Anne McCaffrey : des dragons, Pégase, et des hommes surtout (2)

Publié le par Lael

Après vous avoir un peu parlé de mon histoire personnelle avec l'univers de la grande dame, et du Vol du dragon, nous poursuivons notre exploration avec ses Doués : Le galop d'essai, tome 1 de cette saga anticipation / space opéra.

 

AMC-2p-pt.jpg

 

 

1065611_9175511.jpgLa naissance des Doués

 

Les Doués possèdent des dons : ils sont "trouveurs" d'objets perdus, télékinésistes, télépathes, empathes, ou precog. Pégase a été choisis comme symbole de ces dons psioniques difficiles à maîtriser. C'est le "galop d'essai" qui nous est conté, avec ses réussites et ses échecs, mais surtout sa construction d'un idéal dans la ruse et l'amour.

 Le galop d'essai nous raconte différents moments de la création du Centre des Doués et de comment tout cela a commencé. Il tient plus de recueil de nouvelles que du roman : il y a parfois un gros laps de temps ou de sérieux raccourcis, et les 4 histoires sont plutôt indépendantes (il n'y a pas de réel personnage principal même si on suit certains sur plusieurs histoires).

Cette fois, je pense que la traduction est bien meilleure : en tout cas aucune coquille ne m'a arraché les yeux, et j'ai aimé la finesse de certaines phrases, surtout dans la première partie. J'y ai retrouvé le style fluide d'AMC - bien qu'entâché par un nombre de dialogues exponentiels, ainsi que la poésie, la finesse d'esprit...

A noter que je ressens toujours dans ses oeuvres (à l'exception peut être du vaisseau qui chantait) un optimisme débordant, et je ne vais pas m'en plaindre ^^ C'est un peu curieux, car  les univers décrits sont loin d'être parfaitement idyllique : moyen-âge sur Pern, surpopulation et pseudo dystopie sur Terre chez les Doués. Cela crée parfois un décalage perturbant : dans le dernier passage que j'ai lu, à propos de révoltes envers les Doués, il est fait mention de viol dans un dialogue très léger et ironique...  La "pomme pourrie" est le seul texte venant apporter une note vraiment sombre. (oui c'est une nouvelle que l'on retrouve dans la dame de la Haute Tour, d'où m'on sentiment de déjà lu).

C'est parfois trop surréaliste, trop survolé (notamment l'annonce dans le monde de la découverte scientifiquement prouvé des Dons, ou le manque de détails de la reconnaissance de ces Dons et la création du vocabulaire lié etc), et cela m'a un peu frustré (il y avait de quoi faire une trilogie au moins !). Mais j'ai aimé ce retour vers les Doués, ce retour direct, enthousiaste et pleins d'élans vers l'avenir.

 

Les Doués, symbole de la Différence enfin acceptée?

 

Les Doués : dans un sens, ils sont la voix de la minorité, de la différence. AMC a d'ailleurs eu la très belle idée d'aller piocher ses "doués" dans toutes les couches de la population : y compris les repris de justices et les individus enfermés à l'hôpital psychiatrique. Une différence, qui essaye de se faire accepter et qui doit lutter contre la peur de l'inconnu, une peur qui rend hostile la société à leurs égards. Alors les Doués, tout comme AMC voit le rôle des femmes en général (cf ici), vont s'intégrer par le compromis et l'intelligence de la parole et des faits. Ils vont mettre leurs talents au service de la communauté : et c'est postiers stellaires qu'ils bondiront dans les étoiles.

Si ses Doués en général sont un plutôt bon pamphlet à la différence, on se rend compte qu'ils restent esclaves du bien-être de la société, surtout tant qu'ils restent sur Terre et dans "l'enfance" de leurs Dons. Quand à se réunir et former leur groupe, au final, cela prends un aspect quelque peu dérangeant : les Doués revendiquent leurs libertés plus en tant que groupe qu'en tant qu'individus (même si c'est vrai, l'union fait la force). On ne peut pas dire qu'ils s'intègrent à la société en faisant bande-à-part et en "se reproduisant" entre eux (pour "produire" des Doués encore plus Doués)...

