Lune de miel en enfer, fredric Brown

Publié le par Lael

Fredric Brown est un auteur de SF américain de l'âge d'Or, connu pour son ton humoristique déjanté assumé. Si on connait principalement son roman "Martiens, go home !", devenu un grand classique, il a surtout été très prolifiques en nouvelles. "Lune de miel en enfer" est l'un de ces recueils.

 

pdf075-1984.jpgSi la première nouvelle, qui donne son nom au recueil, est assez longue, beaucoup de nouvelles sont courtes, voire très courtes (c'est un spécialistes de la 'micronouvelle'). Mais le plaisir lui, dure XD

Fredric Brown fait partis de mes auteurs favoris, parce que c'est un vrai magicien : en quelques pages, quelques lignes même, il nous donne des personnages savoureux, un contexte inventif, des idées simples mais percutantes, le tout patiné d'humour (plus ou moins burlesque suivant la nouvelle, parfois presque sage).

Sa plume est incisive et souvent très recherchée, ainsi l'une des nouvelles du recueil, "il ne faut pas pousser grand mère", est une succession de calembours (qui rend malheureusement difficile la compréhension, au point que le traducteur a aussi placée la nouvelle en VO, se disant vaincu !).

Spécialiste des nouvelles courtes, c'est bien sûr un expert des chutes. Ce qui, comme avec tout auteur, rend parfois perplexe (par exemple je n'ai pas compris "millenium"), mais c'est dans la majorité des cas un régal.

 

Je ne dirais pas que tout le recueil se vaut : comme dans tout regroupement de nouvelles, certaines sont meilleures que d'autres. Mais la qualité globale est vraiment dans le haut du panier, Fredric Brown fait mouche presque à chaque fois.

Ma préférée étant "l'arme", vraiment très fort (mais je ne peux rien en dire sans gâcher votre plaisir). "Le dome" était touchant, et j'ai aimé la morale qui s'en dégage, qu'il n'est pas bon de se couper du monde. Quant à la fameuse "lune de miel", elle ne méritait peut être pas un developpement sur autant de pages, mais c'est un bon moment d'humour burlesque pour une histoire intelligente, en apparence simpliste, mais très maline.

 

Bref il est difficile d'en parler sans spoiler, mais une chose est sûr, j'ai encore passée un très bon moment avec Brown, à la fois de détente, comme si j'avais lu un livre de blagues (réussies), mais aussi de réflexions et d'émerveillement. Et un mot : jouissif XD  

5/5

 

Voire la critique de Ludo des Singes de l'Espace qui en parle mieux que moi ^^

 

Si vous ne connaissez pas du tout Brown je vous conseille la micronouvelle F.I.N (présente dans le tome 2 "histoire de la SF" de jacque Sadoul, et dans "fantôme et farfafouilles" -deux recueils de nouvelles).Je suis très tenté de la publier (elle fait une demi page) mais on n'a pas le droit il me semble , et puis on devrais lire bientôt Fantôme et F sur le Cercle...


Et bien sûr je vous conseille aussi "martien go home", un roman désopilant très vite lu !

 

Focus sur "Arena",

l'une des nouvelles de ce recueil :

 

Je pouvais difficilement passer à côté de cette nouvelle qui a été adaptée en un épisode de Star Trek du même nom, dans la première série des années 60 (TOS). Un épisode culte pour l'apparition d'un drôle de monstre reptilien, un Gorn, que doit affronter Kirk.

Le contexte est le même : dans les deux cas, deux ennemis qui s'affrontent dans l'espace sont téléportés sur une planète inconnue, et le résultat de la lutte entre les deux chefs déterminera le sort de leurs armées. Se lance alors une lutte à mort entre l'humain et l'extraterrestre.

 

gorn.jpgDans l'épisode et la nouvelle, le terrain est desertique et brûlant, et le combat ne se résume pas à la force physique : il faut trouver une parade par l'intelligence. Mais dans la nouvelle, le sable et la végétation sont bleus, et les adversaires ne peuvent pas s'empoigner directement : il y a une drôle de barrière qui les sépare. En fait, cela donne une bataille plus axée sur la ruse que dans l'épisode de star trek, puisqu'il faut d'abord passer cette barrière avant de trouver comment tuer l'Autre. Et à ce niveau, Kirk était plutôt un chanceux avec le Gorn, malgré la force surhumaine du lézard géant : en effet chez Brown, l'extraterrestre est une sphère rouge !

En somme, la nouvelle est encore plus kitch que l'épisode ! Incroyable mais vrai ! Il faut dire que Brown n'avait pas les contraintes du tournage, il pouvait laisser son imagination divaguer...

 

Enfin l'épisode est mieux dans le choix de donner une morale de fin, qu'on ne trouve pas dans l'oeuvre originale.

 

En conclusion, les deux sont assez différents et je ne sais pas si je préfère la nouvelle ou l'épisode, les deux ont leurs charmes. Mais c'est marrant de voir les différences entre les deux. Clin d'oeil volontaire ? Il se trouve qu'un "personnage secondaire", qui aura un rôle déterminant dans la nouvelle, est un... lézard !

Commenter cet article

Nathalie 27/11/2014 20:58

Je n'ai pas lu ce recueil de nouvelles (mais maintenant il est noté des mes "envies" dans ma bibli virtuelle !) mais j'avais bien ri en lisant "Martiens Go Home" il y a...plus de 30 ans ! (si je
m'en souviens, c'est qu'il m'avait vraiment plu, c'était le premier roman de ce genre que je lisais -SF et Humour mélangés...) Merci Tonton Dominique !

Lael 30/11/2014 00:54



oui on commence souvent à le connaitre par son roman, faut dire trop fort ces martiens. hey Toto !



The Bursar 17/04/2011 19:24


C'est sûr que Kirk qui combat une sphère rouge ça aurait été ridicule. Arena est aussi mentionné dans la chanson de Nerf Herder : Mr Spock.
En soi, l'épisode ne m'a pas marquée plus que ça, vu que je suis surtout fan de Spock, donc je préfère des épisodes comme the Tholian Web.