Ayesha, la légende du peuple Turquoise [critique éclair]

Publié le par Lael

ayesha.jpgFantasy historique (?) - Bragelonne 

Ce livre est l'intégrale de la Trilogie des Lunes de Tanjor, parue aussi en Folio SF

 

Dans les royaumes de Tanjor, le Peuple Turquoise est réduit en esclavage depuis des millénaires. Tout un peuple, considéré comme maudit, à peine humain. Mais la légende court qu'un jour Ayesha viendra leur donner la force de se rebeller. Marikani la pourchassée serait elle l'incarnation de la déesse ?


Pourquoi diable être aussi dithyrambique sur la quatrième de couverture ? Je vous passe les tartines monumentales pondues par Bragelonne, c'est trop long pour être recopiées. Si c'est vraiment "l'oeuvre la plus ambitieuse et la plus réussie de la Fantasy épique française" eh bien on a du souci à se faire !

Non pas que ça soit mauvais : reconnaissons-le, le pavé est captivant, la lecture est aisée (et il le faut : "la légende du peuple turquoise" regroupe une trilogie, 613 pages d'une écriture condensée.) Mais mettre la barre aussi haut ne peut que précipiter le "chef d'oeuvre" présumé en bas de l'échelle.

 

Ayesha ressemble en bien des points aux Lions d'Al Rassan. Dans ce monde où la magie n'est qu'un mythe et une illusion, c'est la rivalité politique entres pays qui domine le destin de leurs habitants. On y retrouve aussi les mêmes thématiques du fanatisme religieux, de l'intolérance et du destin. C'est peut être, d'ailleurs, un des rares aspects que j'ai apprécié, et dont j'aurai aimé un traitement plus développé : le fait que la liberté ne se donne pas, ne s'achète pas, elle se prend. Le fait que nous sommes seuls maître de notre destin, dieux ou pas. Ce livre nous incite, comme les héros de l'histoire, à devenir acteur de notre vie et non passif :  c'est bien sûr la révolte des esclaves mais aussi le réveil de tout ceux qui sont tenus par la laisse de la foi aveugle et de la peur de la colère divine (Arek est dans un sens, plus esclave encore que le Peuple Turquoise). Ayesha, c'est aussi des descriptions violentes, des batailles sanglantes et parfois franchement dégueulasses.

 

Quoi d'autre ? Le scénario reste faible, la quatrième de couverture nous dévoilant tout, et l'univers n'a pas sû éveiller mon intérêt. Quant aux personnages, ils prétendent à une étoffe qu'ils n'ont pas, ils sont creux et inconsistants. Enfin la "poignante histoire d'amour", je la cherche encore.

 

Bref, Ayesha vise trop haut et s'écrase au sol. Il n'en reste pas moins facile à lire et plaira aux aficionados d'une fantasy sans magie ; d'une fantasy réaliste, sombre et violente.

Et puis, il faut bien l'avouer, la couverture est superbe.  3/5

 

edit : La fin met parfaitement en lumière la lente progression du fanatisme, et nous parles aussi du besoin de croire. Ça m’oblige à réviser ma note à la hausse d’un demi-point !

 

Autres critiques : BlackWolf, Olya, Shaya, tome 1 : Laure et Acro

 

CITRIQ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tortoise 22/12/2011 16:40

Les auteurs sont très sympas, ça fait plus d'un an que ce bouquin m'attend et que je me promet de le lire au plus vite...

Lael 23/12/2011 01:54



c'est donc toi mdr je savais que j'avais vu ce titre sur la PAL de quelqu'un mais je savais plus qui XD t'as rencontré les auteurs ?



shaya 11/12/2011 08:44

Je suis plutôt d'accord, la saga est assez décevante, et la fin gâche tout pour moi.

Lael 15/12/2011 22:15



j'avais pas encore lu la fin au moment de la rédaction de la critique, et c'est le contraire, cette fin met en lumière le processus de fanatisme religieux de manière très pertinente. Ainsi que le
besoin de croire. ça m'inciterait même à augmenter un peu ma note XD



JainaXF 10/12/2011 19:36

Bah j'avais beaucoup aimé quand je l'ai lu il y a quelques années...
La fin m'avait beaucoup marquée, et je trouvais le thème de la religion et du fanatisme bien traités !

Lael 15/12/2011 22:17



comme je disais à shaya, je trouve cette fin très pertinente, elle met en valeur le lent processus décrit en toile de fond, et en fait ça m'inciterais même à augmenter un peu ma note (j'ai écris
ma critique avant de lire la fin, j'vais rajouter une ligne là dessus).