Point culturel janvier : deux coups de coeurs parmi une comédie, une série SF, un manga et un anime !

Publié le par Lael Marguerite

Hello ! Ce mois de janvier m'a apporté deux coups de cœurs, ce qui fait d'autant plus plaisir que cela fait longtemps !

J'ai aussi bien avancé dans mon roman uchronique japonais Makoto. Après 15 ans d'utilisation j'ai enfin compris l'intérêt des titres et sous titres Word, qui m'ont permis d'organiser mon roman pour y voir plus clair et passer facilement d'un passage à un autre sans fouiller toutes les pages lol ! J'écris aussi une nouvelle SF d'anticipation et c'est plaisant de ne pas rester coincé dans un univers. Ma priorité allant à l'écriture de mes textes, mon envie de bloguer est passée à quelque chose de secondaire, mais cela ne m'empêchera pas de continuer à animer cet espace, le week-end, même si c'est moins souvent.

Point culturel janvier : deux coups de coeurs parmi une comédie, une série SF, un manga et un anime !

Mais sans plus tarder commençons avec le premier coup de cœur, une serie SF qui révolutionne les voyages dans le temps, j'ai nommé TRAVELERS

(les voyageurs du temps en fr). 2016, 24 épisodes, 2 saisons, dispo sur Netflix.

Travelers, c'est pour commencer un concept de voyage dans le temps assez original et très bien exploité : la conscience des Voyageurs est transféré dans un hôte, dix à quinze secondes avant sa mort. Le Voyageur remplace donc la conscience de son hôte et évite de mourir (par exemple, en ne se suicidant pas). Puis tente de prendre son identité et de continuer à vivre comme si de rien n'était. C'est ainsi des milliers de Voyageurs qui arrivent à notre époque. Leur but : réparer nos erreurs qui ont conduits à un futur cataclysmique où l'humanité a été presque entièrement anéantie.

Travelers est une série qui possède son propre ton et ne ressemble à aucune autre. L'ambiance est posée, assez mélancolique sans être noire (si on oublie le premier épisode, un peu oppressant puisque l'on suit des personnes au bord de la mort l'une après l'autre, avec un compte à rebours). La série possède son rythme propre, presque lent, mais très immersif, car le focus est donné sur le vécu des personnages. On imagine vraiment être à leur place, projeté dans un passé et dans d'autres vies où aucun entrainement ne peut suffire face au désarroi de tant d'inconnu dans l'équation. Prendre l'identité d'un autre avec seulement les informations de son profil facebook imaginez (cela dit ça me fait rire que fb existe encore à leur époque) ! Alors d'emblée, il y a des couacs : Marcy se retrouve dans le corps d'une handicapée mentale, Philippe dans la peau d'un toxico... et leur première mission ne se passe pas comme prévu !

J'ai vraiment aimé ce point de vue, que les personnages aient la priorité, et qu'au final, ce soit leurs missions qui soient secondaires (alors qu'en général c'est plutôt l'inverse). Je regrette d'ailleurs que la saison 2, bien que continuant sur sa lancée, condense en 12 épisodes deux fils rouges qui prennent un peu trop de place au détriment de l'évolution de certains personnages (Trevor, Philippe). Je vous invite d'ailleurs à prévoir directement le visionnage de deux saisons, car le final de la saison 1 ne trouve ses explications que dans la saison 2. 

Côté cause/conséquence du voyage dans le temps la série évite assez intelligemment de s'y embrouiller avec, dans l'un des Protocoles des Voyageurs, de laisser le futur derrière eux et de ne pas chercher à en savoir plus (on se retrouve comme eux, à n'avoir que des fragments très épars de ce qui se passe dans le futur, ce qui amplifie l'identification). De plus ils n'ont pas le droit de sauver une vie ou d'en prendre une, sauf sur ordre. De manière générale il est clair que l'effet papillon n'existe pas pour eux, il faut vraiment de gros changements pour causer des conséquences.

Série crée par l'un des principaux scénariste/producteur des séries TV Stargate, brad Wright, on retrouve avec plaisir de nombreuses guests venant faire des apparitions (d'SG1 comme de stargate Universe), avec en grosse surprise ni plus ni moins qu'Amanda Tapping (alias Samantha Carter dans SG1) qui est présente sur deux épisodes de la saison 2*. 

Bref Travelers est une série coup de coeur qui aborde la thématique classique du voyage dans le temps pour sauver le monde d'une manière originale, sensible et pleine d'humanité. Les thèmes de l’autodétermination et du libre-arbitre sont d'ailleurs au cœur de la série. En prime l'image est belle, les choix de cadrages venant appuyer l'aspect intimiste de la série. Je vous invite vivement à regarder cette série de SF semblable à nulle autre pareille qui nous met au coeur de l'histoire, à la place de ces Voyageurs perdus qui redécouvrent ce que c'est de vivre. 5/5

PS: j'adore le personnage de David, il a toujours la répartie qui donne le sourire. En plus cela met un peu de gaité dans la série. 

