une certaine porte des étoiles... partie 2

Publié le par Lael

La semaine dernière, je vous présentais le film Stargate, et la série qui en est issue, Stargate SG1. On continue l'exploration en allant un peu plus loin sur SG1.

 

Et si on décortiquait un peu la bête, saison par saison ?

Attention, je vais spoiler !

 

titre strag générik


 Les deux premières saisons font le pari, et le relèvent avec  brio, de se distinguer du film tout en gardant cette base. Ils l'élargissent considérablement, créant une galaxie pleine de peuples à découvrir, d'alliés potentiels (les Noxs, les Asgards, les Tollans, les Tok'râ)... et développant le principe que les principaux dieux de nos mythes sont en fait des extraterrestres goa'ulds méchants et tyranniques. Apophis devient dès le pilote "l'ennemi juré" d'SG1, et fait preuve rapidement d'une fâcheuse tendance à la résurrection ! (tendance que partage d'autres goa'ulds, mais dont il est le roi incontesté. Seul Daniel parvient peut être à la battre lol Il est lui aussi devenus un spécialiste de "je suis mort... ah ben non !")

C'est une période donc de mise en place de (presque) toute la série, où SG1 se balade avant tout sur d'autres vlcsnap-34121.pngplanètes et fait des rencontres. Et notez que dès la saison 1, est mise en place la relation ambiguë entre Jack et Sam : ils sont attirés l'un vers l'autre, mais le réglement leur interdit d'être ensemble. C'est une donnée importante à signaler au vu du nombres de shippers que je connais ! (ci contre, "portés disparus" 1x17) Ce sont des saisons que je redécouvre avec plaisir en ce moment.

cap091.JPGPuis ça se complique saison 3-4 : des alliances se forment, la diplomatie vient mettre son nez là dedans. Ce n'est plus aussi "far west dans l'espace", mais ça continue sur la même lancée. Apophis est toujours le vilain-pas-beau principal, SG1 continue de gambader joyeusement sur d'autres planètes... mais si les Asgards deviennent un allié puissant, ils ne peuvent guère nous aider, en proie à un terrible ennemi qui menace de les détruire : les Replicateurs. A côté de quoi les goa'ulds ne font plus vraiment peur... SG1 va donc "goûter" à la "joie" de combattre ce nouvel ennemi pour aider les Asgards.

Important aussi, la découverte des Anciens, les créateurs de la Porte des Etoiles, qui vivent sur un autre plan d'existence. C'est l'un des peuples qui aura le plus de poids dans l'histoire de Stargate, aussi bien dans SG1 que dans les séries qui en ont dérivées. 

 

La saison 5 est un tournant :

- Un nouveau grand méchant loup apparaît : après Apophis, c'est Anubis qui prend le devant de la scène, et dans le genre, c'est le plus pire que pire. Même les goa'ulds en ont peur !

- Chez nos alliés c'est la débandade : les Asgards comme la Tok'ra ne s'en relèverons pas.vlcsnap-55230.png

- L'équipe qui perd (temporairement) un membre : pendant la saison 6 Daniel est remplacé par Jonas Quinn. Je ne dirai pas le pourquoi du comment pour ne pas trop spoiler, mais sachez que côté coulisse, l'acteur à simplement voulu aller prendre l'air. Et lorsqu'il a constaté que sa carrière solo ne décollait pas, il est bien vite revenu !groupesaison6-Hallucination.jpg

La saison 6 reste donc quelque peu à part, d'autant que l'on commence à sentir un changement au niveau de la qualité des histoires : de plus en plus inégale à mes yeux. Changement important dans cette saison, la technologie avancée de la Terre, encore au stade de bidouillage avec les croisseurs goa'ulds quelques saisons auparavant, prend de l'ampleur : le premier vaisseau terrien, le Prométhée, est mis en service. Grâce à ça, les prochaines saisons verront de grandes batailles spatiales. On est loin du "SG1 dans la forêt" !

 

(gif by Hito)

166634531.gifLa saison 7 se concentre sur la lutte contre Anubis, se finissant dans une splendide apothéose (le double épisode final, Lost City, est un bijou). Anubis ayant rompu l'équilibre des forces dans l'empire goa'uld, a part Baâl, plus aucun goa'uld n'est succeptible de représenter une vrai menace. Les Réplicateur reviennent (saison 8), poussant les scenaristes à se surpasser. Mais il faut faire son tri : tout n'est pas bon à prendre, la série va dans certaines facilités qu'elle avait jusque à présent à peu près évitées (bien que saison 6 et 7 y'a déjà eut des prémices). De bonnes idées, notamment avec Numéro 5 et "réplicarter". Mais pour le reste... je n'ai pas adhéré au trip mystique des jaffas, encore moins aux 'clones de baâl' et autres abérations. Au moins, SG1 règle les sous-histoires laissées en suspens (maybourne, le trio amoureux Pete/carter/O'neill... Jacob... quel gâchis pour lui, là on voit à quel point les scenaristes sont tombés bas !)

