Anne McCaffrey : des dragons, Pégase, et des hommes surtout (1)

Publié le par Lael

Avec le défi de Guillaume j'ai commencé à relire celle qu'un ami appelait avec une réelle dévotion "sainte Anne". Plutôt que découvrir cet univers par des critiques habituelles, j'ai choisi de vous faire partager mon expérience (même si bien sûr mon avis sur les oeuvres s'y glissent aussi).

A noter que si vous n'avez jamais lu les oeuvres en question je vous invite à regarder les renvois des astérisques en bas de page et autres "points repères". Je parlerais surtout de Pern et des Doués : je critiquerais ses autres oeuvres à part (si je les inclus cela risque de faire vraiment long !). Bonne lecture

 

ps : pour l'occasion je me suis amusée a faire des montages maison ^^ Ils auront un article dédié dans la partie Créa pour les voir en grands. 


montage-AMC2-petit-copie-1.jpg

 

AMC, c'est une auteure qui se classe de manière toute particulière dans mon panthéon personnel. C'est l'un de mes toutes premières rencontres avec la "littérature de l'imaginaire" : ses dragons m'ont plus que fascinés. Ils ont lancés une passion qui ne m'a plus quitté pour ces créatures fabuleuses. Je vous le dis : lisez Pern et vous voudrez un dragon ! Dragon-115

Plus encore, sa saga a été l'inspiration d'une de mes création : pendant plusieurs années, dans un jeu de rôle par forum que j'avais crée, j'ai posé texte après texte les briques d'un univers fantasy (genre dans lequel ma plume n'avait jamais mis le bout de sa tige) où mon personnage principal et ses compagnons ont été "adoptés" par des dragons, dans la même lignée que l'Empreinte d'AMC (télépathie, compagnon d'âme et touti cuanti). (Pour ceux qui suivent un peu mon blog, ce sont ces fameux chevaliers-dragons que j'essaye de dessiner dans un grand "portrait de famille" - toujours en chantier.) Pendant un temps, j'ai pu incarner ce rôle, et j'ai partagé cela avec le dit-ami qui m'a fait découvrir "sainte Anne", ami qui avait aussi sur ce jdr un personnage de chevalier-dragon (dont je devint "la dame"). smiley coeurJe me suis aussi mise à dessiner des dragons. Bref, bonheur (et ti cui-cui) .

J'avais lu aussi la saga des Doués jusqu'à Damia (inclus ou pas je ne sais plus), qui m'avait aussi beaucoup enthousiasmé. Le souvenir est moins fort, mais il est là. Et puis il y a Le vaisseau qui chantait, qui m'avait laissée saisie par l'émotion glacée (lisez-le vous comprendrez).

 

Point repère :  

Brève bibliographie choisie de ce qui est dispo en français et que je compte lire / relire (pour voir toute la liste).

- la ballade de Pern (16 tomes dont la saga "principale" de 4 volumes. Mais je ne relirais pas tout). Science-fantasy (disons un monde pseudo fantasy dans un contexte SF. Si si !)

- le cycle des Doués (7 tomes), science-fiction / anticipation

- le cycle des partenaires : Le vaisseau qui chantait et Le vaisseau cyborg , science-fiction

- la transe du cristal (trilogie), SF, space opéra

- la trilogie des forces, SF, planet opéra

- la planète des dinosaures, SF

 

Qu'est ce qui caractérise son oeuvre ?

- un style simple et efficace, un brin romantique.

- de la douceur, de l'optimisme, et parfois de la nostalgie.

- des personnages plutôt forts en émotions, au côté shakespearien.

- pas de héros ou d'anti-héros : juste des hommes qui font leurs vies.

- pas de violence gratuite ou de sexualité affichée, le ton est assez prude.

- des récits condensés, des romans courts (un peu trop parfois).

- des univers riches de science fiction, parfois mariés avec une aisance inégalée à de la fantasy (Pern)

 

Un (deuxième) galop d'essai cahotant avant l'envol

 

Bref, AMC pour moi, c'est tout ça. Alors bien sûr, elle a gardé une place à part dans mes auteurs favoris. Et voilà que commence ma relecture... avec Pern et Le vol du dragon *. 

 62440534Et là... catastrophe ! Je trouve ça arriéré, trop condensé, je ne comprends pas les motivations des personnages, et les coquilles de l'édition de poche me sortent par les yeux !!!