*Curieusement, alors que c'était mon idole à l'époque d'sg1, j'ai trouvé ici qu'elle jouait exactement de la même façon et ça m'a énervé de retrouver les mêmes expressions, ça m'empêchait d'avoir le sentiment de voir un autre personnage. D'autres acteurs ont évolués dans leur jeu (comme Torri Higginson, alias Weir de Stargate Atlantis, que j'ai retrouvé dans Dark matter avec grand plaisir) et je préfère cela.

Point culturel janvier : deux coups de coeurs parmi une comédie, une série SF, un manga et un anime !

J'ai aussi regardé la comédie THE GOOD PLACE, 2016, 2 saisons, dispo sur Netflix, renouvelée pour une saison 3 (vous l'aurez compris, je suis enfin abonnée à Netflix lol).

Eleanore vient de mourir : elle est accueillis par un homme se présentant comme l'architecte de l'endroit où elle est arrivée, "le bon endroit". Il lui explique que chaque action sur Terre nous donne des points bonus ou malus suivants ce que l'on y fait, et que seuls les personnes ayant été de bonnes personnes dans leurs vies ont accès à un "bon endroit". L'ennui, c'est qu'Eleanore n'a rien d'une bonne personne, et l'avoue vite à son âme soeur désigné, un intello ayant passé sa vie à réfléchir sur la morale. Il va falloir qu'il l'aide pour qu'elle ne se fasse pas démasquer et envoyer au "mauvais endroit"...

The good place est une comédie déjantée, un peu comme Pushing daisies, l'humour n'étant pas présent en soit par des blagues, mais pas l'ironie des situations. On ne rit pas donc, mais le décalage entre les personnages et leurs situations donne de quoi sourire.  J'ai eu du mal à accrocher à cette forme d'humour grinçant, parfois lourd, parfois noir et limite glauque sur la saison 2, mais c'est une série qui cumules les rebondissements ! Surprenants au point de devenir carrément osés, je me suis demandé comment les scénaristes vont s'en tirer après nous avoir emmené aussi loin aussi vite, il y'a vraiment de l'audace à mettre un tsunami, que dis-je, plusieurs, sur la situation établie (et c'est une chose que je vois de plus en plus dans les séries et qui me plait beaucoup. Il y a quinze ans, les scénaristes nous auraient fait mijoter plusieurs saisons avant de faire évoluer une situation, par exemple en révélant un secret, alors que maintenant ils nous l'envoient à n'importe que moment bam !).

Le final de la saison 2 est encore un rebondissement de dingue, et j'ai très hâte de voir la saison 3 !

Il est appréciable aussi que cette série s'interroge sur tout les angles de ce qu'est une «bonne personne» et place pas mal de philosophie en situation réelle (je revois encore la tronche du pauvre Chidi recouvert de sang dans le dilemme du tramway !) 

Bref une série surprenante, imprévisible et décalée, à ne pas mettre entre toutes les mains. The good Place ressemble à une balle rebondissant sans cesse en tout sens, difficile de savoir où elle va tomber ensuite ! 3/5

Point culturel janvier : deux coups de coeurs parmi une comédie, une série SF, un manga et un anime !

Mon deuxième coup de coeur est pour le manga MOI, QUAND JE ME REINCARNE EN SLIME TOME 1 -2017, 2 tomes, en cours.

Satoru est un salary men lambda, mais à sa mort, il se retrouve réincarné en slime dans un monde de Fantasy. Il va donc falloir pour lui trouver les moyens de survivre en étant la créature la plus faible du bestiaire fantastique ! Heureusement, il a acquis deux nouvelles compétences "prédateur" et "grand sage" qui pourraient bien lui sauver la mise, associé à son sens de l'humour et à sa réflexion d'humain.

Pastiche inspiré des RPG fantasy dont il revisite les codes, on a là une œuvre originale et drôle. C'est le concept qui m'a attiré, et il est en effet très sympa et bien utilisé. Notre petit slime va rencontrer gobelins, loups terrifiants et autres bestiaire, mais s'il y a bien une chose à retenir, c'est qu'il ne faut pas se fier aux apparences !

J'ai aussi bien accroché sur le dessin qui se révèle assez travaillé. A noter qu'il s'agit d'une adaptation d'un webroman, et à la fin nous avons comme bonus un texte reprenant les évènement du tome mais du point de vue d'un autre personne (ce qui ne se révèle pas bien intéressant à part deux détails).

Point culturel janvier : deux coups de coeurs parmi une comédie, une série SF, un manga et un anime !
Point culturel janvier : deux coups de coeurs parmi une comédie, une série SF, un manga et un anime !

