Mes premiers dramas historiques coréens (2/2) : Empress Ki et conclusion

Publié le par Lael Marguerite

Après un premier aperçu avec Tree with deep roots, voici un autre sageuk (=drama historique coréen) qui nous emmène cent ans avant :

Empress Ki

Mes premiers dramas historiques coréens (2/2) : Empress Ki et conclusion

51 épisodes - 2013

Yang est une jeune fille de Goryeo qui a été vendu en esclave à l'empire du Yuan (la Chine). Mais grâce au sacrifice de sa mère elle s'échappe : se faisant alors passer pour un homme sous le nom de seung-nyang, elle va tâcher de retrouver son père et de venger sa mère. Sa route va alors croiser le chemin du futur roi de Goryeo, Wang Yu, et le futur empereur chinois en visite. Ces deux hommes vont changer sa vie à jamais.

L'impératrice Ki a vraiment existé : ce drama reprend son incroyable parcours, d'esclave à impératrice. L'action se situe à partir de 1315, dans l'ancienne Goryeo (qui deviendra ensuite Joseon puis la Corée) et surtout au palais de l'empereur chinois. (D’ailleurs petite parenthèse, l'empire du Yuan a été fondée par les mongols, par le petit fils de Gengis Khan ! On a ici la fin de cet empire. J'ai découvert ça après le drama, mais dans le coup je comprends mieux certaines lubies de l'empereur et de Baekan). Bref, à cette époque Goryeo est sous la domination mongole, et le roi doit envoyer esclaves et richesses à la cour de l'empereur. Le contexte est assez explicite dans le drama mais tant qu'à faire maintenant vous savez bien de quoi il en retourne ;)

La première chose qui m'a frappé dans ce drama, c'est la qualité des costumes et des décors. C'était un pur plaisir, et lorsque certains épisodes me lassaient un peu, je pouvait toujours compter sur un véritable défilé de robes et de parures sublimes. Sur 51 épisodes l’héroïne doit bien avoir 10 tenues ! (donc forcément j'ai pensé au cosplay mais heureusement les coiffures compliqués calment mes envies XD). Côté décor, je ne sais pas où ils ont été tourner mais ils ont été courageux, presque tout le drama se passe dans un grand froid car on voit de la neige et surtout de la buée quand ils parlent, même en intérieur !

Ce sageuk nous offre, outre sa reconstitution historique de qualité, de très intenses intrigues politiques. A la cour chacun intrigue et ne pense qu'au pouvoir, et j'ai vraiment aimé suivre les ambitions des uns et des autres. C'est encore un drama avec pas mal de personnages mais il reste plus facile à suivre, car cela tourne surtout autour de cinq personnages et des autres qui les servent. Et au milieu de l'ambition des uns et des autres, il y a ce petit bout de femme qui trace son chemin, pour qui la vie est un combat de chaque instant nécessitant de tout donner, et tant pis si la fin justifie les moyens. Elle est guidée par son envie de vengeance mais surtout finalement par un simple désir de survie dans ces jeux de dupes impitoyables où un faux pas amène à la torture et la mort. Heureusement la morale est sauve cela dit, car elle finit par vouloir aider son peuple opprimé, et l'empereur et le roi sont des êtres par moment pleins de compassions.

Mais l'important reste leur survie, et pour cela mon personnage préféré est Baekan. Au début, c'est un simple général, qui se retrouve piégé par le Grand Conseiller chinois Yeon Chul, et il hésite entre suivre son obéissance pour l'empereur ou accepter le chantage et sauver sa peau (je résume). Tout le long du drama j'avais du mal à le cerner, il était assez ambigu, et assez loin en fait on comprend que ce qui motive ses gestes c'est le désir de donner du pouvoir à son clan. Lui et son neveu Taltal, conseiller militaire de génie, ont été mes personnages favoris tout du long. J'ai aimé leurs intelligences, comme celle de bien des personnages, cela rend leurs intrigues passionnantes. La plupart des personnages sont d'ailleurs très bien écrits, pleins de nuances. Par exemple l'Impératrice Douanière m'a bien eu. On voit qu'elle manipule mais on comprend vraiment son cœur à la fin et j'étais contente de m'être fait avoir par ses manipulations moi aussi (même si par moment je trouvais qu'elle en faisait trop mais c'est cohérent en fait), ça prouve la justesse de l'écriture et du jeu du personnage.

Pour finir sur les personnages (je vais pas tous les évoquer il y en a trop) juste deux mots sur le trio principal : Yang, l'empereur et le roi. Leur triangle amoureux était franchement pénible sur certains épisodes, notamment parce que j'ai pas trop adhéré à Wang Yu. C'est le roi tellement parfait qu'il n'en est pas crédible (d'ailleurs pour ce que j'ai pu comparer avec l'Histoire d'origine, il a été rajouté au scénario, résultat c'est juste un personnage-prétexte tout le long). J'ai eu du mal à suivre aussi ce qui se passait dans le cœur de l’héroïne, sans doute parce qu'elle ne le savait pas elle même. Pour le reste on à des amours relativement chastes comme je le disais dans l'intro, ça manquait quand même d'un bisou quoi - même si bien sûr y'a eu de jolis moments. Et surtout des larmes, beaucoup beaucoup de larmes, puisque comme je vous le disais c'est me semble-t-il la marque de fabrique des dramas historiques.