Et bien sûr on ne peut pas parler de la saison 8 sans dire que O'neill devient le general du SGC, laissant à Carter le soin de diriger SG1. Et cette fois ci aucun remplaçant. Cette saison est assez bancale à ce niveau, car O'neill en général, même si ça donne des situations géniales, c'est pas franchement crédible, et SG1 à 3, avec une Sam qui franchement ne sait pas prendre le commandement... ça ne tourne pas bien. Encore moins quand on sait, et quand on sent, que Richard Dean Anderson (appelé familliairement RDA) voulait partir de la série. C'est la fin d'une époque.

 

cameron.jpgLa fin saison 8 marque le deuxième tournant majeur de la série, et autant dire que c'est presque une rupture : le double épisode "moebius" (retour vers le futur) fait une pause, renoue avec les origines de la série, à savoir le film, avant de le quitter définitivement. Saison 9 et 10, l'équipe change de composition : deux acteurs de Farscape viennent en renfort pour sauver la série qui s'essoufle, et à la base aussi on change de médecin et de général. Je ne parlerais pas de la bizarrerie qui fait que Cameron Mitchell et Samantha Carter sont tout les deux Lieutenant-colonel, et qu'aucun ne prend clairement le commandement (ah ben si j'en ai parlé oups  ). Côté histoire, pareil, on renouvelle franchement avec de nouveaux méchants, les Oris.


Bon autant dire que ces SG1 nouvelle génération, j'ai pas accrochés. Déjà, parce que les Ori sont hyper démoniaques (et me font super flipper) (on a plus l'impression d'être dans de la fantasy que dans de la sf), et que côté scenario on n'a plus le droit qu'à un seul régime : cette espèce de bouillasse faite de bons éléments que l'on rend indigestes à force de super-effets... En un mot, SG1 devient commercial. Finit le temps de l'innocence, le dramatique devient d'un lourd écrasant, et l'humour pourtant bien présent sonne maintenant faux.

Seul interêt pour ces deux saisons : le personnage de Vala, mutine et déroutante, qui vient donner un peu de fraicheur. Cameron est la troisième copie d'O'neill (après Sheppard d'Atlantis), comme si un stargate ne pouvait pas fonctionner sans un personnage O'neillien, le général Landry... est spécial, jamais pu m'y habituer, et la doctoresse est à peine esquissée n'en parlons pas. Bref à part Vala donc, et l'exploitation du mythe des Anciens (et encore non même pas... c'est quand même du grand n'importe quoi quand on y pense) c'est avant tout du grand spectacle pour large public, avec de grandes batailles... et des épisodes indépendants franchement pathétiques. C'est pas que ça soit mauvais au niveau divertissement, mais ce n'est plus du stargate à mes yeux. ça ressemble bien plus à Star Wars (la préquelle) ou au Star Trek de JJ Abrams.


Donc je vous conseille bien sûr ardemment cette série, et avant tout les cinqs premières saisons + les quelques perles des saisons 6/7/8 (principalement les épisodes doubles)

 

S'il ne devait y avoir qu'un épisode à voir, si vous n'avez jamais vu de stargate SG1 de votre vie : 

c'est "l'histoire sans fin" 4#06, pour découvrir l'humour, les personnages, et la solidité des scenarios.

 

Lundi prochain, on explore une autre galaxie : celle de Pegase avec Stargate Atlantis.

Publié dans stargate

Commenter cet article

JeeretGab 13/10/2010 15:46


J'avais bien aimé le film et j'ai regardé la saison 1 mais j'ai ensuite lâché.
J'avais trouvé que de faire souvent des épisodes stand alone avec une planète un épisode faisait que la série n'avançait pas vite dans sa trame principale.
Les épisodes n'avaient pas forcément beaucoup de moyens au début et je l'ai ressenti.
Bref je trouve qu'en SF Battlestar Galactica est beaucoup mieux mais que StarGate SG 1 se laisse bien regarder.


Lael 13/10/2010 21:01


C'est vrai que l'installation de la trame principale est longue au début et qu'en effet, SG1 fait partis de ses séries axé pas mal stand-alone (il me semble que Battlestar tout se suit n'est ce pas
? j'ai vu que le pilote).


Jenny 12/10/2010 09:13


Je me retrouve bien dans ton article, j'ai adoré les 5 premières saisons, j'ai un peu décroché à la 6ème et les 7 et 8 ont de bons épisodes mais pas tous... et je parle même pas des 9 et 10 !
Tu me donnes envie de me les refaire... ;o)


Lael 12/10/2010 17:12



cool XD en fait j'ai un projet en cours qui te motivera ptet à les revoir, mais chut, c'est top secret, c'est encore trop tôt pour en parler