AE van Vogt : Créateur d'univers

Publié le par Lael

Deux mots sur l'auteur

 

vogtbig.jpgAE VAN VOGT est un drôle de phénomène. Rien que son nom, où j'y voit un jeu de mot avec Van Gogh, le peintre... Bref. J'essaye désespérement de le cerner... sans grand succès pour l'instant

 

Auteur incontournable de l'Age d'Or, developpée autour de la revue Astounding stories dirigé par John W.Campbell (qui a permis la découverte de grands auteurs comme Asimov ou encore Heinlein), on lui reproche généralement un manque de style et des personnages assez creux.

Mais il aurait pour lui deux avantages : ce serait un auteur à idées, et il possède une certaine aura sur la SF. Américaine bien sûr, mais aussi française, avec la traduction par Boris Vian de son oeuvre la plus incontournable -et la plus critiquée- le monde des Ā .

 

Je ne sais plus si je l'ai découvert par sa nouvelle "bucolique", parus dans l'histoire de la SF de Jacque Sadoul, tome 2 (un recueil de textes des auteurs de l'âge d'or justement, je vous le conseille) ou par son roman a la poursuite des Slans. Ce roman était soit disant à ne pas louper, et fait partis de la bibliothèque idéale du Cafard Cosmique. slans.jpg

Malheur ! C'est en réalité un roman pour ados, à la limite passable pour ceux qui découvrent la SF, mais fort mauvais pour ceux qui en connaissent déjà les ficelles ! Une psychologie plus que limité pour ce héros enfant-prodige qui n'a guère tenus la comparaison, ne serais ce que quelques secondes, avec le jeune héros de la stratégie Ender que j'ai lu juste après !

Bref, A la poursuite des slans ne m'a pas convaincu du tout. Mais je connaissais aussi une petite nouvelle intitulée "bucolique" (en anglais Process). Quelques pages d'une rare finesse, une poésie touchante, une histoire originale avec le point de vue d'une forêt... Je commence à me demander si c'est bien lui qui l'a écris ! (ça ne doit pas être une histoire de date, puisque la nouvelle date de 1950).

 

Donc je persiste et je signe à découvrir cet auteur, espérant retomber sur le même style qui m'avait tant touché dans sa nouvelle. Voilà que cet été, j'ai tenté ma chance avec Créateur d'Univers.

 

Alors, la roue as t'elle tournée ? toujours pas

 

jailu0529.jpgQuatrième de couverture :

Le lieutenant Morton Gargill est ivre mort lorsqu’une jeune femme, Marie Chanette, lui demande de la reconduire chez elle. En route, Cargill perd le contrôle de sa voiture et provoque la mort de sa passagère. Il fuit et rejoint son unité.

Un an plus tard, il reçoit une invitation signée Marie Chanette. Intrigué, il s’y rend et reconnaît sa victime. Qui plus est, elle lui montre des photos extrêmement nettes de l’accident où l’on voit Cargill abandonnant le corps de la malheureuse.

C’est alors qu’elle lui tend une carte où sont tracées, en caractères lumineux, ces lignes :
  "La Société intertemporelle pour le réajustement psychologique recommande une cure à l’intention du lieutenant Morton Gargill.
  Crime : assassinat.
  Thérapeutique : assassinat du sujet."

 

Ecrit en 1953, ce roman a bien la 'patte' de l'Age d'Or. Mais si le début est prometteur, avec un côté space op', l'histoire qui se met en place très vite... eh bien c'est rapidement une bouillie incompréhensible, au niveau de l'intrigue j'entends. Le héros passe d'une faction rivale à l'autre, il se pose de plus en plus de questions métaphysiques... Il sait qu'il a un rôle important à jouer dans tout un réseau de manipulation et tente de devenir le manipulateur et non le manipulé.

Rajoutez à ça des paradoxes temporels... J'ai rien compris à la fin. Si si je vous jure ! Pas que ça soit dit avec des mots compliqués, mais il a visiblement une révélation sur ce qu'est l'Ame, et ça le pousse à faire un choix. Mais j'ai pas compris quel choix il a fait, quels en étaient les tenants et aboutissants...

 

Bref, j'ai pas capté grand chose aux jeux de chassés-croisés entre factions, et le rôle du héros dans tout ça. Enfin ses réflexions métaphysiques, que je n'ai pas compris, sont devenus les clés du bouquin... et m'ont achevés.

Même si les deux défauts visibles sont encore une fois un style relativement plat et des personnages manquant d'ampleurs, j'avais au début plutot apprécié le voyage, le lisant comme une aventure distrayante. Dommage que je n'ai rien capté de l'intrigue ! Sinon c'était pas si mal.

