en bref : K-pax

Publié le par Lael

K-Pax, l'homme qui vient de loin

 

affkpax.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20020328_113625.jpg2001

Avec Kevin Spacey, Jeff Bridges...

Fantastique / comédie dramatique

 

Un homme semble venu de nulle part lorsqu'il est découvert, errant dans une gare. Il dit s'apeller Prot et venir de K-Pax, une planète lointaine... Il entre dans un asile et est confié à un psy, au début très sceptique, puis décidé à comprendre.

 

Déjà avec un titre pareil, je m'attendais à quelque chose de plus drôle (même si finalement... c'est pas si mal choisi). J'en avais entendu parler en bien, comparant ce film à "The Man From Earth". Bon mais il n'en est rien. Le seul point commun étant de prendre un être qui se prétend hors du commun, et de tâcher de deviner s'il dit la vérité. Mais ça n'a pas l'intelligence de la réflexion de TMFE, même si on se plait à quelques piques contre notre société et sa vanité de tout connaître, c'est redondant quand même. J'ai aimé notamment le rabattage de caquet de la médecine moderne à travers ce psychatre, persuadé que les docteurs sont les seuls habilités à soigner les gens, et qui découvre que Prot sait soigner les patients de l'asile mieux que lui...

En fait ce film est fait de bonnes idées à la base, mais exploités de façon très bizarre. J'aime l'idée que si un ET n'a pas un oeil pédonculé ou la peau verte on le prenne pour un fou. J'aime cette confrontation entre le docteur et le patient, et cette question de savoir s'il est fou ou non. Ainsi que l'intérêt de l'inconscient et du comportement de chacun. Mais malgré des acteurs admirables et un jeu fort entre les deux têtes d'affiches, zut quoi, ça ne passe pas. Au final, ils en font trop, et toutes l'émotions qu'ils dégagent ne transperce pas l'écran parce qu'elle n'a aucun sens : alors que Prot est entrain de vivre un grand moment, en larmes, nous on a les sourcils froncés, à se demander ce qui se passe et à essayer de monter le puzzle de l'histoire !

C'est quand même le gros, l'énorme point faible du film, qui finit par le faire couler : on veut nous faire balancer entre deux vérités, celle où c'est un ET, celle où c'est un nevrosé. Hors les pièces éparses qu'on nous donnent n'ont aucun sens : dans un schéma comme dans l'autre ça ne colle pas et il en manque tellement ! Et à la fin, on reste avec ces pièces dans les bras, ne sachant qu'en faire. Dommage. Vraiment dommage. La première partie était quand même assez prometteuse et l'échange entre le docteur et le patient savoureux. Mais la deuxième partie, qui se concentre sur les traumas de Prot s'enlise, s'étire en longeurs et en incomprehensions, avant de sombrer dans le non-sens total laissant notre cerveau lessivé.

 

2,5/5 Difficile de noter un film aussi bizarre... Ce qui est sûr, c'est que, malgré des répliques mordantes; des idées originales sur les ET; et un jeu assez agréable entre le psy / prot, et prot / les malades de l'asile; le film manque d'un scenario compréhensible. Où alors faut il le voir dans un état second ?

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article