Point culturel septembre 2019 (2) : côté films d'animation le génial Kung Fu Panda 3, le sympathique Minions, et le raté Planète 51

Publié le par Lael Marguerite

J'ai revu avec un immense plaisir (et émotion) Kung Fu Panda 3 (2016). Dans cette nouvelle aventure, le panda sympathique Po découvre ses origines et a intérêt à se poser très vite des questions existentielles. En effet, il lui faut savoir qui il est pour maîtriser le Chi, et c'est indispensable pour vaincre un terrible esprit démoniaque qui s'en prends aux maitres de Kung Fu. 

Point culturel septembre 2019 (2) : côté films d'animation le génial Kung Fu Panda 3, le sympathique Minions, et le raté Planète 51

KFP a toujours été l'une de mes sagas animés préférée, et ce troisième opus est pour moi l'un des meilleurs animés de ces dernières années. Les personnages sont parfaitement maîtrisés (j'adore le papa oie !), l'humour est savoureux, le scénario est au poil, et quelle claque visuelle, c'est impressionnant (le monde des esprits notamment) ! La saga a toujours fait preuve aussi d'une certaine sagesse zen, tout en ne se prenant pas au sérieux, et c'est génial. Ici j'ai été vraiment touché au cœur par la recherche d'eux-même des personnages, des passages sont à la fois poétiques et émouvants. Alors bien sûr, tout le monde ne sera pas touché, certains passerons à côtés, mais je l'avoue sans honte, la fin du film m'a à la fois fait pleuré et réchauffé le cœur. En plus la musique est superbe.

Émouvant, drôle, sublime... C'est juste parfait. 5/5

Point culturel septembre 2019 (2) : côté films d'animation le génial Kung Fu Panda 3, le sympathique Minions, et le raté Planète 51

Difficile je crois de passer à coté du phénomène des "Minions". Ces adorables créatures jaunes (créés par un studio français d'ailleurs, cocorico) sont les serviteurs de Gru (Moi, moche et méchant). En 2015 est sorti un film rien que pour eux : Les Minions. L'histoire revient sur leurs origines, puis on suit l'aventure improbable de Kevin, Bob et Stuart à la recherche du terrible boss qui pourra donner un sens à leur vie dans l'Amérique des années 60.

Le défi était de taille : un film avec des créatures qui ne parlent pas notre langue, et sans se retrouver avec "un traducteur" qui leur vole la vedette. C'est réussi : on reste bien du point de vue des Minions, et grâce à leur gestuelle et les intonations on comprends leurs intentions. Comme a déclaré le réalisateur du film Pierre Coffin, les Minions sont "des schtroumpfs mêlés à des lapins crétins à qui on aurait donné une touche d’émotion" (Son interview nous apprends aussi comment il a créé leur langage, je vous invite à lire ça ici).

Bref j'ai passé un très bon moment devant le film, c'est un bon divertissement qui m'a donné le sourire. Je regrette juste la dernière partie un peu trop siphonnée et moins drôle avec la méchante qui revient, et rerevient, et rererevient... ça aurait été sympa si son personnage avait été travaillé au delà de la caricature qui finit par agacer. En tout cas j'ai enfin identifié qui est Kevin ! 3,5/5

Point culturel septembre 2019 (2) : côté films d'animation le génial Kung Fu Panda 3, le sympathique Minions, et le raté Planète 51

Enfin j'ai revu Planète 51 (2009). Tout est normal sur la Planète 51. Le ciel est bleu, les habitants sont verts pomme et les Cadillacs volent. Lorsque Chuck, un astronaute aussi futé qu'une huître, y déboule avec sa fusée, les habitants s'enfuient en hurlant. Une invasion extraterrestre, au secours ! L'armée aux trousses, Chuck se carapate. Lem, un gamin aussi vert que brave, va tenter de sauver cet être étrange des griffes du général Grawl.

L'idée de base est très chouette : le film prends le point de vue de "l'alien", et pour le coup, c'est nous les aliens envahisseurs. J'ai beaucoup aimé aussi les références aux années 50, et à la SF "pulp" des invasions extraterrestres terrifiantes. Enfin la meilleure idée du film reste le rover dingue des cailloux !  Malheureusement le film ne parvient pas à dégager autre chose qu'une banale histoire à la "ET" en inversé, et il coche scrupuleusement tous les poncifs, ne laissant guère de surprises. L'histoire d'amour du héros est aussi assez navrante.

Résultat, cela se regarde mais sans plus, et cela n'aura pas supporté un deuxième visionnage. Dommage. 2,5/5

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article