J'ai apprécié l'idée que des évènements comme des meurtres peuvent générer une "vague" traumatisante, même si je le trouve trop jusqu'au-boutiste (ça me rapelle le Decodage Biologique. Thérapie passionnante où l'on apprend notamment que les traumas émotionnels se transmettent dans la généalogie. Faites du ménage devant votre porte si vous voulez pas le transmettre à vos enfants !)

 

Donc en conclusion ? Un récit d'aventure qui finit en queue de poisson. Vraiment dommage. 2/5

 

Je persiste malgré tout dans mon exploration de l'auteur avec son fameux "monde des non-A", que je compte bien lire avec le Cercle  C'est quand même un grand classique que j'ai envie de découvrir, et tant qu'à faire avec d'autres, vu qu'il est paraît il fort compliqué. Eh puis de toute façon je l'ai déjà acheté

 

Et vous, avez vous déjà lu un livre de Van Vogt ? Qu'en avez vous pensé ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lyrgard 18/11/2013 09:30

Au passage, je viens de me rendre compte que j'ai une envie irrépressible, bien qu'erronée, de mettre un "h" à "vogt"... Désolé !

Lyrgard 18/11/2013 09:28

Bon, me voici arrivé ici depuis Ekhorizon.

J'ai pour ma part découvert Van Voght par le monde du non-A, que j'avais trouvé très intéressant au niveau des idées, avec hélas parfois une narration assez décousue qu'on a un peu du mal à
suivre.
J'ai "assez" récemment lu "A la poursuite des Slans", mais ce roman ne m'a vraiment pas marqué, je n'en garde aucun souvenir.
Par contre, j'aime toujours autant, et je te conseille :

- Le Cycle de Linn (L'empire de l'atome et le Sorcier de Linn), qui se lit très facilement, avec de très bonnes idées. Dans une société très "empire", avec des complots/meurtres de cours pour le
pouvoir, un mutant, rejeté par le public, va tenter de s'imposer avec comme seules armes son intelligence et ses connaissances. Je n'en dit pas plus, mais c'est mon roman préféré de Van Voght

- La faune de l'espace : un gigantesque vaisseau contenant la crème de la communauté scientifique (avec des représentant de toutes les disciplines) est envoyé en exploration spatiale, et sera
confronté à toute une série de créatures exotiques. Elle devra son salut un un petit jeune scientifique, pris de haut par les ténors, seul membre d'une nouvelle science nommée "nexialisme", qui
consiste à non pas se spécialiser dans une science et y devenir très pointu, mais à se spécialiser dans l'imbrication de toutes les sciences entres elles. Au passage, le film Alien est très
clairement inspiré d'une des créatures rencontrées.

Je te conseille vraiment ces deux romans de lui, qui contrairement à d'autres me semble bien construit au niveau de la narration, très agréable, et qui sont remplis d'idée "à la van voght"

Au passage, je découvre ce blog qui promet d'être très intéressant. Je vais probablement m'y promener un peu ;-)

Val 05/03/2012 17:00

J'ai pas vraiment été convaincue par la poursuite des slans. Pour moi Van Vogt c'est Le cycle du Ā :)

geo 13/11/2010 19:36


bonsoir
ce roman "créateur d'univers" n'est pas récent..
al'époque de ma période "SF" je l'ai lu et il y a de ça quelques années..je suis toujours amateur mais je lis beaucoup moins...
ah mais hors sujet..
j'ai la série complète de SGU...(téléchargée et d'assez bonne qualité..)
tes billets sont également de qualité..
aller bonne soirée et bien amicalement


Lael 13/11/2010 19:49



Pour sgu voilà un grand compliment que tu me fais, merci infiniment !


Le problème de créateur d'univers n'est pas tant l'époque, puisque d'autres livres de l'âge d'or ont bien moins veillis. Après c'est sûr que ça peut compter XD



Brize 13/11/2010 16:42


J'avais adoré "A la poursuite des Slans" et je gardais un excellent souvenir de cette lecture adolescente, une de mes premières en SF. Mais je reconnais que, à la relecture il y a une paire
d'années, j'ai été déçue...
Très bon souvenir aussi (mais d'une lecture complexe)du "Monde des non-A", mais là aussi c'était il y a un bout de temps.


Lael 13/11/2010 19:51



Oui visiblement A la poursuite des Slans se lit bien quand on est jeune et moins après. Il faudrait presque la classer en "classique jeunesse" en fait.