babylon 5 : présentation et saison 1

Publié le par Lael

b5.jpgJe ne sais pas vous, mais finalement il n'y a pas dix milles séries de SF qui reviennent toujours dans les discussions. A part stargate et star trek (et encore la célèbre saga est pas mal boudée en france), il s'agit de farscape, battlestar galactica, docteur who... et babylon 5.

 

Série de science-fiction, donc, assez populaire dans le fandom et qui s'est fait connaître plus par le bouche à oreille que grâce à des diffusions TV, Babylon 5 est un chef d'oeuvre pour beaucoup. Qu'en est il réellement ?

Cette série est sortie en 1995 et compte 5 saisons. Debriefing...

 

Premier contact

 

Babylon 5 est le nom d'une immense station spatiale. Nous sommes en 2258, dix ans après la guerre opposant les Minbari et l'Alliance terrienne. Cette station se veut un lieu d'échanges entres espèces pour instaurer une paix durable.


officiers.jpgLa station est dirigée, au tout début, par le commandant Sinclair, épaulé par le lieutenant-commandant Ivanova et le chef de la sécurité Garibaldi (de gauche à droite).

 

On y trouve les ambassadeurs (toujours dans le même sens) : Londo pour les Centauri, G'kar pour les Naarns, Kosh pour les Vorlons, Deleen pour les Minbari.

amb1.jpg

 

amb2.jpg

 

Autant le dire tout de suite : j'ai hurlé de rire pendant mes cinqs premières minutes de visionnage ! Cela a beau être une série assez récente, elle a quand même son kitch a elle. Les coiffures... décoiffantes des Centauri, l'uniforme terrien qui rapelle la version flic du Juge Dred (pas Stalone, la fille... le film est sortis la même année d'ailleurs), ou encore le speech du générique de la saison 1 (je crise notamment sur "cet endroit pouvait être dangeureux" ).

 

vlcsnap-25957.pngLes fx font "premiers effets réalisés par ordinateur" : c'était en effet le cas. Un pari risqué mais qui a payé, démarquant la série, notamment de Star Trek Deep Space Nine avec laquelle la concurence a été furieuse (les deux séries ont été sorties en même temps, et aux premiers abords le speech est le même, au point que B5 a été qualifiée de plagiat). Pour en revenir aux FX ils ne sont pas si mal que ça, et si les petits vaisseaux terriens en X, les Starfury, m'ont d'abord fait pensés à Star Wars, j'ai ensuite adoré le concept de leur hyper-maniabilité.

 

Babylon 5 a un côté assez réaliste, aussi bien dans le rapport entre les personnages qu'au niveau scientifique (différences physiologiques et de cultures) : les extraterrestres ne respirent pas tous le même air, il faut donc parfois porter certains masques adaptés à son espèce ; le système de "portes" d'hyper-espace... mais pas non plus de techno-blabla à la samantha Carter hein lol

Mais disons que ça fait plus crédible que Star Trek (même si on attend toujours de savoir comment ils parlent tous la même langue... l'éternel dilemme de la SF!). Le futur dépeint y est d'ailleurs plus sombre... mais aussi plus réaliste.

 

Mais l'intérêt de la série tiens surtout en deux points :

-La série a été prévue dès le départ pour tenir 5 saisons. Même si la saison 4 a été adaptée au vue du risque de non-renouvellement, cela a permis -paraît il, c'est encore trop tôt pour que j'ai une opinion là dessus- de garder une tenue au fil rouge assez rare dans une série TV.

-Le jeu entre les personnages et les peuples, où rien n'est tout blanc ou tout noir. Pas étonnant de savoir que le créateur de la série s'est inspiré de Fondation d'Asimov, on y retrouve les mêmes thèmes de chutes et naissances des civilisations, et certains détails... (il paraît aussi qu'il s'est fortement inspiré du Seigneur des Anneaux mais là je ne peux pas en dire grand chose, je ne connais que les films et la ressemblance ne m'a pas frappée).

