C'est quoi Star Trek ? (4) : transition et renouveau. The Next Generation.

Publié le par Lael

Précédemment :

C'est quoi Star Trek ? (1) : présentation générale

C'est quoi Star Trek ? (2) : par où commencer ?   

C'est quoi Star Trek ? (3) : la première série, aux fondements du mythe

 

Et maintenant on continue l'exploration, toujours par ordre de diffusion : la "tentative" de la série animée, le premier round au cinéma... et la nouvelle série The Next Generation ! Tout un programme !

 

Star Trek : The Animated Series (TAS)

1973-1974 / 22 épisodes

 

TAS-star-trek-the-animated-series-16634580-1440-900.jpg

Star Trek a eu le droit à son dessin animé ! La série fait suite à TOS, nous racontant de nouvelles aventures de Kirk and co (après tout sur la mission de 5 ans, TOS n'en montre que 3). Elle se situe en droite ligne de ce qui a été fait dans la série TV, notamment parce qu'elle a été dirigée par l'un des scenaristes principaux, DC Fontana.

Reste que si elle complète de façon parfois intéressante la série originale, elle possède deux "défauts" :

- le design, façon vieux comics américain (c'est moche hein ?),

-et le fait qu'en 20 minutes elle veut developper la même chose qu'en un épisode de 40 minutes... conséquence : le tout est "raccourcis", et le rythme devient trop rapide (incroyable mais vrai lol).

Résultat, même une trekkie chevronnée comme moi n'a pas réussi à voir plus de 3 épisodes "-_- Précisions qu'en anglais les acteurs de TOS ont prêtés leurs voix, ce qui a rendu cette série très chère à produire.

Note : la série a introduit comme nouveauté la salle de récréation : plus tard l'idée a été réutilisée dans TNG, où on l'a connue comme le holodeck !

 

Star Trek au cinéma, round 1

L'Enterprise ayant eu un certain succès, principalement outre atlantique, l'aventure du cinéma leur tendait les bras. Mais ce fut loin d'être simple : il aura fallut dix ans pour le mettre en place ! L'ironie du sort, c'est que le concurrent depuis toujours de la saga, à savoir Star Wars, va donner le coup de pouce nécessaire pour passer Star Trek sur grand écran : ce sera, en 1979, Star Trek : the motion picture.

Film qui se démarque par son côté "2001 l'odysée de l'espace", relative bizarrerie parce qu'il a eut une production compliquée, il est très contemplatif. Il retranscrit bien le côté philosophique de Star Trek et peut se voir sans rien connaître de ST (mais un peu spécial quand même. Je pense que les dialogues sont très très mal traduits en français).

Un film qui n'était pas vraiment prévu : le projet était de developper une deuxième série, Star Trek phase II. Bien qu'avortée elle donnera les nouveaux personnages présents dans le film, ainsi que l'inspiration pour certains éléments de la future série Star Trek The Next Generation (et oui tout ce recycle ! Article très exaustif à ce sujet sur memory alpha).

Le film qui suivra en 1982, La colère de Khan, lance une trilogie. Star Trek II est un grand classique (et l'un de mes préférés), dans l'esprit de la série originale (dont il reprend le méchant. Pour voir auparavant l'épisode il s'agit de "les derniers tyrans"). Star Trek III : A la recherche de Spock (1984) en est la suite mais on peut s'en passer (si vous survivez à la scène finale sans sauter sur la suite !).

Star Trek IV : Retour sur Terre (1986) est une pseudo comédie écolo jouant sur un voyage dans le temps (à l'humour vieillit mais sympa quand même).

Star Trek V : "L'Ultime Frontière" (1988) prends pour thème "à la recherche de Dieu" et c'est un navet navrant (bien qu'abordant des thèmes profonds, noirs et angoissants).

Enfin Star Trek VI : "Terre Inconnue" (1991) joue sur la diplomatie avec la volonté de faire la paix avec les ennemis de toujours, les klingons.

Six films donc nous montrant les vieux de la vieilles, de plus en plus âgés et hors de leur époque, mais toujours aussi avides d'aventures.

star-trek-V-the-final-frontier-09-4-500x319.jpg

Le succès est au rendez-vous. Personnellement j'ai toujours préféré Star Trek en séries qu'en films, l'équilibre entre réflexion et action, et surtout au niveau de l'intégrité des personnages, est bien meilleure (mais ça, la VF des films est une vrai catastrophe). Reste que si je dois faire un choix dans tout les films (12 !!!! c'est historique non ?! et ça continue !) je garde un tendre sentiment pour les trois premiers.

 

Le renouveau !