(à ce niveau là, c'est une honte inadmissible : ça va quand même jusqu'à dire "consommation" au lieu de "consultation" (p217) ! Mais le plus beau c'est au tout début de la deuxième partie, alors que le lecteur découvre les Weyr et les Forts, une grosse coquille à de quoi l'embrouiller encore plus : Lessa parle de "trois Weyrs" alors qu'il s'agit de Forts !!  (p110) J'espère qu'à ce niveau là la traduction dans l'intégrale est enfin correcte ! J'ai du mal à croire que de telles coquilles aient pu être publié . Bref fin de la parenthèse)

 

A confronter mon idole idéalisé, qui a conduit mon imaginaire à chevaucher si loin (créer un nouveau monde et m'y promener), avec la réalité si "banale" en comparaison (juste un livre, un simple livre de fantasy moyenageuse), tout s'effondre. La première partie du livre en question étant une sorte de prélude, avec une fin, je m'arrête là, frustrée et fâchée, avec l'envie de demander à "sainte Anne" de rendre des comptes.

Et puis je tente La dame de la haute tour :  étant un recueil de nouvelles, et inédit pour moi, je pensais à juste titre que cela passerais mieux. Banco, je renoue enfin avec le plaisir ! 

 

Le recueil ayant relancé mon intérêt, et aussi mon envie de relire les Doués, j'ai ensuite enchaînée avec la fin du Vol du dragon. Et là j'ai retrouvé ce qui me plaisait : on quitte le moyen-âge pour une société en mutation, on découvre les dragons et leurs rôles, on s'inquiète de la menace des Fils (tombera ? tombera pas ?), je me rappelle des "surprises" avant qu'elles n'arrivent et je les savoure avec délice (c'est mieux que dans mes souvenirs nébuleux), et le suspens ne me fait pas lâcher le livre, et je lis toute la nuit, encore, encore, un sourire de plus en plus grand sur les lèvres et les yeux brillants (enfin ça c'est avant "les yeux écarquillés pour arriver à lire sans que mes paupières se ferment à cause du sommeil").

Un livre plutôt complexe par ses multiples rebondissements et ses jeux d'intrigues entre personnages, mais cela rend la relecture encore plus agréable (tandis qu'à la première lecture on peut froncer les sourcils quelques fois).

Un livre qui malgré tout peu surprendre des lecteurs aguéris par son style très simple (mais efficace), son absence de violence gratuite et sa pudeur candide (bien que oui, l'acouplement des dragons sous-entends un moment très chaud pour leurs maîtres). Bref, c'est de la littérature tout à fait adaptée pour la jeunesse, et peut être un brin trop simpliste pour les lecteurs très exigeants.

 

vlcsnap-2012-09-01-00h16m07s50

Le Vol du dragon, c'est une porte d'entrée royale pour les non-initiés à la SFF, mais pas que : c'est un vrai plaisir aussi de lire quelque chose de simple mais rafiné, et surtout terriblement inventif (AMC sait mêler SF et Fantasy comme personne !).

Bref gros kiff ->

Je lui met 3,5 / 5 et pas plus à cause de la première partie qui ne correspond pas du tout à mes goûts.

 

Y'a pas que des dragons dans la vie

 

S'il y a bien un (gros ?) défaut chez AMC, que ce soit dans le Vol du dragon ou dans d'autres livres , c'est qu'elle va trop vite. Un peu comme si on prenait le TGV au lieu de la rame habituelle (d'autant que la fantasy nous habitue à un rythme extrêmement mou). Mais pour reprendre son image, je crois qu'elle se laisse un peu trop parfois entrainer au triple galop sur son cheval ailé, toujours plus haut, et il n'y a plus qu'à s'accrocher en regardant le paysage défiler si vite, les yeux grands ouverts pour en capter un maximum. Bref, je trouve ça passablement frustrant de ne pas se poser, de ne pas prendre le temps des choses. Cela m'est particulièrement difficile au niveau émotionnel : cela m'empêche de m'attacher profondément à ses personnages pourtant tous plutôt haut en couleurs. Ou c'est un peu un "effet gifle" : un truc fort se passe, tu as juste le temps de le comprendre, de le recevoir dans la figure car tu vois que le personnage le vit intensément, et hop on passe déjà à autre chose.

Heureusement, cela ne l'empêche pas d'avoir une plume sensible, poétique, romantique, un brin nostalgique, résolument optimiste et humaine.

S'il y a en effet quelque chose qui frappe dans ses textes, et particulièrement dans le cycle des Doués, c'est que les personnages sont des gens comme les autres : même avec des dons exceptionnels ils restent humbles (même avec un sale caractère, ou à peu près -je crois que la Rowane est une sérieuse exception ! ) et ils n'ont rien de la figure du héros. Ce sont juste de vrais gens qui vivent, point.

AMC a pour cela un regard très pragmatique : les Doués qui voient l'avenir par exemple n'ont aucun problème de paradoxes temporels (du genre je cause l'incident que je cherches à éviter) et sont des sortes de pompiers / météorologistes qui vont prédire une catastrophe naturelle ou accidentelle en majorité. Ils font leurs jobs et c'est tout, et en tirent plus de hués que de remerciements.

 

Donc, j'ai poursuivis ma relecture de l'oeuvre de "sainte Anne" avec Le galop d'essai. Et je vous en parlerais la prochaine fois  !

voir Anne MacCaffrey, la deuxième partie

 

*****

 

D'autres critiques ?