 

Voici mon avis, écris au fur et à mesure de mon visionnage, saison par saison. Pour ceux qui ne connaissent pas du tout Babylon 5 et ne veulent pas lire de spoiler, je vous invite à lire ma présentation de la première saison, puis ma conclusion de la série. Impossible en effet de ne pas parler des saisons 2 à 5 sans donner de spoilers (même si je tâche de ne pas trop en dire) !

 

Enfin il est très important de dire que mon avis a évolué, retrospectivement, avec tout ce qu'on y apprend sur le fil rouge, les personnages etc. Je suis persuadée que si je revoyais la série, j'aurais un tout autre regard !

 

La saison 1

 

A noter : le pilote est un téléfilm à part, "premier contact vorlon". Je l'ai vu après la saison 1... et heureusement si je puis dire. Tout comme le premier pilote star trek ou le pilote d'SG1, il est assez différent du reste de la série.

 

Dans cette saison 1 c'est le peu de fil rouge qui est le plus passionnant : très vite le commandant Sinclair comprend que la guerre récente entre les Minbari et les humains ne s'est pas arrêtée pour rien. Et que, sans qu'il ne sache trop comment, il a eu son rôle à jouer. A partir de là sa relation avec l'ambassadeur minbari Deleen est tout en subtilité, dans un mélange d'apparences, de semi-vérités et de cachoteries (même si je regrette que n'ai pas été exploité le fait qu'il devrait se sentir trahis dans son amitié).

 

Mais il faut attendre une bonne dizaines d'épisodes avant de sentir le début de la bobine se dérouler, et le fil rouge est un vrai puzzle : on nous donne des pièces, par-ci par-là, de manière assez chaotique, et cela manque de racrochement avec la vie quotidienne a bord.

Ce que je veux dire par là c'est que, par exemple, les personnages ne font presque jamais références à ce qui s'est passé, j'ai notamment été très surprise du manque de suite après que l'un des membres de la station ai été au courant du secret de Sinclair. (attention spoiler : il y a bcp d'épisodes où il manque une référence, un clin d'oeil entre lui et Garibaldi une fois que celui ci a été mis au courant. Ex lorsque le psy veut le sonder -1x16-, il a de quoi s'inquiéter que l'on découvre ce qu'il se souviens, mais non aucun dialogue là dessus ! Les épisodes suivants Jeff ne dis pas tout ce qu'il découvre à Garibaldi. Ce sont des vides assez flagrants à mes yeux)vlcsnap-219318.png

 

Côté vie quotidienne et épisodes stand-alone, cela me rappelle indubitablement star Trek TNG. Le même côté impertinent et cynique, allié au dramatique de dilemne moraux, le tout saupoudré de mystères de l'espace.

Pour l'humour, si Garibaldi n'est pas en reste, Londo apporte un côté joie de vivre et épicurien très agréable. Quand à Ivanova, son cynisme russe est souvent très pertinent. Pour le drame le fil rouge en apporte beaucoup, avec une vrai intensité narrative. Pour le reste, tout est porté par des stand-alone à la sauce très classique.

 

Trop classique même, pour les premiers épisodes : est ce moi qui me lasse de ces clichés de la SF vus et revus ? Parce que je pense que j'aurai trouvé ça original ("le chasseur d'âme", l'armure vivante etc...) si je n'avais pas vu TNG et autres consorts. Mais là, jusqu'aux répliques mêmes, super clichés au début... cela a faillit me décourager de continuer (et ça aurait été bien dommage !).

 

Heureusement, quelques bonnes idées dans les thèmes et leurs développements sauvent quelque peu la mise de ces stand-alones, le plus beau étant l'épisode 10 "les élus de dieu" : le médecin-chef doit faire face à un dilemme terrible, celui d'un jeune patient qui pourrait être sauvé chirurgicalement, mais les parents s'y opposent car cela est interdit par leurs croyances.

