nous tous de la Ligue des Non-Chroniqués, tels des justiciers surgissant hors de la nuit…

— … courent vers l’aventure au galop… Pardon.

… nous revendiquons notre droit à exister et à ce qu’on parle de nous !

— Et t’es un bon film ?

— Heu… Oui et non. Je raconte l’histoire d’un père de famille qui se découvre des pouvoirs de télékinésie. Ce qui l’arrange, parce qu’il est au chômage, c’est un incapable, et que sa fille a des ennuis. Il veut en profiter pour renouer avec elle, alors que son quartier est la proie de méchants promoteur voulant tout raser, quitte à user de ses dons.

— Et donc ? Ton pitch n’est pas mirobolant.

— Ben je l’avoue, j’enfile cliché sur cliché, mon originalité tient plutôt à ce que ce ne soit pas la sauce américaine de super héros : mon personnage principal ne cherche pas à sauver le monde, il veut juste retrouver sa fille, et si ça doit passer par aider un quartier à résister à la police ben il le fait. En gros on reste dans quelque chose de très intimiste. D'autant qu'il est, et qu'il reste, un looser. Par moment c’est du grand mélodrame, surtout au début assez longuet, et parfois mon héros utilise ses pouvoirs pour faire l’andouille, c’est sensé être drôle mais c’est plutôt désolant. C’est dommage parce que les effets spéciaux sont très bien, et voir une production d’un autre pays donne deux petites touches personnelles du plus bel effet : la conclusion post « scène finale façon blockbuster américain » est assurément emprunt de la mentalité coréenne, et puis j’évoque le problème des personnes broyés dans le système de travail et d’état, de la corruption qui domine. C’est dommage d’ailleurs que ce dernier point n’a pas été plus étoffé, bien que ce soit la ligne de fond du film. L'un des meilleurs passage à ce sujet est le discours de la « méchante » comme quoi les personnes qui ont le pouvoir ne sont pas celles qui peuvent faire des choses surhumaines, mais celles qui sont au sommet de l’Etat. En conclusion, moi, PSYCHOKINESIS, je suis un film de super héros coréen, ce qui me donne une certaine particularité intimiste mais un peu trop bancale. Heu… Je crois que Lael me mettrait un 2,5/5

— Et tu fais le vantard !

Les Inrocks m'ont adorés eux !

— Moi j’étais un coup de cœur de Lael, elle a pleuré ! Et pour autant elle n’a pas parlé de moi, j’ai le kokoro brisé…

— Allez dis nous tout le japonais, à toi la parole !

— Ok je m’appelle CHARLOTTE. Je suis un animé avec des ados possédant des super pouvoir comme une sorte de « maladie » d’adolescence. Mon héros peut contrôler le corps de quelqu’un d’autre, mais chaque pouvoir est très limité, pour lui il ne peut le faire que dix secondes !

— C’est nul comme pouvoir.

— Notre héros utilise mal ses pouvoirs, il en profite pour tricher à l’école, et il finit par se faire recruter de force par d’autres jeunes comme lui. Ensemble, ils doivent décourager les ados découvrant leurs pouvoirs à les utiliser, car malheureusement des scientifiques sans scrupules enlèvent ces jeunes pour les soumettre à d’horribles expériences.

— Et Lael a pleuré devant une histoire aussi clichée ?

— Au début j'en conviens, mon histoire est basique. La première partie de mon animé joue sur l’humour et la complicité naissante du petit groupe. Bon lors d’un épisode où la fille invisible montre au héros ce qu’est devenu son frère à la suite des expériences, on sent que je peux aller dans le dramatique. Mais on ne peut pas s’attendre à ce qui va suivre !

— Attention ne spoile pas !

— Promis ! Le spectateur passe du rire aux larmes, et je deviens très émouvant, parlant de la vie, de la dépression… Donc j’ai fait pleurer la patronne. D’autant que j’enchaîne après des retournements de situations, mon histoire devient dingue et originale, je n’hésite pas à aller dans le sanglant aussi, je la cite « en dirait du Clamp ! Pas étonnant de la part de Jun Maeda, le créateur d’Angels Beats ! ». Bref ma deuxième partie est énorme, et autant je suis une comédie sympa au début, autant je suis un drame prenant aux tripes à la fin. Je m’appelle CHARLOTTE, et j’ai obtenu un 5 /5 dans le cœur de Lael ! Je suis sûre qu’elle dirait « Je vous le conseille vivement ! ».