Le plus simple est encore de voir le post récapitulatif du challenge avec pas moins de 70 billets au choix !

 

*****

 

Le vol du dragon * :

Science fantasy, 1er tome de la Grande Guerre des Fils qui est la "saga principale" de la Ballade de Pern. Il est conseillé de commencer la ballade de Pern par ce tome-ci qui est le premier dans l'ordre de publication, et non par l'ordre chronologique (l'aube des dragons), sous peine de se faire gravement spoiler. Si vous voulez mieux comprendre dans quel ordre lire Pern pas de panique, Vert a fait un super petit guide rien que pour vous ^^

 

Quatrième de couverture :

 

Tout est calme en tous lieux sur la planète Pern. Les terrifiantes incursions des Fils argentés ont cessé depuis des temps immémoriaux. Les habitants ne savent plus pourquoi ils vivent dans des grottes et versent la dîme aux chevaliers-dragons. On ne croit plus les mythes relatifs à leurs folles chevauchées sur les grands dragons télépathes et à leur lutte d'éclat contre les redoutables Fils, qui anéantissaient toute vie organique. Les dragons deviennent rares dans le ciel de Pern.

Mais le chevalier F'lar maître du dragon Mnementh, se remet à étudier les vieilles légendes. L'Etoile Rouge se rapproche. Bientôt les Fils se remettront à tomber. Sur Pern il faut organiser la défense, et pour commencer rendre à la race des dragons son antique fécondité. Une nouvelle Reine va naître. Il faut une fille énergique pour la chevaucher. Où trouver celle en qui survit le don ancestral ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nathalie 26/11/2014 20:55

J'adore... Tellement que je viens de me racheter quasiment toute la série (chez Pocket avec les couvertures gris métallisées et violettes et les cartes à l'intérieur !) sauf 3 que je n'arrive pas à
trouver à des prix raisonnables : La maître harpiste de Pern / Les ciels de Pern / La lignée du dragon (co-écrit avec son fils).
Et comme je ne veux les relire qu'une fois que j'aurai toute la série, ça m'énerve !!
Bref. Du même auteur, j'ai aussi lu (et aimé !) la transe du Cristal, mais je vois ici qu'il m'en reste encore quelques uns à découvrir ! Chouette !!

Lael 30/11/2014 00:33



ah c vrai que parfois les prix s'envolent. Oui le cycle des Doués vaut le détour. Un jour je lirais aussi la transe du cristal. Bon faudrait que je m'y remette moi ^^


en attendant je t'invite à voir la deuxième partie de l'article : http://chezlaventurierdesreves.over-blog.com/article-anne-mccaffrey-des-dragons-pegase-et-des-hommes-surtout-2-112768178.html



endea 01/12/2012 21:48

Sacré billet que tu as fait là ^^
Je ne connais de Mc Caffrey que sa Ballade que je suis depuis quelques mois avec grand plaisir, j'ai décidé de faire abstraction des coquilles (qui sont présentes hélas aussi dans les Intégrales :
erreurs de syntaxes, confusion de prénoms, erreurs de mots, comme tu le dis c'est une aberration !).
Sympa ton intrusion dans le jeu de rôle par le biais de cette sage :)
C'est marrant je n'ai pas eu cette sensation qu'elle prenait le TGV en écrivant, peut-être certes à certains moments va-t-elle un peu vite en besogne mais sa façon d'aborder à plusieurs périodes,
plusieurs endroits de Pern, plusieurs points de vue des personnages, donne un bon aperçu bien détaillé de son histoire, là compense une précipitation ressentie à certains moments.

Lael 03/12/2012 00:53



merci pour ce long commentaire ;)


ah ça craint ça ils ont ont gardés les coquilles, même pas fichu de revoir la traduction j'y crois pas "-_-


C'est vrai qu'il y a plusieurs points de vues en effet. Mais disons qu'on est loin de la saga fantasy "classique" à rallonge !! Et même en comparant avec des cycles SF ses livres restent courts.
Mais bon, être dense c'est pas mal aussi parfois^^ Là je relis les Doués et jpeux me faire la moitié du livre en une fois XD Elle est prenante y'a rien à redire.



Val 25/11/2012 18:03

C'est marrant je viens de poster une critique d'un McCaffrey (Killashandra). On retrouve les mêmes caracteristiques de personnages féminins : caractère fort, volontaire, un brin rebelle mais
romantique. Sauf que dans ma série,(la trilogie de La transe du crystal), il n'y a pas de dragon :)

Lael 29/11/2012 03:03



oui cette trilogie me tente aussi et c'est vrai que quelque soit la saga y'a pas mal de points communs. Et je tilte seulement maintenant que ce sont presque toujours des femmes les héros de
l'histoire ^^


merci de ton commentaire :)