séance lecture : la ménopause des fées, Masques (ST), Ramsès au pays des ;

Publié le par Lael

 

9782915549096FS.gifLa ménopause des fées tome 1 "le crépuscule des dieux", Gudule

 

fantasy urbaine

burlesque

Bragelonne 2005

 

Depuis la disparition de sa forêt de Brocéliande, Merlin  est un clodo réfugié dans une station de métro parisienne. Ses trois fées, Vivi, Moorgën et Clochette, ont élu domicile dans les poubelles. La première se passionne pour les jeux de mots foireux, la deuxième a adoptée les idées d'extrème droite, et la troisième fait une fixette sur les garçonnets roux.
Rien n'est plus comme avant, mais Merlin n'a pas dit son dernier mot. De coïcidence en coïcidence, il décide de relancer la quête du Grâal pour que revienne le temps des chevaliers et des châteaux forts !

 

Cela faisait un moment que le titre m'intriguait, et à défaut d'aimer la couverture affreuse, je l'ai emprunté pour le Swap fée qui se prépare. Je me suis dit que je souhaitais savoir un peu de quoi il en retournait avant de l'envoyer. Finalement je ne l'ai pas offert, entre autre parce qu'on ne peut le trouver qu'en occasion, et parce que je n'ai pas aimé.

Cette histoire a été trop graveuleuse pour moi, et l'humour au millième degré a finit par m'user. J'ai eu l'impression d'un mauvais skectch des Nuls ou du Splendide. C'est dire. Côté satire sociale, la parabole du "sarkozisme" est un peu trop fort de café, et puis je déteste la fin triste et morose. Ne parlons pas des personnages qui n'ont rien d'attachants, ils sont plutôt détestables, au mieux ils font pitiés. Reste une réinterprétation originale du mythe arthurien qui ravira (ou choquera) les passionnés du mythe.

Quand à moi le seul passage que j'ai vraiment aimé, c'est l'artiste urbain, tellement heureux de voir sortir une fée de son tag, qu'il peint en vert toute la rue !

 

1/5 De trop mauvais goût.

 

Autres critiques : sur la nooSFère , l'avis d'Anne Fakhouri sur ActuSF, Nébal, et encore

*****  

 

star-trek---la-nouvelle-generation----tome-33---masques-128.jpgMasques, John Vornholt

Star Trek TNG

 

space op'

fleuve noir n°33   

 

L'ambassadeur Lewis montre au capitaine Picard le précieux masque de l'Ambassadeur de la planète Lorca. La coutume là bas est de ne jamais avoir le visage découvert, c'est la pire injure qui soit. Les officiers vont donc recycler de vieux masques d'Halloween, et accompagnent l'ambassadeur dans une mission qui leur réservera bien des surprises.

J'ai lu ce roman il y a quelques mois déjà, et c'est bien malheureux de voir à quel point la mémoire s'efface. Je serais donc très brève : ce n'est pas un souvenir impérissable, mais j'ai passé un bon moment. On retrouve bien l'ambiance de la série et ses personnages. Ce que j'ai surtout apprécié, c'est la recherche casi ethnologique : la société présenté a une culture atypique, et le rôle des Masques fait tout le charme de cette aventure.

 

4/5 Un bon "épisode" stand-alone, pour les fans en manque d'exploration inédite.
Une autre critique brève ici
*****

 

Ramsès au pays des points-virgules, pierre Thiry

 

Fantastique

 

Quelques jours avant Noël, Alice discute avec son oncle Sigismond: un bouquiniste érudit. Elle se moque de lui car il ne connait meme pas J.-K. Rowling l'auteur d'Harry Potter. Elle évoque un roman qui aurait été écrit par un certain Jérôme Boisseau : «Ramsès au pays des points-virgules». L’oncle Sigismond, n’en a jamais entendu parler. Osera-t-il avouer à sa nièce qu’il existe des écrivains dont il ignore tout ?

Le livre est en attente de critique depuis de très longs mois, tout simplement parce que je ne savais pas trop quoi dire. Mais il est temps que je m'y essaye !

Ce livre, c'est une bonne idée à la base : faire intervenir le lecteur, donner le goût de la lecture, place des reférences culturelles... MAIS... Je n'ai pas du tout adhérée, ni à la forme, ni au fond. Les espaces blancs pour le lecteur sont peux nombreux et m'ont laissés perplexes. Compléter un poème de Vian par exemple, heuu... il me semble que c'est un savoir bien particulier et que peu de lecteurs connaissent, encore moins des jeunes, à moins de l'étudier en cours ou d'avoir particulièrement une passion pour lui ! Quant aux références elles sont comme Vian pas évidentes, ou alors peu explicite : là dessus il y a quelques notes de bas de pages didactiques fort louables, mais tant qu'à faire j'aurai aimé qu'elles soient plus nombreuses. Bref mon enthousiasme s'est effeuillée de page en page, et au final j'étais bien content de voir ce récit, assez court, se terminer.

 

1/5 Il conviendra sûrement à ceux qui idolâtre "alice aux pays des merveilles" et adorent les récits sans queue ni tête*, entre le rêve et le cauchemars. Mais ce n'est pas mon cas.

 

*bien que l'auteur s'en défende. Mais clairement, je n'ai compris à l'histoire.

 

Autres critiques : de.w, Acro, mina, (et je sais en avoir vu bien d'autres chez les copains mais je ne retrouve pas ! N'hésitez pas à me donner vos liens en commentaire !)

 

 

ps1 : c'est un détail, mais j'avoue avoir criée au scandale lorsque le récit présente Isis comme une déesse lunaire ?!!

ps2 : sur le fait de faire participer le lecteur : l'inconvénient c'est que le livre devient un objet personel qu'on ne peux pas partager !


  

Commenter cet article

Rose 03/05/2012 21:59

Je comprends mieux la question "Aimes tu l'humour graveleux" :p
Dommage pour ces déceptions, on en oublierais celui du milieu qui t'as plus plu !

Lael 05/05/2012 00:50



tout à fait ^^