Le medecin tente alors une méthode douce, compréhensive et tolérante pour les amener à reconsidérer leur choix alors que son assistante est en colère et estime qu'il faut l'opérer de force. Mais sa patience a bien vite des limite devant l'enfant qui s'affaiblit d'heures en heures. il décide d'opérer de force. Ses parents, outrés, tachent de convaincre les ambassadeurs de la station, mais personne ne veut se mêler de ce qui ne les concerne pas... la décision revient à Sinclair. Où est la limite de la tolérance ? comme dit si bien le commandant "la vie c'est bien plus qu'un simple battement de coeur.". S'ils violent les croyances de l'enfant, s'ils lui enlèvent sa raison de vivre, l'enfant étant persuadé de perdre son âme comment pourrait il survivre à l'opération ?

Un bien bel épisode à la réflexion intelligente. B5 se contente de poser le dilemme et d'aporter tout un tas d'élément, au spectateur d'en conclure ce qu'il veut. Les personnages nous apportent tout un tas de facettes différentes. j'ai apprécié la vision tolérante et aussi la vision de colère face à l'injustice de cette situation sans solution.

 

De manière générale j'ai apprécié l'originalité de la vision des pouvoirs mentaux, avec le Corps Psi. Un humain qui développe des capacités mentales se retrouve dans l'obligation d'intégrer cette faction et d'utiliser son pouvoir pour les autres, ou il est considéré comme un criminel. Il n'y a pas de liberté de choix pour ces individus, au point où ces pouvoirs sont une malédiction plus qu'autre chose. ça change de la vision idyllique de star trek and co à ce sujet ! (D'ailleurs l'acteur jouant Pavel Chekov dans star trek TOS, Wlater Koening, apparaît en guest dans le rôle du Psi Bester -rôle qui deviendra récurrent).

 

Le moment le plus touchant de la saison est pour moi les quelques trop courtes secondes de fin de l'épisode 5 "le parlement des rêves", où comment Sinclair trouve le moyen de représenter les croyances de la Terre... Je ne vous dirais pas comment, mais j'ai trouvé ça magnifique et émouvant.

 

vlcsnap-27238.pngMais surtout, c'est petit à petit les relations inter-espèces qui deviennent très intéressantes. Les Naarns a la peau de lézard, présenté presque comme des méchants au début, sont finalement plus compliqués qu'il n'y paraissent. Les Minbari et leur allure de prêtre sage ne sont pas aussi doux qu'ils en ont l'air... Les Vorlon sont de loin les plus mystérieux, se cachant sous leur armure. Enfin les Centauri décoiffés sont montrés roublards et poursuivant leur propre intérêt. Tout comme finalement tout les peuples de la station... Comme le dit l'ambassadeur Naarm G'kar a un moment, personne n'est ce qu'il paraît être, chacun cache son jeu dans cette partie de poker intergalactique.

 

Ce qui est très appréciable c'est que chaque peuple poursuit son propre objectif, s'alliant à l'objectif commun ou non suivant leurs intérêts. Il n'y a donc pas de "méchants" ou de "gentils" désignés. Et j'aime beaucoup comment sont traités leurs relations, très... humaines en quelque sorte. Ils cherchent à faire la paix parce que c'est dans l'intérêts de leurs peuples, mais il est très difficile d'oublier la guerre, qui a eu lieu il y a dix ans à peine. Les rancunes sont tenaces et leur orgueil est blessé. Comment construire un avenir commun après ça ? Le cas de l'extradition du criminel de guerre dans l'épisode 1x09 montre bien ces dissensions.

Et à ce niveau les terriens n'ont pas un meilleur rôle : alors que le racisme connait un essor de plus en plus fort, le gouvernement ne soutiens guère Sinclair dans ses démarches pacifiques, s'en lavant les mains à la moindre occasion. La diplomatie c'est bien joli, mais dès que la situation se gâte, seuls l'intérêt de la Terre compte ! On voit bien comment les magouilles politiques dirigent le monde...