 

Bref au final Le galop d'essai m'a quelque peu déçu sur cette acceptation plutôt incomplète et parfois franchement mitigée de la différence (même si il a le mérite de réfléchir sur la question et de poser des faits et des idées). Un passage m'a particulièrement choqué (mais en soit, vu que je suis moi même en situation de handicap c'est normal).

Sur cette page 81, AMC parle de tout les tests et autres complications 'barbantes' que les perso doivent effectuer avant d'avoir un enfant pour vérifier qu'il n'y aura aucun problème. Puis, je cite : "Cela prenait beaucoup de temps, mais qui avait envie d'un enfant handicapé ? Il avait fallu des années pour éliminer les dommages psychédéliques qui avaient donné naissance à beaucoup d'anormaux (...) il y avait encore quelques mutants, conséquences des forts Vents Solaires (...) Le simple bon sens demandait donc qu'on vérifie toutes les variables"

 

Je conçois que le sujet soit au combien délicat, je n'oublie pas la date du livre (1973 dans sa version originale) ni le contexte de l'univers décris (surpopulation, limites des naissances). Mais déjà, cette question est réduite ici, dans le fond, à "quelle corvée d'être sûr de ne pas avoir un mutant" (glumpf). Ensuite, imaginez, si nous pouvions repérer tout les enfants handicapés avant qu'ils ne naissent, et que nous décidions qu'ils n'ont pas le droit de vivre... l'humanité se passerait de formidables personnes. Moi par exemple XD (puisque j'ai une maladie génétique, et cela ne m'empêche pas d'être heureuse et d'avoir envie de vivre pleinement ma vie). Les handicapés, et les autismes en particuliers, ont donnés bon nombres de grands penseurs, artistes et innovateurs à notre univers (Grahams Bell, Bach, Bethoven, De Vinci, Einstein...). Imaginez sans eux ?! J'ose même penser que le fait de vivre des situations de handicaps quelles quelles soient nous poussent à développer d'autres compétences et à être plus mature, plus riche d'une vie intérieure plus développée (ça y est on va me taxer de... comment dire, racisme anti-bien portant ? lol). Après je peux comprendre aussi que ce soit très compliqué d'élever des enfants handicapés, je ne l'ai pas vécu et je me garderais bien de juger. Bref, ce n'est pas le débat et je ne peux que vous renvoyer au sujet de Li-cam sur l'autisme où vraiment on comprend tout de A à Z. Mais tout ça pour dire que cette réflexion m'a choquée.

Heureusement le deuxième tome viendra donner quelques nuances avec un personnage handicapé, même si le handicap vient d'un accident (et non de naissance) (autant dire que si c'était de naissance les Doués n'auraient pas bondis vers les étoiles !).

 

Au final, Le galop d'essai est une lecture qui m'a laissé un sentiment mitigée : rapide, inachevée, pas très clair dans ses résolutions de la Pomme pourrie et de la dernière intrigue (si quelqu'un peu m'expliquer quel est le don de Roznine je prends !)

 ... mais en même temps porteur, enthousiasmant, facile à lire, avec son propre univers et donnant envie d'en savoir plus.

L'aspect hésitant entre recueil de nouvelles et roman n'est pas un bon point pour les novices : pour débuter le cycle il vaut peut être mieux commencer par la Rowane puis revenir sur la création des Doués.


De mon côté c'est la première partie que j'ai préférée (malgré ses raccourcis agaçants), et j'ai tout de suite embrayé avec le tome suivant ^^

3/5

 

A suivre !

Commenter cet article

Nathalie 30/11/2014 10:23

Ah. Critique assez mitigée... Mais pas si mauvaise que cela au final ! Je tenterais quand même l'expérience.
Je viens de voir sur Wikipédia qu'il s'agit de deux cycles :
le premier en 3 tomes dont un pas traduit en français (!) (c'est pas cool) et le deuxième en 5 tomes (j'ai déjà lu "la rowane" sans voir que ça faisait partie d'une série...)
Et je ne connaissais pas ça sous le nom "des doués" mais du "vol de pégase".
Comme pour les séries, ce n'est pas toujours facile de se retrouver dans les tomes... Et de savoir dans quel ordre les lire !

Lael 30/11/2014 21:03



heu non c'est pas ça, tout à été traduit en français sauf des nouvelles donc c'est pas important. De toute façon les histoires sont relativements indépendantes au début, c'est avec la rowane que
commence une vrai histoire à suite.