Les 3 royaumes

Publié le par Lael

19039954.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090109_021136.jpg2008

Réalisé par John Woo
Avec Tony Leung Chiu Wai, Takeshi Kaneshiro, Zhang Fengyi... 
Long-métrage chinois

Reconstitution historique

 

Coup de coeur !


En 208 après J.-C., l'empereur Han Xiandi règne sur la Chine pourtant divisée en trois royaumes rivaux. L'ambitieux Premier ministre Cao Cao rêve de s'installer sur le trône d'un empire unifié : utilisant l'empereur comme son bon vouloir, il lance une grande offensive contre les royaumes du sud. Les deux factions "rebelles" ont alors tout intérêt à s'unir pour lutter contre ce fou. Mais est ce suffisant pour survivre ?


En un mot "woo" (bon d'accord elle était facile celle là XD). Voilà un film de guerre comme je les aime : c'est grandiose, épique, bien tourné, bien rythmé, et les héros que l'on suit défendent la veuve et l'orphelin. Bref je n’ai pas pris mon pied, pas autant qu'avec Le dernier samouraï (qui reste ma référence) mais presque ! Parce que franchement, l'adrénaline est là. Même que j'ai finit le film toute excitée XD (hum bref passons lol)

 

Ce film avait fait du bruit à sa sortie, parce qu'il signe le retour de John Whoo en Chine, et avec une super-production digne d'un blockbuster hollywoodien (si ce n'est plus). C'est en effet un nombre pharaonique de figurants dont il a eu besoin : pour la bataille de San Jiang Kou (au milieu du film), dont le tournage a duré 6 mois, il y avait un millier de fantassin, 300 chevaux et cavaliers, et une équipe de 700 personnes ! Au total il a fallu 3 ans de préparation, 1 an de préproduction, et 8 mois de tournage avec 3 équipes séparées. Et pas moins de 80 millions de dollars de budget... soit la plus grosse production chinoise de l'histoire !

 

18940768.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20080521_100446.jpg

Et quelle histoire ! John Woo a voulu mettre en image ce qu'il nomme lui même "une guerre de troie asiatique" : l'une des pages les plus célèbres de l'histoire de Chine, un splendide exemple de courage et d'héroïsme qui montre bien que le nombre ne fait pas tout (même si ça joue quand même, hein Tom* ?). Les évènements retracés se sont vraiment produits, puis ont été immortalisés dans un récit très populaire en Chine "l'histoire des Trois Royaumes". Mais si en Chine, ces évènements sont bien connus, il n'en ai pas de même chez nous. L'objectif de John Woo était donc double : nous faire connaître cette formidable épopée, à nous occidentaux, et proposer un autre regard sur ces évènements familier aux orientaux (je paraphrase J. Woo).

 

18940759.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20080521_100159.jpg

Qui dit faits historiques mystifiés, dit problème pour le script ! En effet dans le fameux livre, les faits ont été déformés et amplifiés pour servir l'intensité dramatique. John Woo a tâché de respecter la réalité historique en se basant sur plusieurs études, tout en gardant des éléments du roman. Les scénaristes ont donc joués sur un fil, entre faits réels et imaginaires, et ils s'en sont très bien sortis. En effet, si les généraux du film ont parfois des moments de batailles solitaire, à un contre tous, leur héroïsme ressort tout en étant, par un drôle de miracle, crédible. 

Pour la fameuse bataille de la Falaise Rouge, ils n'arrivaient pas à se mettre d'accord, et c'est finalement John Woo lui même qui a pris les rênes du scenario !

 

Bref avec tout ça, il y avait de quoi faire un film de taille. Et c'est réussi. L'image est superbe, les effets spéciaux sont à l'arrière plan et tout à fait intégrés : on le devine juste à certains mouvements des acteurs alors on se dit "ah tiens il a été tiré par un filin" mais rien de très gênant. La réalisation est recherchée et ne se contente pas de plans classiques grands angles / gros plans : on a le droit à un mélange d'images, des plans très sérrés, parfois avec un angle fort rare (comme cette sorte de maxi-gros plan qui cadre deux visages qui se font face lors d'une discussion), d'autres moins, des ralentis parfaitement gérés, et des plans d'ensemble assez originaux (comme la vue plongeante du pigeon voyageur sur le camp ennemi). La juxtaposition d'images rend parfois des scènes un peu bizarres, mais dans l'ensemble ça tient tout simplement du génie. Cela permet notamment une compréhension très claire des batailles, et ça, allié aux tactiques guerrières montrées à l'image, c'est terrible XD

 

Hey oui parce que ce que j'ai adoré c'est l'aspect tactique des batailles. C'est pleins de ruses et de finesse d'esprit, mariés dans une sorte d'oxymore visuel avec la violence des combats. Des combats qui sont d'ailleurs sanglants mais pas gore, là encore grâce à des plans intelligents (qui rapellent une certaine décapitation du Dernier Samouraï dans l'effort de suggestion). Et ce n'est pas que les batailles dans leur ensemble qui sont tactiques, mais aussi dans chaque combat. On retrouve cette sensation de maîtrise et de réflexion, alliée à la violence du geste, dans chaque mouvement, chaque corps à corps, et à ce niveau là j'ai totalement adoré le général poilu au nom impossible qui se jette au combat avec ardeur puis se bat avec son bâton muni d'une lame (dont je n'ai pas réussis à trouver le nom). Il se bat donc avec une dextérité et des passes très originales (en tout cas dans notre monde occidental), et en même temps c'est une force brute (il se jette par exemple contre un cheval pour le faire basculer de son poids XD).