 

Bref une saison d'ouverture disparate, assez ennuyeuse, à suivre pour le fil rouge et la relation inter-espèce.

 

ps : a noter que l'on voit dans le pilote un enregistreur volant qui rapelle furieusement le kino d'SGU. Et l'inspiration doit être plus ancienne, puisqu'on en voit un aussi dans la reprise de V... peut être déjà présent dans la série originale ? Comme quoi on a rien inventé !

 

A lire : Arrêt sur séries (présentation et saison 1-attention spoiler !)

 

Suite : saison 2

Commenter cet article

JainaXF 05/05/2012 08:48

Je veux bien croire que ST a des épisodes plus sombres, mais le ton reste globalement plus opimiste que celui de B5, c'est sûr. Mais pour moi, B5 a la bonne dose de réalisme et d'espoir. Les séries
sont aussi représentatives de leurs époques.
Est-ce que ST aurait pu marcher dans le monde déjà cynique des années 90 ? J'en doute...
D'ailleurs, les séries semblent de plus en plus sombres au fur et à mesure des années et des déceptions : il n'y a qu'à voir BSG...

Lael 09/05/2012 04:07



c'est une assez bonne idée de replacer ça sur la ligne temporelle en effet. la série originale avec Kirk and co date des années 60, et en effet on avait alors grands espoirs en la technologie.
Pour star trek la nouvelle génération : 87 à 94, et elle est plus dramatique dans la deuxième partie ! DS9 : 93 à 99 (et c'est la série la plus 'sombre' des ST). Voyager 95 à 2001 (bon là je
trouve pas ça pessimiste). Enterprise 2001-2005 : là on repart sur du pseudo réalisme.


Après y'a toujours des exceptions, mais ce qui est sûr c'est que je trouve un effet un certain cynisme dans les séries 90', et ça se voit franchement à partir des années 2000. Mais après je pense
que c'est dû à un autre phénomène, celui de faire des séries TV les plus réalistes possibles. Les années 2000-2010 sont celles des séries réalistes, des drames caméras à l'épaule... ça se voit
rien qu'aux FX et à la violence réaliste (on est plus dans les combats hilarants tellements ils sont débiles, pirouettes de Xena and co). Encore une fois pas toutes les séries mais y'a une
tendance assez nette je trouve.



JainaXF 26/04/2012 18:47

Je comprends tes réserves sur la saison 1, même si je ne la trouve pas "nulle" ! Elle est inégale, il y certains épisodes moyens, mais on voit déjà ses points forts et les différences avec Star
Trek avec "Believers" ou "Deathwalkers"! L'univers prend vie sous nos yeux, certes pas de façons toujours adroite, mais c'est immportant de connaître ces détails quand tout sera bouleversé par la
suite...

Pour le changement avec Sinclair, il était prévu, mais plus tard.
Pour l'explosion de la station, je te laisse découvrir, on en reparle !
On reparle aussi de la vision de Sinclair plus tard dans la série, je vais éviter de te spoiler ! ;-)

Lael 05/05/2012 01:07



Différences avec ST oui et non. Oui globalement ST est plus optimiste, mais après avec toutes les séries (et j'ai pas encore tout vu) y'as des nuances, des épis carréments sombre, des
"pessimistes réalistes"... y'a ainsi des épisodes très proches de ceux que tu cites.


Là j'ai pas d'exemples précis en tête, mais pour te donner une idée des variations qui peut y avoir dans une même série, dans TNG y'a un épi magnifique sur un borg, bon comment dire sans spoiler
XD disons qu'ils sont face à un cruel dilemne, et qu'en gros ils doivent se décider pour considérer un drône borg séparé du collectif comme une simple machine (et l'utiliser comme tel, tant pis
si ça le détruit) ou un humain. L'épi choisit l'optimisme et la foi en l'individu, et après coup, l'amiral remonte les brettelles au capitaine, mais vraiment style "faut te réveiller, vu la
réalité de la situation il fallait employer tout les moyens mêmes les moins recommandables". Enfin ça, l'éternel débat de la fin justife t'elle les moyens...


