séance ciné SFF : Source Code, les mondes de Ralph, Iron Sky

Publié le par Lael

Ces derniers mois je me suis fait une orgie de films, ça faisait très longtemps. Bon là je commence à me calmer lol, mais dans le coup j'ai pas mal de ptites critiques à publier !

 

Source Code

SF-thriller, 2011


Colter Stevens se réveille en sursaut dans un train à destination de Chicago. Amnésique, il n’a aucun souvenir d’être monté dedans. Désorienté, il cherche à comprendre ce qui se passe mais une bombe explose tuant tout le monde à bord. Alors on lui explique qu'il fait partis d'un projet expérimental visant à revivre ces mêmes 8 minute pour traquer un terroriste... 

 

En une phrase un film décevant, mais qui se regarde quand même. Au début je me suis dis "marrant comment avec juste une idée on peut faire un film". Mais non en fait, ça ne suffit pas (en tout cas ce film-là est trop bancal pour le prouver). Le héros s'entête à comprendre ce qui lui arrive, mettant sa mission en arrière-plan : c'était peut être une bonne idée à la base, rendant le héros plus réaliste qu'un action-héro classique, mais le problème c'est que cela rend le fil rouge complètement confus. On est très loin d'une traque au terroriste avec une action carrée, logique, imperturbable, comme le font la plupart des films du genre. Là le héros tatône, il part en tout sens, il doute, s'énerve, se perd... et nous avec. Résultat on finit par s'ennuyer sec et regarder l'heure en soupirant. Ce qui est quand même un comble avec le couperet des huits minutes !

Le film ne sachant se placer entre le thriller et la SF, il n'arrive pas non plus à nous convaincre en SF : les quelques effets spéciaux sont certes jolis (heu enfin un truc berk aussi) mais alors c'est trop barré pour tenir debout, à part l'idée plausible de considérer le cerveau comme un ordinateur (et de l'utiliser de même). La fin ne nous contente pas sur les deux plans, donnant d'un côté un "méchant" que l'image nous montrait dès le tout début (ce que je n'ai pas manqué de repérer), et d'un autre une conclusion guimauve d'un illogisme scientifique qui a de quoi faire hurler. SPOILER : pour le coup j'aurais préféré que le film s'arrête lorsque le héros embrase la fille et que le temps s'arrête. Avec genre une conclusion sur le fait que son cerveau restera sur cette image pour l'éternité. Parce que là attend, en plus il a "volé" le corps d'un autre !

Bref à écrire tout ça je me dis que j'ai été bien déçue !

 

ps SPOIL : un truc qui m'a fait sourire, c'est le fait qu'il traque le terroriste en faisant du délit de faciès, puis qu'au final le terroriste est un blanc exalté religieux.

 

2,5/5  

Bof, un film brouillon, qui ne tient pas côté SF et qui peine à maintenir un thriller dynamique.

 

Autres critiques : Cachou

 

Les mondes de Ralph

Film d'animation, 2012

 

 

Gâchis que ce film qui partait très fort ! L'idée de base m'éclatait, et les 20 premières minutes sont géniales. Que font les personnages des jeux videos une fois que ceux ci sont éteints ? Un méchant n'est il pas aussi indispensable qu'un héros ?

L'image est superbe et nous fait vraiment rentrer dans cet univers, bien sûr bourrées de références vidéoludiques (enfin dans mon cas à part Sonic je n'ai pas reconnu grand chose "-_- ). J'ai adoré le contraste, très bien rendu visuellement, entre les personnages de "vieux" jeux (comme les habitants du pentahouse qui se déplacent par "bonds saccadés"), et ceux des jeux modernes, avec la fille militaire du jeu de tir. Un passage marrant résume cela, avec le petit bonhomme bricoleur qui observe la chevelure et les textures de la fille en lui disant "waa, alors c'est ça la haute définition !" (au passage, c'était mes deux persos préférés que l'on verra trop peu).

Bref le mélange des effets est assez impressionnant, mais les références et le visuel ne fait pas un film. Car malheureusement, à partir du moment où le personnage principal rencontre une petite fille dans un jeu rose bonbon, tout est finit. On tombe dans les clichés sucrés navrants du début à la fin, qui certes plairont aux plus petits mais agaceront vite les grands. Et puis l'humour raz du plancher, la petite fille au personnage identique à ce que l'on voit depuis des années (de monstre et cie à Grû, la "mignone rebelle" est tendance)... ça lasse.

Il me semble que c'est une tendance dans les derniers films d'animations : au lieu de réaliser des films pouvant plaire à tout âge (comme Kung Fu Panda et j'en passe), le film se concentre sur les effets en oubliant le deuxième degré, ciblant les enfants avec des "brefs moments pour adultes" (le début qui fait appel à la nostalgie du joueur). Dommage, vraiment dommage. Au point que la "morale", plutôt bien démontrée, que "l'anomalie", le truc qui rend différent, le handicap, est une force si on l'assume, m'a laissée indifférente !!

 

2,5/5 Les purs gamers risquent d'être désappointés par le formatage du produit. A réserver aux plus jeunes.


Iron Sky

Direct-to-dvd (dispo depuis le 18 février), comédie uchronique, 2012

 

20380369.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgJ'ai entendu parler de ce film via des copains blogueurs ayant pu profiter de sa diffusion au Utos l'année dernière. Des nazis cachés sur la lune depuis la deuxième guerre, on sent tout de suite que ça va être gratiné côté burlesque. Eh bien comme je le craignais ce film a été au delà du nimportequoitesque pour moi. Il faut plus qu'un millième degré pour cet humour qui ne m'a vraiment plu que lorsqu'il osait être acide et critiquer l'amérique. J'ai du rire (doucement) une fois, lorsque le téléphone s'est arrêté par manque de batterie (ceux qui auront vu comprendront). Le film serait encore supportable sans ces scènes à rallonges trop capillotractées. Il manquait aussi sérieusement de rythme et d'un "assemblage" global (les scènes semblaient être juste collées bout à bout). Bref, alors oui le visuel est extrêmement bon pour un petit film mais ça ne lui suffit pas. Comprenez que quand dans mon cas on ne trouve pas ça drôle et qu'en plus on ne peut pas dire "ouah c'est malin cette technologie" parce que certains détails sont particulièrement débiles (moto sur la lune... c'est assumé, et c'est marrant, mais comment dire que leur techno tient debout ?)

Je retiens quand même deux idées : les astéroïdes-bombes et les stations spatiales changés en vaisseaux d'assaut (comme l'a dit l'un des proches avec qui je regardais ça, c'est que ça pourrait être vrai en plus ! Qui sait réellement ce qu'ils trafiquent là haut ?!)

 

1,5/5  

Bref, à moins que vous soyez bon public envers l'absurde ou en manque de dieselpunk, je vous le déconseille. 

(et je surnote légèrement parce que ce n'est pas mon style mais d'autres adoreront.)

Commenter cet article