spock doit mourir [roman Star Trek]

Publié le par Lael

Roman Star Trek The Original Series

Auteur : james Blish

Fleuve noir n°3


SpockDoitMourirMini.jpg

 

Plusieurs mois après que les klingons et la Fédération ont été forcés, à cause des Organiens, d'instaurer un cessez-le-feu (épisode "les arbitres du cosmos" 1x26) les klingons attaquent subitement. L'Enterprise est bien loin du front, et se dit qu'il n'y a qu'une chose à faire : retourner sur Organia pour comprendre pourquoi ceux ci laissent faire les klingons. Voulant pour l'occasion tester une téléportation à longue distance, l'expérience échoue... et DEUX Spock se retrouvent dans le téléporteur !

 

M'a fois j'en sort pas très convaincu. Il est correct, sans plus. Il me fait l'effet d'une fanfics de niveau moyen, rien d'exceptionnel, mais pas de très mauvais non plus, juste "classique", sans grand intérêt. 

 

image7.jpg

A son crédit, l'univers Star Trek est très bien respecté, les allusions sont nombreuses et certaines répliquent sonnent bien, dans la bouche de Mc Coy ou Scotty plus particulièrement (perso j'ai apprécié le "je suis médecin pas sorcier" c'est plus à mes yeux un clin d'oeil, et puis ça va tellement bien au personnage). Mais ça reste fade. Quand à l'intérêt tout relatif du conflit de conscience lié à l'utilisation du téléporteur, ça part en deux-trois discussions techniques impossibles à suivre... et la question finalement essentielle n'est pas posée : a t'on le droit de détruire son double ?

 

Finalement la seule bonne surprise de ce roman c'est l'utilisation intelligente de Uhura ! Bien que ces talents linguistiques sont poussés dans un tel extrême qu'elle fait un peu super-héroïne...

 

Comme dit Spocky dans sa critique ce livre suit les mêmes schémas qu'un épisode de la série. Mais je trouve ça plutôt bien, c'est pas original certes mais ça fait bien "ambiance TOS". En fait c'est sur l'histoire elle même que ça pêche sérieusement. Et sur la forme qui manque un peu de.... de "plus" quoi. Plus de kitsch, plus de peps. Par exemple il nous cite des animaux fantastiques d'autres mondes, il aurait été bon d'avoir des descriptions humoristiques de ceux ci. Bon sans aller dans le Pratchett mais quelque chose de plus frais, pétillant, de moins formel. Comme dans la fanfics TOS que j'ai écris quoi  Tiens d'ailleurs faut que je pense à la mettre en ligne ici.

 

Quoi dire d'autre si ce n'est une fin relativement acadabrantesque. Dans l'esprit de la série, oui. Mais crédibilité... Spoiler : Les organiens, non-interventionnistes, décident d'interdire la guerre aux klingons ! Même partiellement, c'est n'importe quoi... Scotty qui a besoin de matériels, avec des organiens soudain incapable de lui fournir ce qu'il veut, alors qu'ils créent un village, l'animation de toute une planète, juste par la pensée ! L'organien qui a besoin de Kor pour connaître la planète-mère des klingon, alors que dans l'épisode original il dit être positionné, en esprit, au dessus des planètes-mère klingons et humaine ! (Bon à part ce détail l'épisode est très bien respecté, soyons honnête).

 

Ah oui et jai pas du tout adhéré à la grande abération de ce roman : que cela se passe sur plusieurs mois. Non seulement on ne sent pas le temps passer, mais que "spock 1" s'enferme pendant des mois c'est lamentable.

 

Bref y'avais peut être de quoi faire un bon trip avec les deux Spock, mais James Blish loupe le coche à mes yeux. A vouloir suivre trop formellement la série, il nous pond quelque chose d'essentiellement ennuyeux. Un peu comme un rapport interminable... et certains détails, comme le fait que cela se passe sur des mois et des mois, m'ont fait vraiment grincer des dents.

 

Citations pour finir  :

 

"mon existence -réplique le Spock double- est la correction fortuite, mais necessaire, d'un brouillon hautement imparfait. Ce sont les notes prises à la hâte qui doivent disparaître, non le texte définitif"

 

Scotty : "ce n'est pas la première fois que je rêve de passer un bon savon au petit génie qui a dessiné nos uniformes en oubliant les poches !"

 

53453866

  Ma note est de 2/5

 

  Lu en partenariat avec Spocky : sa critique

  Autre avis sur la blogosphère : the Busar

Publié dans star trek

Commenter cet article