Star Trek : Next Generation (TNG)

1987-1994 / 7 saisons 178 épisodes

C'est en 1987 que Gene Roddenberry revient à ses premiers amours : une série TV. Ce sera The Next Generation, et l'histoire aura lieu cent ans après les aventures de Kirk. Dans la série originale, il était tout juste suggéré une fédération de planètes : ici il est clairement établit qu'il s'agit de la Fédération des Planètes Unies, dont la Terre est l'un des membres fondateurs. La Fédération est une sorte d'ONU intergalactique, regroupant des peuples capables de voyages en distorsions et ayant des mêmes principes ethiques. Starfleet est une organisation affilié à la Fédération : il s'agit du centre de commandement de l'exploration spatiale et de la défense interplanétaire, et tout les officiers des vaisseaux de la saga en sont issus.

La Directive Première est le socle de cette institution mûre et pacifique : elle demande aux officiers de Starfleet de ne pas interférer dans le développement naturels des cultures rencontrées et d'éviter tout contact avec les sociétés ne possédant pas encore la technologie du voyage interstellaire.

Si la saga ne se lassera pas, dès l'époque de TOS, de montrer les dilemmes moraux imposés aux équipages par cette Directive, le nouveau capitaine, le capitaine Picard, se démarquera nettement de Kirk : alors que l'ancien capitaine aura tendance à n'en faire qu'à sa tête, Picard fera tout pour respecter ce qu'il considère comme un code moral de conduite plus qu'une restriction légale.

En effet le capitaine Picard (1) est un humaniste éclairé et homme de lettre Français. Il est le symbole du nouveau visage de la Fédération qui place la diplomatie au premier rang.

saison-1-tng.jpg

(là c'est le look saison 1, ça pique un peu)

L'équipage est composé comme suit :

- le commandeur William T. Riker (2) est le second de l'Enterprise D, surnommé par son capitaine "numéro 1" (il sera ensuite bien plus beau avec sa barbe hu hu^^). Il possède le même type de caractère que Kirk : ambitieux, actif, dragueur... mais en comparaison il est plus docile !

- le lieutenant-commandeur Data (3) est l'officier des opérations... et c'est un androïde ! Il est incapable d'avoir des émotions. Tout au long de la série il découvre l'humanité et devient de plus en plus humain (et c'est le personnage le plus intéressant de la série).

- Geordi LaForge (4) est en charge de la salle des machines. C'est un aveugle, mais son handicap est compensé par un Viseur.

- Tasha Yard (5) est le chef de la sécurité, plutôt impulsive (saison 1).

- Worf (6), officier tactique, est le premier Klingon a intégrer les rangs de Starfleet. (Les Klingons, ennemis dans TOS, étant devenus nos amis depuis les accords de Khitomer)

- Le Conseiller Deanna Troi (7) est une Bétazoïde. Elle est empathe, ce qui est pratique dans son métier (c'est la psy du bord). Elle et Riker entretiennent une histoire d'amour compliquée depuis des années.

- Il y aura deux Docteurs dans la série : Beverly Crusher (8), et Catherine Pulasky. Autant la deuxième a un caractère difficile mais honnête, autant la première est... gentille et compréhensive. (mais une vrai tête-à-claque tout comme son fils Wesley (9), petit génie du bord. Voilà c'est dit^^).

Pour en savoir plus sur les personnages

saison-3--2-.png

Si la série se veut plus sage, plus réfléchie que TOS, car le temps de l'exploration façon "cow boy" n'est plus, elle reste dans la même ligne que TOS et le divertissement n'est pas en reste. Principalement axée sur les stand-alone là encore, certains (mais c'est qu'ils sont pessimistes) la trouverons un peu "neuneu", principalement dans les premières saisons. Elle prendra à partir de la fin de la saison 3 un ton plus dramatique, mais aussi plus mûr, et laissera la place à des arcs narratifs et des épisodes plus profonds (l'humour reste quand même présent, ce n'est pas une série dépressive mais profondément optimiste du début à la fin).

Star Trek TNG relancera la franchise avec une nouvelle génération de fans.

Elle peut se voir indépendamment de TOS, à l'exception de 2-3 épisodes avec des guests de TOS (l'un n'est pas nommé explicitement -Mc Coy dans le pilote de la série, et l'épisode "Sarek" est très nébuleux sans rien connaitre de Spock et des vulcains).

645123Mon avis : La première saison est raté, je le dis tout net. La série cherche ses marques et à trop tendance à vouloir copier son ancêtre (le troisième épisode "l'entreprise en folie" est d'ailleurs un remake de scénario, et vaut surtout le coup, après coup, pour la relations entre les personnages). Lors de ma dernière review j'ai zappé plus de la moitié de cette saison, dont son début, c'est dire si moi même, qui suis fan, trouve cette saison poussive ! "Malheureusement" certains épisodes sont indispensables car ils placent certaines bases pour la suite, alors soyez patient ^^

A noter que le personnage de Q apparait dès le pilote, et qu'il est normal de le détester au début (en plus le scenario n'aide en rien). Mais ensuite j'adore son évolution, et puis à chaque fois qu'il débarque c'est le fou rire assuré.

