O. Scott Card, Cycle d'Ender 1&2

Publié le par Lael

ORSON SCOTT CARD

Le cycle d’Ender

-4 tomes-

SF, space op 

 

tome 1 : la stratégie Ender 



E
ender1.jpgnder n'est qu'un jeune garçon de six ans. Pourtant le sort du monde repose entre ses mains... car c'est un génie, manipulé depuis sa naissance, appelé a devenir le puissant stratège qui éloignera définitivement de la Terre la menace des Doryphores.


Le grand point fort de ce livre, c'est de pouvoir nous plonger au cœur de la vie de cette enfant. Faire un personnage si jeune est très casse-cou, A.E Van Vogt s'y était cassé les dents dans A la poursuite des Slans. Ici, Orson Scott Card s'en sort haut la main. Il nous rend cet enfant si réel qu'on peut difficilement ne pas être ému par son destin (et repenser à notre propre enfance). Comment aurions nous réagis à sa place ? Aurions nous fait les même choix ? La fin telle qu'elle est décrite ici est t'elle inévitable ?
Les thèmes sont fort, et parfaitement exploités : l'enfance, la manipulation, la vie, la mort... Et la compréhension entre espèces, qui reste la ligne de fond de tout le cycle. L'épilogue donne une jolie note d'espoir, bien qu'il aurait été souhaitable que l'auteur s'attarde plus sur cette deuxième période la la vie d'Ender, cruciale pour la suite.

Si le style d'Orson Scott Card n'a rien d'exceptionnel, il se lit très bien, et au vu de son imagination, on lui pardonne volontiers.

 

Bref : un chef d'oeuvre tout simplement, 5/5

 

Autres critiques à lire : Cédric, endea, blopromptu, Lhisbei, Arutha, Spocky, El Jc

 

Tome 2 : la voix des morts       

 

  Coup de coeur !

 
3 000 ans ont passés et l'Homme a colonisée une partie de la galaxie. Il se croit seul... Lorsqu'il découvre une nouvelle espèce intelligente, mi-homme mi-cochon, surnommés bien vite les Piggies. Une colonie un peu particulière prend forme sur cette planète. Les scientifiques cherchent alors à répondre aux angoisses que se pose l'humanité : doit-on s'inquiéter de cette nouvelle menace ? Tandis que se profile la répétition de l'Histoire de la guerre avec les Doryphores, un Porte Parole des Morts débarque sur place. Il s'agit d'Ender, et il compte bien trouver ici sa rédemption.


Je tiens tout d'abord à dire qu'au début, il faut être quelque peu patient. Orson Scott Card place beaucoup d'éléments, et change la mise de départ en faisant faire aux personnages des bonds dans le temps (par le biais de voyages interstellaires de manière certes ingénieuse, mais perturbante). Ender a des buts multiples lorsqu'il arrive sur la colonie, et on se dit que le bouquin part dans tout les sens. Mais cette impression est passagère, et une fois que le récit se lance vraiment, on en oublie cette transition malaisée.

 

ender2.jpg

Encore une fois, le grand point fort c'est les thématiques, servies avec art dans une histoire pleine de suspens qui n'a rien d'un cours didactique ennuyeux. J'ai été très surprise du côté carrément psychologique du développement : on nous parle de la vie des gens, de pourquoi ils font tels choix de vies, de leurs peines et de leurs joies. Le Porte Parole des Morts a ici un rôle de "psy" familial, et bien plus que cela. Il vient mettre les pieds dans le plats, révéler les non-dits qui empoisonnent l'existence de la famille des scientifiques de Lusitania, mais aussi par ricochet, de toute la colonie. Et j'ai été encore plus surprise, comme je vous l'ai dit, que ça n'ait rien d'ennuyeux. C'est tout simplement passionnant, et cela souligne et renforce le reste de l'histoire.

 

Parce que le deuxième grand thème, largement exploité, c'est la compréhension entre espèces. Pourquoi les Piggies agissent de façon si horrible par moment ? A t'on le droit de les juger ?

Orson Scott Card se permet au passage de démolir la méthode ethnologique qui préconise la non-intervention (observer seulement pour ne pas influencer les cultures indigènes), en prouvant que c'est non seulement inutile mais dangeureux, tandis qu'Ender et sa liberté de paroles, son refus du non-dit, arrive à comprendre cet autre espèce.

 

Au final, c'est un vrai plaidoyer pour la compréhension et l'ouverture d'esprit auprès de l'Autre, qu'il soit notre prochain ou extraterrestre. Tout en étant un livre de divertissement. Chapeau l'artiste !

Encore un chef d'oeuvre, différent du tome 1 mais tout aussi pasionnant, si ce n'est plus. 5/5

 

Autre critique : Vert (Calenwen) , endea 

A voir aussi : Abettik a pondu tout un délire sur la saga d'Ender, mais attention aux spoilers ! 

 

Pour voir mon avis sur les tomes 3 et 4 c'est par là !


Commenter cet article

Nathalie 27/11/2014 20:49

Bonsoir,
J'ai adoré les 4 tomes, mais les deux premiers restent mes préférés... La fin du 1er tome est terrible quand on comprend comment et pourquoi ce pauvre enfant a été manipulé... On a vraiment mal
pour lui !

Lael 30/11/2014 00:53



tout à fait !



Spocky 18/08/2011 14:57


Je ne sais pas vraiment pourquoi, je n'ai jamais réussi à m'attaquer au tome 2, pourtant il est dans ma PAL et j'ai beaucoup aimé le tome 1. Probablement parce qu'on m'a dit qu'il était très
différent. Mais petit à petit, à force de lire de très bonne critique sur ce tome 2, je vais peut être m'y mettre. ;)


Lael 19/08/2011 01:03



il faut il faut XD



endea 14/08/2011 21:11


Complètement d'acc avec toi pour le début qui met du temps à se mettre en place, mais ensuite tout va bien ^^
J'ai surtout été agréablement surprise par le changement radical de ton et de style de l'auteur, c'est très intéressant et pas courant.


Lael 17/08/2011 00:08



j'avais même pas vu qu'il changeai de style XD même si j'avais sentis la différence entre le 1 et le 2.



endea 07/08/2011 10:52


Tu m'avais donné bien envie avec ton billet, chose faite j'ai lu (et dévoré) le tout premier tome, je ne suis pas déçue, j'ai juste trouvé l'aspect psychologique très dur. JE suis en cours du
deuxième tome là ^^


Lael 10/08/2011 19:28



XD



Lorhkan 13/07/2011 15:30


Ah effectivement, on sent l'enthousiasme ici ! C'est bien de pouvoir confronter les points de vue !
J'ai donc été moins emballé que toi, mais ça reste un bien bon moment de lecture, et je n'hésiterai d'ailleurs pas à le recommander autour de moi, car sa facilité d'accès notamment joue pour lui.


Lael 14/07/2011 01:04



tout à fait