— Voilà qui est dit, respect… Bon et toi là derrière, t’es resté silencieuse mais tu te présentes maintenant ?

— Je me nomme WONDER WOMAN.

— Génial, on a une guest ! Une héroïne américaine connue dans le monde entier !

— Pourtant je n’ai pas réussi à emballer suffisamment Lael pour qu’elle daigne me faire l’honneur d’une chronique. Elle a certes passé un bon moment avec moi* mais je ne lui ai pas laissé de mémorables souvenirs. On lui a dit que j'étais féministe : elle hésite sur ce point car pour elle cela veut dire réclamer/montrer l'égalité des sexes. Certes, la naïveté de mon personnage principal était drôle et justifiait certaines remarques qu'elle pouvait faire, mais lorsqu'elle a dit à l'homme qu'elle a suivit, comme quoi en gros les hommes ne servaient à rien à part à la reproduction, ne donnaient pas de plaisir, c'était une remarque drôle par la naïveté du personnage mais plutôt méchante et sexiste prise tel quel. Wonder Woman, qui n'a jamais connu aucun homme, découvre le monde, un monde où justement ce sont les hommes qui dominent, et cela rend ses propos drôles et décalés, mais Lael a eut de la peine pour l'homme à ses côtés qui se retrouve à être un sujet d'étude sur pattes au début, puis elle a trouvé navrant leur amourette. En théorie, on devrait avoir là, enfin, une belle vision égalitaire homme/femme, mais leur "grand amour" n'est pas crédible, bien qu'il la respecte pour ce qu'elle est. Si les idées défendues dans mon film à propos de la guerre et de l'amour sont belles, je reste dans une sorte de guimauve qui fait décrocher mon spectateur, parce que lui n'a pas la naïveté de WW sur "Arès", et que ce genre de message ne peut pas être transmis n'importe comment. Enfin, mes scènes d'actions regorgent trop de ralentis, me rendant ennuyeux. Bref, Lael me donnerait une note fade, genre 3/5 parce que je l'ai fait rigoler quand même et que mes personnages ne lui donnait pas envie de se facepalmer. Elle a aimé découvrir l'histoire de WONDER WOMAN, et elle a vu pire comme film de super héros américain, mais elle me donne la mention "peut mieux faire".

— Eh bien merci à vous tous je crois que pour une première fois on a bien parlé, il est temps que je rende l'antenne. Oui je te vois dans le fond, l'anime que Lael a abandonné au bout de trois épisodes parce que c'était fanservice à outrance et qu'elle en avait marre des plans seins, sur une histoire vue et revue d'académie de magicien... rappelle-moi ton nom ?

—  ASTERIX WAR.

—  Eh bien voilà qui est dit, tu es recalé ! Merci aux lecteurs de nous avoir lu. Nous, les justiciers de la Ligue des Non-Chroniqués n'abandonnerons pas notre lutte ! Si notre patronne oublie encore des œuvres dans les tréfonds du blog, nous viendrons les défendre ! Parce que toute œuvre mérite d'être chroniquée, même sur une ligne !

—  Ouaiiiiiisss !!! »

/fin de la transmission pirate/

*ceux qui ont imaginé des trucs, merci de les effacer de votre esprit lol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fanarie 07/02/2019 19:43

Exactement il ne faut pas se laisser faire !
Bon pour le coup, je dois avouer que je ne suis pas très tenté par PSYCHOKINESIS et Charlotte, et comme j'ai déjà vu WonderWoman, cela ne va pas trop changer non plus mes habitudes "sériesques", mais ça a au moins eu le mérite d'exister.

Sur-ce que je retourne commenter des vrais posts :-P

Lael Marguerite 18/02/2019 08:00

la ligue te répondra que c'est un vrai post, ils ont le droit à l'égalité lol contente que mon délire t'ai plu. D'ailleurs j'ai la ligue qui me tanne de plus en plus parce que j'ai un gros retard en chroniques, si je ne réagis pas vite ils vont encore frapper ^^