Si vous voulez sauter des épisodes, sont dispensables : 3-4-16-17-21

Sur la saison 2, à par 2-3 épisodes "TOS-like", la série commence à trouver son ton et il y a de bien beaux épisodes. Ensuite c'est parti ! Exploration, réflexion et émotion au programme. Avec une certaine profondeur que n'a jamais atteint TOS. Je suis définitivement fan !

4x11 une journée de data 2Personnage préféré : Data sans concession. Son évolution est le plus intéressant de la série (ci-contre le voilà qui s'essaye à sourire "naturellement" dans l'holodeck mdr)

Ensuite Picard, dont j'aime l'humanisme, sa faiblesse sous l'armure, et son esprit rusé et intelligent. Au dernier visionnage j'ai aussi savouré Worf, klingon avec ses codes culturels bien à part mais toujours ouvert à comprendre l'autre (ses discussions, avec Picard notamment, sont le symbole de cette ouverture à l'autre et du partage entre cultures). N'oublions pas Q, l'excentrique être omnipotent, personnage peu fréquent mais que j'affectionne particulièrement. (et en personnage secondaire le lieutenant Brocolis* Barcley, que l'on revera, lui et ses tocs, avec plaisir dans Voyager).

En mal-aimé les Crushers, mère et fils, obtiennent la palme de loin. Tasha, pareil. Enfin Dianna, dont je trouve le rôle mal conçu et particulièrement gâché (parce que bon, une empathe ça pouvait être intéressant. Mais non.) (Pareil je ne suis pas fan de Guinan (cf plus loin) rôle secondaire developpé en tout sens - elle ne trouve que de la force dans la saison 4) 

Mais peu importe, car ce qui est le plus fort dans TNG je trouve, c'est les histoires et les thèmes abordés : de la quête de soi et de l'Autre, en passant par l'ethique médicale, le terrorisme et le suicide rituel ! Autant dire que cela résonne toujours à notre époque.

*cf crise de fou rire d'un épisode où Wesley lui donne ce surnom

En +

- La profondeur des réflexions. Avec une tendance appréciable : il n'y a pas de partis pris, l'épisode se contente d'exposer les points de vues sans imposer une réponse au spectateur (Et cela a un sens : il n'y a pas de réponse universelle à ces situations).

- Quelques épisodes émouvants (même si on peut reprocher à la série de ne pas s'épancher sur le drame comme le fera d'autres séries modernes, ce qui retire une partie de l'implication émotionelle).

3x24--4-.png- Le developpement du thème du "miracle" de la communication inter-espèce, tout juste esquissé dans TOS.

- les fx ont bien sûr bien progressé depuis l'époque de Kirk ! L'Enterprise D est bien rendu, comme l'espace autour.

- La série garde le profond possitivisme de la série d'origine. Seuls de très rares notes un peu plus sombre viennent dans les dernières saisons, notamment dans l'épisode en deux parties "Hiérarchie" 6x10 / 6x11 sans concession psychologiquement (Picard y est torturé, et humilié comme jamais vous ne verez un capitaine de starfleet. )

En -

-Des personnages casse-pieds (Les crushers !!).

Note : face à l'avancé vraiment progressiste de son ancêtre TOS, TNG parait peut novatrice. La série a parfois des relents de machismes incongrus, et les femmes présentes manquent de prestances. Ne parlons pas de Tasha, caricature de cette "femme libéré garçon manqué" des années 80. Là où la série montre le plus son côté "acceptation de la différence comme quelque chose de normal" c'est avec Worf, Data et Geordi LaForge. Elle se démarquera aussi dans la présence "mature" des enfants (même si on pressentait déjà cela dans TOS avec Miri par exemple).

Pour finir, là où la série fait preuve d'ouverture et d'inovation (plus même que certaines séries qui suivront), c'est sur la liberté sexuelle ! Eh oui, les Betazoïdes sont par exemple connus pour être très ouvert sur la question et se marrient... à poil (mdr !). On le voit notamment avec Riker et Daenna, c'est chacun fait ce qu'il veut avec qui il veut. Sans parler des planètes utopiques qu'ils visitent. On regrettera juste la casi absence de l'homosexualité, le tout étant réduit à des rapports hommes / femmes, un seul épisode abordant la question sexuelle sur un angle bien particulier, avec un peuple conditionnés pour être "neutre" (ni homme ni femme) (5x17 "Paria") (mais c'est tout aussi bien que l'homosexualité ne soit pas stigmatisé, c'est une pratique parmis d'autres. DS9 le montrera un petit peu).