Il y a aussi pas mal d'action (même si ça se calme sur les deux tiers d'épisodes se passant à la cour). De ce côté là c'était bien, pas trop de fantastiques virevoltes à la chinoise, par contre c'était souvent trop rapide pour être lisible et ça donnait un effet bien brouillon. D'autant qu'il y a une certaine censure qui n'aide pas pour le réalisme et donc la compréhension de l'action. Oui parce que désolé se prendre un petit coup d'épée et mourir directement comme ça en chutant sans une goutte de sang ou un tissu déchiré, heu... Ah tient parlons-en de la violence : alors je met quand même un warning, ce drama contient beaucoup de scènes de tortures, elles ne sont jamais bien longues mais voilà je crois que presque tout les personnages y passent. Oui parce que à l'époque y'a pas d'interrogatoire tranquille, c'est la force directement "-_- Ce qui m'a le plus choqué c'est le sort d'un chef de région et de sa fille (je m'attendais à ce qu'elle soit épargné mais non) et le fait qu'ils soient innocents, parce qu'il fallait des boucs émissaires, rend ce moment particulièrement pénible. Cela dit ça montre bien la cruauté de la cour de l'époque, comme l’héroïne le dit à un moment, c'est un champ de bataille.

On en vient à ce qui fâche :

- surtout, surtout, la gestion médicale et des maternités dans la série est une catastrophe. Franchement ils m'ont achevés. D'accord, à l'époque ils ne savaient pas grand chose et pratiquaient la prise de poul pour tout diagnostiquer. Mais à ce point là, ça tient de la divination : le lendemain d'avoir fait l'amour, le médecin peut dire que la femme est enceinte, et quel est le sexe du bébé !! (D'ailleurs faudra qu'on m'explique à quel moment elle a pu faire crac-crac avec le père de Byul ça fait tellement le truc tombé du ciel !) Ce qui m'a laissé très perplexe aussi, c'est le fait qu'on peut guérir de la peste en se nourrissant bien seulement...

- qui dit drama dit souvent exagération, et par moment ça faisait tâche : trop de rires machiavélique pour les "méchants", trop de scènes devenues illogiques par effet dramatique ("ah c'est terrible tu meurs, alors je reste avec toi même si ça combat autour et que je devrais me faire rectifier le portrait vite fait, mais ça n'arrivera pas je suis protégé par le pouvoir de l'effet dramatique" !) quand ce n'est pas la musique "love" qui par moment me sortait de la scène parce qu'ils en faisaient trop (mise à fond dès le moindre rapprochement entre deux amoureux).

-D'ailleurs la musique était bien mais trop rengaine je n'en pouvais plus.

-51 épisodes c'était un peu long j'en aurais bien enlevé une dizaine.

-La petite introduction à du fantastique le temps de quelques épisodes m'a laissé perplexe. (Et puis pour Yeon Chul c'était nul, peut être très mal scénarisé ou trop surjoué)

-Enfin pour la réalisation les transition jour/nuit étaient souvent brutales et je suis pas sûre que ce soit très raccord en terme de temporalité.

Conclusion :

Empress Ki est une superbe reconstitution historique, aux intrigues politiques et amoureuses prenantes. La galerie de personnages est très intéressantes, ils sont ambivalents et plus complexes que l'exagération parfois de leur jeu peut faire penser. (D'ailleurs je n'ai pas réussi à cerner l'empereur : est ce que sa personnalité est trop complexe ou mal écrite ? Je penche plutôt pour le premier cas.) J'ai vraiment aimé suivre ce drama, par moment j'étais passionnée à voir plusieurs épisodes à la suite (et pourtant ils font une heure c'est long). Par contre 51 épisodes c'était long, j'ai un peu décroché parfois, et la gestion médicale de la série m'a agacé.

J'oubliais de dire que l'actrice principale est fascinante pour la façon dont elle joue Yang : elle change d'une sorte de morgue permanente quand elle se fait passer pour un garçon, à une femme d'une grâce impressionnante (les autres femmes de la cour font pitié à côté, même l'Impératrice).

Bref, je conseille pour la belle brochette de personnages et la finesse de leurs jeux d'intrigues, par contre petit warning sur la violence, et comme Tree with deep roots, faut supporter le drame ce n'est pas une série faite pour rire mais pour pleurer !

4/5

Conclusion générale

Les points communs aux deux séries :

  • ils pleurent tout le temps ! Je suis impressionnée d'ailleurs par tout ces acteurs qui pleurent sur commande.
  • changement d'identité du héros
  • introduction se passant vers la fin de la série, puis retour en enfance, et enfin intrigue principale lorsqu'ils sont grands
  • des héros avides de vengeances
  • des héros issus du peuple, dans la souffrance, avant de côtoyer les sommets de l'état
  • la misère du peuple exploité, tout ça
  • torture d'innocents
  • le gentil roi coréen avec des valeurs positives très fortes (intelligence, sagesse, bonté, compassion...)
  • l'amour pure et innocent
  • des combats à l'épée
  • beaucoup de personnages
  • des intrigues de cour
  • une société secrète
  • des complots et des drames que n'aurait pas renié Shakespeare, surtout la fin
  • une fin tragique pour 95% des personnages

Je me demande si les autres sageuk que je vais voir collent tous sur ces points, je vais peut être faire un bingo  !

J'espère que ce premier aperçu vous a plu. Je pense que les dramas historiques coréens ont beaucoup de potentiels pour être passionnant, que ce soit parce qu'on aime l'Histoire ou pour le plaisir de se laisser embarquer dans des intrigues shakespeariennes. Moi je vais continuer l'aventure, et pour les deux raisons. J'aime découvrir l'histoire de la Corée (et de l'asie), et j'apprécie le style narratif très théâtral qui change des standards américains. Je vais essayer aussi quelques dramas modernes contemporains, il y a même un drama de SF avec un robot sur Netflix ! Vous aurez donc d'autres articles ici à ce sujet ;)

Publié dans dramas corréens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article