Au carrefour des étoiles, Clifford D Simak

Publié le par Lael

Au carrefour des étoiles, Clifford D Simak

Enoch Wallace est le propriétaire d'une étrange demeure, qui comme lui, semble ne pas avoir vieillit d'un jour. Un enquêteur rode dans la campagne du Wisconsin, car il en est sûr, cette maison, et son propriétaire, cachent un grand mystère...

Prix Hugo 1964

J'avais gardé un souvenir très mitigé (pour ne pas dire négatif) de Demain les chiens, la plus célèbre œuvre de Simak. Si j'ai retrouvé dans ce livre-ci un peu le même style d'univers, j'ai cette fois été bien plus emballée.

Cela reste un livre d'ambiance : d'un côté la campagne et cet esprit bourru des gens qui y vivent, peu enclin à accueillir "l'Autre"... qu'il soit de la ville d'à côté ou d'une autre planète. De l'autre côté Enoch, dont on partage vite la vie intime, qui se résume à sa maison, à ses calculs prévisionnels, à quelques hallucinations dues à la solitude... et à des visiteurs galactiques. Forcément la cohabitation n'est pas facile entre ces deux univers. Au carrefour des étoiles se résume donc beaucoup à cette ambivalence entre peur et curiosité de l'Autre.

On est dans un quasi huit-clos avec pour tout univers la maison et la forêt autour, et comme personnage Enoch, et vaguement quelques personnes de passages (même les ET ne sont là qu'en transition, dans cette "gare" entre deux mondes). Et cela donne un côté relativement mou au récit, propice à l'ennui et à la nostalgie. Le pitch nous parle d'enquête : attention il ne s'agit pas d'une enquête façon policier, aventure, action... non, c'est plutot un personnage secondaire qui reste là, caché dans les fourrés, essayant de comprendre.

Bref vous l'aurez compris, ce livre est assez mou, surtout la première moitié qui se résume à cette ambiance que je viens de décrire. En soit pourquoi pas, c'était plutôt sympa de se plonger dans cette atmosphère là très bien retranscrite, mais c'est quand même plutôt long. Puis quelques éléments se mettent en place, des pièces de puzzles assez inégales mêlant comprehension des coutumes d'alien, une jeune fille "sauvageonne", un mystérieux artefact alien, une menace de guerre sur la planète... Et au final il y a presque trop de choses, qui ne sont pas, je trouve, du même niveau. Autant j'ai adoré le côté "dilemme écrasant" posé au héros à la fin, autant je n'ai pas trop accroché au pseudo mysticisme de l'artefact alien (et j'avais deviné d'emblée le twist de la fille, c'était trop facile). Enfin, le final grimpe dans une explosion vive qui paraît presque déplacée par rapport à toute l'ambiance du récit.

En conclusion ?

Dans le fond ce livre parle de paix et de comprehension de l'Autre, et c'est surtout un livre d'ambiance, une lecture repos. Ne vous attendez pas à un truc qui retourne le cerveau ni à quelque chose qui bouge.

Au carrefour des étoiles est un tableau tranquille, une promenade en barque au fil de l'eau.

3/5

 

Critique parue pour le Challenge de Xapur :)

Au carrefour des étoiles, Clifford D Simak

Commenter cet article