Hum bref sinon pour mes questions j'ai déjà vu toute la série hein, ça peut juste spoiler les lecteurs enventuels de ces coms ^^ donc précise bien attention spoiler en majuscule et c'est bon XD
Ou attend mon article sur la dernière saison lol bah tiens, jvais programmer un article par semaine comme ça ça arrivera vite lol


edit : screugneugneu j'avais a peine pris des notes pour la saison 5 c'est pas présentable "-_- mais je vais publier saison 3 et 4. (saison 3 programmé pour mercredi, et j'y reparle de sheridan)
Donc a toi de voir où tu me réponds lol



jainaxf 04/07/2011 17:32


B5 est ma série préférée avec Doctor Who ! Si je suis d'accord que la saison 1 n'est pas la plus intéressante, je ne me suis pas ennuyé (sauf quekques épisodes médiocres), j'ai bien aimé l'univers
qu'on découvre petit à petit ! Quand tu auras vu les saisons suivantes, reviens sur la S1, tu verras qu'elle devient beaucoup plus intéressante quand on saisit toutes les petites références...
Malgré tout, je me suis bien plus ennuyé devant la S1 de Farscape (sauf la toute fin), que j'ai adoré ensuite, que celle-ci quiest regardable sans être passionnante à la première vision, à mon avis
!


Lael 04/07/2011 21:10



Oui elle est surement plus intéressant au deuxième visio. J'ai finit toute la série y'a euh, un mois ou deux maintenant. J'avais écris des articles sur les autres saisons au fur et à mesure, mais
faut que je reprenne un peu ça. Je voulait lire les 100 pages du forum de madmovies pour comprendres des détails qui m'ont laissés perplexe *attention spoiler !* du genre était ce prévu depuis le
début ce changement de sinclair à sheridan, pourquoi dans la saison 1 une prophétesse voit la station exploser, ou que signifie la vision de sinclair lors de leur passage sur babylon 4 (la
station prise d'assaut, garibaldi qui se sacrifie pour qu'il se sauve)


j'ai pas eu encore le courage de lire toutes ces pages et de me remettre la dedans pour publier mes articles, mais faudrait que je le fasse. ça fait partie de ma liste lol



Tigger Lilly 29/03/2011 19:09


Oh bah franchement y a pire. J'espère que tu t'y remettras un jour car c'est vraiment bien. J'espère que j'aurai le courage d'en parler sur mon blog, j'ai souvent la flemme pour les séries et les
films.

@ElJC : si je croise Baltar, je le balance dans l'espace intersidéral à coup de coups de pied au derrière :p Mais je lui dirai bonjour de ta part avant, c'est promis.


El JC 28/03/2011 23:53


De mémoire j'ai du regarder les 4 ou 5 premiers épisodes ou je me suis ennuyé ferme et je n'ai pas été plus loin. Je suivais alors assidument DS9 et je ne voyais ici rien de bien nouveau.

@ Lilly : Bon voyage au sein de la flotte coloniale, la prochaine fois que tu croises Baltar, passes lui le bonjour de ma part.


Lael 29/03/2011 02:59



Oui c'est le problème de B5, la saison 1 est franchement nulle. Cela demande aux spectateurs un effort, mais ils sont ensuite récompensés ^^ Parce que le problème c'est que mine de rien ils
glissent certaines infos qui sont réutilisés plus tard. Il faut être patient. Mais c'est dur je te l'accorde volontiers, j'ai moi même faillit laisser tomber.


En même temps, les débuts de saison 1 sont rarements bon... y'a qu'à voir pour TNG oO... C'est ça aussi le dilemne des séries, qui doivent arriver à prendre leurs marques sans faire fuir le
spectateur.