A savoir :

Borg_2366.jpg- La plupart des peuples récurrents repris de série en série dans toute la saga sont nés dès TOS. Mais TNG verra l'apparition des Ferengis et surtout des Borg, des cyborgs entièrement contrôlés par une conscience collective implacable (ci-contre). 

- Le conflit Cardassiens / Bajorans, axe majeur de la série Deep Space Nine, sera traité dès TNG (4x12). Les deux séries seront même contigües sur les deux dernières saisons de TNG (mais on peut les voir séparemment sans souci).

- Une originalité de cette série que j'aime tout particulièrement est le son à bord : on entend les moteurs en bruits de fond, sans oublier le son des dit moteurs en salles des machines (parfois assez assourdissant dans certaines scènes où les personnages sont juste devant). C'est tout bête mais j'aime beaucoup le cachet réaliste que cela apporte, la "sensation" d'être dans un vaisseau.

- L'holodeck sera à TNG ce que la téléportation a été à la série originale. LA bonne invention "magique" qui permettra de divertir à la fois les personnages et les spectateurs en les emmenant dans d'autres univers fictifs (bar terrien de notre époque, ambiance vieux policier avec Dixon Hill ou encore enquêtes de Sherlock Holmes...). De plus, TNG place les premiers jalons de la "libération holographique" qui donnera des épisodes mixant réalité et fiction (avec parfois un goût d'Inception, si si), une vrai réussite amorcée avec Moriarty et qui "explosera" avec l'HMU du Voyager.

 

En coulisse :

- Data devait à l'origine porter l'uniforme bleu des officiers scientifiques, comme son 'ancêtre' Spock avec qui il a certains points commun (son rapport compliqué avec les émotions et l'humanité). Mais le maquillage de l'androïde n'allait pas avec ! Il fut donc décidé de lui donner l'uniforme jaune et de changer sa fonction, faisant de lui l'officier des opérations.

- Les Ferengis devaient à l'origine être les nouveaux ennemis de la Fédération, comme les Klingons en leur temps. Mais les scénaristes se rendirent vite compte qu'ils étaient trop burlesques pour être prit au sérieux, ils transformèrent leur rôle comme des marchands sans scrupules obsédés par l'argent. 

- Quand aux borgs, ils devaient être... des insectoïdes et des parasites, comme on voit dans "conspiration" 1x25 ! Pour des raisons budgétaires, ils ont été remplacés par des cyborgs.

- "Conspiration" est le seul épisode de TNG (et de Star Trek il me semble) à montrer un passage sanglant et carrément un peu gore (passage parfois censuré dans sa diffusion tv).

- Si l'on voit le vaisseau se scinder en deux, le concept était déjà reconnu pour l'Enterprise du temps de Kirk, mais simplement le manque de moyens empêchait de le réaliser.

- Parmi les seconds rôles récurrents, Whoopy Goldberg a interprété celui de Guinan, tenancière du bar du vaisseau dès la saison 2.

Phrases cultes :

Engage ! / En avant toute !

Resistance is futile / Toute résistance est inutile (les borgs)

Tea Earl Grey, hot / thé earl grey, chaud (la boisson favorite de Picard qu'il commande au synthétiseur)

865657Autres articles pour aller plus loin :
[ST] Les meilleurs épisodes de TNG

-Sherlock Holmes et Moriarty dans Star Trek TNG (2 parties)

- sélections d'épisodes (cf Index pour toute la liste):

3x04 Observateurs observés (Who Watches the Watchers)

3x13 Déjà Q (Deja Q)

4x15 Premier contact (First Contact)

- Imzadi et Masques, romans

-Minute culturelle : l'amour chez les klingons

 

A suivre : http://chezlaventurierdesreves.over-blog.com/article-c-est-quoi-star-trek-6-les-prequelles-ou-star-trek-a-t-elle-renait-de-ses-cendres-en-vendant-122982563.html

Publié dans star trek

Commenter cet article

Nathalie 29/11/2014 15:26

Je vous rassure, vos articles sont très intéressants ! Mais assez "poussés" et si on ne connait pas, on s'y perd un peu...
Je n'ai pas encore trouvé la réponse à ma question (voir commentaire précédent) mais je continue à chercher ! ;)

Lael 30/11/2014 01:12



ces articles sont à la fois pour les novices et pour les connaisseurs. désolé si vous êtes un peu perdue, comme je disais dans l'autre réponse c'est normal on s'emmêle vite les pinceaux dans
autant de séries.



Grishka 05/06/2014 23:11

Intéressante plongée dans cette période. Si j'aime Star Trek et connait quelques trucs dessus, je n'ai malheureusement jamais eu l'occasion de voir les séries, et il me manque donc tellement...
Mais je me vengerai :-)

Lael 08/06/2014 23:53



merci beaucoup pour ce commentaire qui me réconforte dans le fait qu'au moins une personne lise et apprécie mes articles sur star trek lol