Chants de la Terre Lointaine, Arthur C. Clarke

Publié le par Lael

SF, Space op', Hard SF

 

53453866.jpg

 

Un vaisseau spatial débarque sur une planète-océan au rythme de vie tranquille. C'est alors un choc de cultures entre les habitants de Thalassa, colonisés par les Terriens il y a dix siècles, et les nouveaux venus, qui ont quitté la Terre juste avant sa destruction. Ces derniers sont sensés faire escale puis repartir. Mais la vie d'ici est si tentante...

 

Plus je lis du Clarke, plus je me rend compte que je n'aime pas lol Donc aussi bien pour son style que le livre lui même, je suis passé à côté de ce livre. La question intéressante c'est de savoir pourquoi.

 

J'ai plusieurs pistes :

 

- son écriture déjà. Loin d'être originale, je la trouve très classique. Heureusement, elle est parfois assez subtile. ChantsTerreLointaine.jpg

 

- le fait qu'il fasse le choix de rester purement réaliste. Sans la magie des infinies possibilités de l'univers, il ne me fait pas rêver, au contraire. Je trouve même que ça donne à son récit un aspect souvent morose, pour ne pas dire pessimiste. Dans le fond si on l'écoute, y'a pas d'ET ou vraiment si rare qu'on a casi aucune chance de les rencontrer, et que de toute façon si jamais on les rencontre, on sera incapable de communiquer, et encore moins de les comprendre !

 

Ses oeuvres résonnent du vide, et du silence de l'espace. De ces voyages si longs, si seuls... c'est sans aucun doute plus réaliste, mais beaucoup moins passionnant.

 

-Une Hard science oui, mais franchement survolée, au moins dans ce livre-ci. Il lance quelques pistes de réflexions intéressantes, mais pas du tout exploitées. Le bouquet c'est en plus ce que je trouve de plus intéressant dans son livre !

 

Par ex il soulève la question interessante du savoir. Que devons nous laisser en héritage à nos colonies ? Dois t'on les laisser prendre un nouveau départ ou leur donner notre expérience ? Concrètement, dois t'on leur donner notre bibliothèque universelle, ou une version sélectionnée, ou rien du tout ? Clarke suggère que leur laisser nos religions, nos guerres et nos luttes, telles qu'elle sont présentes dans nos livres, seraient un cadeau empoisonné. Mais s'arrête là. Je trouve que la question est bien plus vaste parce que je pense que c'est aussi les priver de notre expérience. Ils peuvent apprendre de nos erreurs passés, et les éviter, ou au moins de les vivres différemment, avec des clés pour mieux comprendre. C'est un peu comme poser la question de l'éducation, et savoir si les enfants vivent mieux avec ou sans l'expérience de leurs parents.

 

Autre exemple plus concret, il suggère un appareil pour respirer sous l'eau mais ne nous dis ni de quoi ça a l'air, ni vraiment comment sa fonctionne. Il se rattrape un peu plus dans la deuxième partie du bouquin, mais ça reste limite.

 

-Des personnages... inintéressants. Classique. Qui n'ont pas d'autres particularités que leurs noms (résultat c'est la galère pour me rappeler qui est qui...). En plus je sais pas si c'est moi, mais j'avais pas compris que deux perso étaient en couple, je les croyais frère et soeur !

 

-Pour finir, pour ce livre ci là je précise bien, y'a pas d'histoire. J'veux dire, aucun suspens. Ils viennent et ils repartent, point. Passionnant hem... Dans "les enfants d'icare" y'avais bien plus d'intrigue, même si y'avais ce même côté, comment dire... ça va dans une direction et pas une autre. C'est écrit d'avance. Un peu comme si y'avais toujours un destin inébranlable que rien ne peut faire changer. Forcément ça casse le suspens (enfin quand y'en as).

 

L'intrigue s'embale brusquement à la moitié du livre. Mais sonne quand même creux. Il pourrait faire monter le suspens, et au lieu de ça utilise des racourcis mal avisés. ce qui arrive dans cette partie aurait pu être developpé pour faire le roman a elle seule, ou presque, mais visiblement c'était pas son but.

 

Bref, autant dire que ce bouquin m'a ennuyé. Après j'dis pas, ça peut venir de mes goûts et de mon état d'esprit : le côté nostalgique m'est passé par dessus, mais c'est aussi que je ne me suis pas laissé émouvoir. J'ai jamais réussis à rentrer dedans, et si les rares réflexions soulevés ont éveillés -mollement- mon esprit, c'est uniquement pour le faire redormir aussi sec. Ce livre me paraît vraiment survolé, y'avais peut être de quoi faire un truc bien. Mais c'est un classique ininteressant. J'ai préféré "les enfants d'icare".

 

1/5

 

Critique interressante, mais qui devoile pas mal de l'intrigue, sur actusf

autre critique pertinente : une lecture de cachou

Commenter cet article

Spocky 16/08/2010 09:40


Finalement je réalise que je n'ai jamais lu de livre d'Arthur C. Clarke. J'en lirai probablement un, un jour, mais vu ta chronique, je ne commencerai pas par celui-ci. De toute façon j'ai déjà
quelques Clarke dans ma PAL et celui-ci n'y est pas :P