Ce manga plaira à tout les amateurs de fantasy et aux gameurs fan de RPG. Alors ne vous fiez pas entièrement à la couverture, il n'y a pas (encore) de jolie fille (si on oublie son fantasme avec les elfes), c'est d'ailleurs assez marrants de voir le mot final de l'auteur s'excusant qu'il n'y ait pas encore de jolie fille et que ses personnages ne soient pas très sexy (des gobelins etc), alors qu'il s'agit d'un manga pour garçon ! Je trouve au contraire que c'est rafraichissant !

Une franche réussite pour ce premier tome ! Une histoire originale, un ton humoristique léger qui fait sourire, un manga qui ne cherche pas à être dans l'exagération et à en faire des tonnes, et une version Fantasy comme on en a rarement vu !  4,5/5

Point culturel janvier : deux coups de coeurs parmi une comédie, une série SF, un manga et un anime !

Enfin côté anime, j'ai vu THE IRREGULAR AT MAGIC HIGH SCHOOL (Mahōka Kōkō no Rettōsei) -2014, 26 ép, sur Wakanim.

Issus d'un ligh novel*, en cours d'édition fr chez Ofelbe, dans un futur uchronique où la magie a été rendue possible grâce à de nouvelles technologies, on suit Tatsuya et sa soeur qui entrent dans une école de magie très élitiste. Dans cette école les élèves sont divisés en deux groupes : la Première section qui comprend les meilleurs élèves, et la Seconde section qui comprend les moins bons. Le héros, extrêmement froid, fait parti de la Seconde alors que sa sœur Miyuki est dans la Première. Cela offense Miyuki qui est en adoration totale pour son frère (oui, encore le complexe de la sœur amoureuse) et qui estime que c'est profondément injuste au vu des capacités de son frère. La série nous démontrera à quelle point à elle à raison.

Cette série est assez étrange, on comprend bien vite que Tatsuya cache bien des secrets, et qu'on va être loin d'un school life tranquille. On aura du mal à imaginer à quel point, et la série surprendra par des passages carrément gore, d'autant plus curieux que les "gentils" camarades de classes seront pas choqué, voire y participeront. Car le contexte politique de cet uchronie est ultra-compliqué (trop), et les mages sont pour beaucoup des armes de guerre. On verra donc différentes organisations terroristes causer des problèmes à l'école, sans parler d'une lutte des classe entre les familles des plus forts magiciens du Japon. En temps normal je ne suis pas contre un contexte creusé, mais honnêtement je n'ai pas tout suivis, et le pire tiens aux explication sur leurs magies qui sont d'un techno-blabla imbuvable ! Il aura fallut par exemple que je regarde sur le wikipédia pour comprendre que si on parles de familles de magiciens, c'est qu'il y a une composante génétique, ce n'est pas seulement du à la technologie. D'ailleurs je vous conseille de ne pas regarder le wiki, sauf à la fin, pour ne pas vous méga-spoiler. Si deux aspects peuvent être dérangeant dans cette série, à savoir que le héros soit à ce point dénué d'émotions, et qu'il ait une relation aussi forte avec sa sœur, au moins il y a des explications, à peine suggérés à la fin de l'anime ! Il faudra pour ça aller voir le wikipédia, mais attendez vraiment d'avoir tout vu. La fin est d'ailleurs très frustrante, sans réel enjeux à cause des capacités du héros, et clairement il manque une saison 2, le light novel donnant enfin quelques explications ensuite, mais l'édition française en est encore très loin.

Bref une série étrange mais originale, mêlant school life avec une critique acerbe du mépris qu'une classe sociale peut avoir sur une autre, et action pure par moment très sanglante. Je tiens à souligner le visuel, beau et dynamique, avec une intégration 3D parfaite dans la 2D, je suis vraiment admirative de ce genre de performance. En gros bémol, un univers vraiment difficile d'accès et un héros antipathique, impossible de s'inquiéter pour lui. 3/5

J'ai aussi commencé plusieurs animes dont je vous parlerais prochainement : un slice life amour et amitié avec Ano natsu de matteru, Kuromukuro un mecha avec un samouraï, et Little Witch Academia qui est un vrai bol d'air frais.

* Un light novel et l'équivalent nippon d'un roman court avec quelques illustrations.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fanarie 05/02/2018 06:21

J'ai travelers dans ma liste, mais je n'ai pas encore eu le temps de m'y mettre. Et je dois dire, que je ne sais pas trop encore comment classé Altered Carbon, la nouvelle série Netflix, que je regarde en ce moment.
J'ai vu mais pas lu le reste par contre.
C'est bizarre je me serais attendu à ce que tu parle du second film de Fairy Tail, pas encore vu ?

Lael Marguerite 05/02/2018 09:20

Hey coucou toi :-) altered carbon me semble être un remake de Démolition man version dystopie, du moins d'après la bande annonce j'ai pas encore commencé.
J'ai pas envie de voir le deuxième film fairy tail en fait, la prêtresse du phoenix m'avait déçu alors que j'avais acheté le dvd exprès lol et puis jsuis moins dans le trip là, j'suis revenu dans Bleach :-)