J'ai particulièrement aimé (les meilleures batailles du film pour moi) lorsque la cavalerie ennemie est prise au piège d'une formation assez particulière. Il y a pas mal d'astuces, et aussi des coups de maîtres avec les généraux qui se jettent sur l'ennemi, chacun à leur tour, dans un héroïsme épique qui fait frissonner.

18940744.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20080521_094549.jpg

On en vient aux "défauts". Par moment, il devient très difficile de savoir qui est qui et qui se bat contre qui. En effet il y a beaucoup de personnages, chacun avec des noms... franchement impossibles à retenir pour nos petites têtes d'européen, d'autant que la prononciation est différente de l'écriture ! Ils ont droits à des présentations sympathiques, le nom écrit en sous titre, mais c'est bien trop rapide et confus. Bref donc je m'y suis vite perdu, et grand heureusement je pouvais revenir en arrière, ce que j'ai souvent fait.

Côté histoire si tout se tient bien dans un suspens assez fort, je n'ai pas accrochée à l'histoire d'amour qui m'a paru surjoué, et j'ai trouvé peu crédible le coup de l'espionne. Le seul intérêt que j'ai eu pour "l'amoureuse", c'est son action héroïque finale. Le suspens s'étale aussi de manière curieuse : passé l'excitation du début, le tout paraît un peu long, surtout la bataille de la Falaise Rouge. C'est le découpage en fait qui m'a un peu déplût par moments : des séquences trops rapides ou bien trop lentes à mon goût. Sachant que je l'ai vu en version courte, donc coupé par rapport au film original, je me demande ce que ça donne en version longue (et je compte bien le découvrir, cf à la fin)

 

Enfin petit détail sur la fin, mais qui m'a quand même gêné : le coup de l'arc bandé pendant cinq bonne minute, essayez pour voir... pour avoir moi même fait un peu de tir à l'arc je peux vous assurer que vos muscles se crispent en moins de deux, il est donc non seulement difficile de tenir cette position mais inutile : si vous lancez votre flèche avec une telle crispation, c'est le mauvais tir assuré.

 

Bref ça ne fait pas beaucoup de défauts XD Pour finir un mot sur un aspect essentiel du film, cette sorte de poésie du respect à la chinoise. Comme leurs voisins les japonais, on retrouve une sorte de candeur, d'intériorité des émotions. Alors ils les expriment dans l'art, la musique... ce qui donne dans ce film des moments très étonnant, notamment par des duels musicaux (malheureusement si désagréable pour les oreilles que c'en était crispant). Un aspect que l'on sent aussi avec le regard porté sur le vent, qui peut aux pieds de la Falaise Rouge leur amener la mort ou la vie. Une attention dévote pour les éléments, qu'ils soient l'air ou le feu. Un feu d'ailleurs très impressionnant sur la fin, comme si la fureur du dragon divin était avec eux.

 

18940775.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20080521_100856.jpg

Enfin, j'ai apprécié la noblesse de leur sentiment vis à vis de la mort. Les chinois du "camps des gentils" sont tristes à la mort des soldats, quelle que soit la faction décimée. Ils respectent leur ennemi, et savent très bien que la mort ne fait pas de distinction entre eux.

 

Conclusion ? Un film grandiose, épique, beau aussi bien dans l'image que dans l'histoire racontée. Une reconstitution vraiment superbe. Vous l'aurez compris, à voir absolument ! 5/5

  

 

A noter que je critique ici la version occidentale de 2h25. La version originale est de 4h40 ! Je vais tâcher de voir cette version longue pour comparer, je vous tiens au courant

 

Autres critiques :

Nico (version longue)

Vance

sur yozone

sur critico-blog

 

En savoir plus :

fiche allociné

le site officiel

la fiche wiki de l'histoire des 3 royaumes

 

*cf le dernier samouraï, mais chut, pas spoiler XD

Commenter cet article

Efelle 24/05/2011 08:15


La version longue vaut vraiment le détour. Si tu as aimé la version internationale tu sera agréablement surprise.
L'intrigue est plus cohérente, les personnages approfondis, bref que du bonheur.


Lael 25/05/2011 04:09



cool XD merci d'être passée ;)



nico 22/05/2011 09:27


Belle critique, il faut que tu vois la version longue alors ;) Je pense que les défauts dont tu parles sont uniquement liés à la version que tu as découverte. N'oublie pas que la version longue,
c'est en fait le double en durée que la version courte. Si t'as aimé la VC tu vas adorer la VL donc ;)


Lael 22/05/2011 19:45



merci de ta visite ;) oui je pense que je vais adorer la version longue, j'ai hâte ^^