[ciné SF, EN SALLE] Upside down

Publié le par Lael

20471971.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgEn salle actuellement ! Oui je précise parce que ça doit être la première fois que j'arrive à publier la critique pendant que le film est encore au ciné ! lol J'ai été rapide cette fois ^^

 

Sortie : 1er mai 2013 - 1h45


Réalisé par Juan Solanas
Avec Jim Sturgess, Kirsten Dunst
Film canadien / français (?)

 

Garantis 99% de guimauve

(rêve ?), et 1% de SF.

 

Sur fond de quasi-dystopie (avec une entreprise toute puissante "vampirisant" un monde), deux mondes inversées sont reliés par une gravité fantasque. Deux amoureux tentent de se rejoindre : l'un du monde d'en bas exploité, Adam, l'autre du monde riche d'en haut, Eve Eden (j'me moque mais je trouve ça malin cette référence assumée)... 

 

L'idée de base aurait pu donner un chouette film (parce que dans le fond le côté roméo et juliette on y a droit à chaque dystopie, c'est pas ça qui fait des bonnes dystopies mais plus l'univers). L'image est poétique et léchée, les lumières sont très belles. Ces nuages tourbillonnants entre les mondes ! Ces villes dédoublés ! Il faut avouer que la vision inversée de ces deux mondes est saisissante (et mérite d'être vu sur grand écran). On ne le dira jamais assez. Visuellement y'avait de quoi faire un très grand film. "Y'avait de quoi", car malgré la beauté des images j'ai trouvé les plans bien trop fixes. Je pense aussi que c'est un défaut qu'ont certains réalisateurs de se "reposer" sur la qualité des FX : dans le coup ils nous "donnent à voir" par des plans très larges, intercalés de gros plans sur les visages des personnages... et cela manque vraiment d'être pris du point de vue du perso, de nous faire entrer dedans, sentir ce qu'ils vivent, rien par exemple par un travelling partant du regard du héros et qui monte sur la ville inversée et sa copine tête en bas...

Au final je n'ai pas eu de frisson, je n'ai pas eu la sensation de vertige, notamment à cause de cette réa trop fixe et contemplative (je n'ai pas "ressenti" ces mondes inversés. Les seuls plans assez intéressant à ce propos, c'était au travail, entre autre dans le bureau du patron). Et la deuxième partie, je me suis carrément ennuyée. Parce que le gros problème de ce film, c'est d'avoir tout misé sur l'histoire d'amour à grand coup de guimauve et de 'prends en dans les mirettes'. Ce qui séduira (maman était en larmes) ou pas (je m'ennuyais, ce que je n'avais pas connu au cinéma depuis très longtemps ! A croire que j'ai perdu ma faculté de m'émerveiller). Bref c'est vrai, j'en attendais bien plus.

 

20511662.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Mais comment ne pas grincer des dents devant l'originalité du scénario réduit à du grand n'importe quoi scientifique : je ne suis pas du tout à cheval là dessus pourtant, j'veux dire allez ok faites moi croire que ceux d'en haut ne sont attirés que par la gravité de leur planète, et inversement, cela donne des moments poétiques. Mais quand ce sont des détails 'magiques' sur détail 'magique', que tout le scénario est construit comme cela et que rien n'est fait pour nous faire croire à tout ça (oui oui tu peux me faire croire que la Terre est plate si tu me le racontes bien, mais pas comme ça !)... Limite ils auraient du faire cela dans une ambiance fantasy urbaine, ça serait mieux passé. Surtout que le film s'ouvre sur un monologue, visuellement créatif mais qui fait style "ouai on vous donne les lois de la gravité de nos mondes parce que le film se veut vachement pointu là dessus". Ben non quoi. Bref, quand tout les ressorts narratifs, surtout le final, tiennent là dessus... quel gâchis !

A part ça, ce qui a surtout causé ma perte, c'est donc les très longues séquences sur les deux amoureux, et aucune course poursuite digne de ce nom. Ce film manquait complètement d'action, ce qui ridiculisait  le côté "dystopique, on est pourchassé on peut se faire tuer" (et donnait un goût étranges aux rares scènes qui appuyait ce fait). Mais y'a une scène qui m'a fait frémir et dire "ah, voilà, vous pouvez faire ça ! là c'est bon !". C'est vers la fin lorsqu'on leur tire dessus, c'est à la fois intense dramatiquement, émotionnellement, et donne le vertige (pour une fois pas trop mal filmé et un peu plus dynamique). Et là tu (je) fais ton chieur et tu te dis "raah ils auraient pu faire un film dément avec leur concept !", et tu sombres à nouveau dans ta léthargie-guimauve.

(Ah pi genre ce qui m'a frustré, c'est qu'on nous dit bien qu'il ne peut rien faire rentrer ou sortir de la tour mais il y arrive et on ne sait pas comment ! Limite t'as l'impression que le film évite tout ce qui pourrait rajouter du suspens "-_- )

 

2,5/5 Malgré l'excellence de l'image, je me retiens de lui faire passer la barre fatidique de la moyenne (sinon je sous-noterais par rapports à mes notes des autres films).

Faute à un manque d'action, à un manque de fond cohérent et réaliste qui fait pleurer de rage, et surtout à une orgie de romance (c'est 99% du film) aussi guimauvesque que les nuages fantasques où se rejoignent les amoureux.

Mais si vous arrivez à vous laisser bercer par cet univers en mettant votre cerveau de côté, si vous voulez une love story dans les étoiles, c'est fait pour vous   Parce que quand même, malgré le gâchis, ben c'est beau !

(et j'ai du mal à saisir pourquoi ça m'a pas plus emporté que cela, j'aime rêver pourtant. C'était ptet pas le bon jour )

 

Autre critique : cachou

 

ps 1 : attention, la bande annonce résume TOUT le film. Encore une bande annonce à fuir... (j'suis halluciné, ils montrent tout les trucs où tu te dis "y'arrivera, y'arrivera pas ?" et tout les plans jolis... mais ça m'aurait juste gâché le peu que j'ai aimé quoi >< )

 

ps 2: je précise quand même qu'aux niveaux FX les cabrioles des personnages ne m'ont pas parues naturelles, je "sentais" les filins à défaut de les voir, mais c'est peut être juste moi.

 

ps3 : côté musique la BO rappelle franchement Coldplay ! E l'ensemble colle très bien au film (y compris le côté lénifiant).

Commenter cet article

Calie 30/05/2013 12:34

Salut, j'avais pensé le voir au cinéma, des images pareilles, ça s'apprécie sur grand écran. Mais finalement, c'est en streaming que je l'ai visionné et j'étais bien contente de ne pas avoir
dépensé 10,90 euros pour ça. Le concept était original mais au final le film pourrait très bien passé en téléfilm d'après-midi sur M6 ou TF1. Dommage !

Lael 02/06/2013 02:23



tout à fait



Cachou 24/05/2013 00:30

Le grand n'importe quoi scientifique ne m'a pas du tout dérangée je dois dire. J'aime bien les règles de bases qui, si impossible, sont symboliquement amusantes. Par contre, moi qui aime la
guimauve, c'était trop, vraiment trop pour moi... Et trop facile surtout (ah, elle amnésique. Ah, mais ce n'est pas grave parce qu'il saura la séduire en deux secondes. Du coup, pourquoi l'avoir
rendu amnésique à la base?).

Lael 25/05/2013 00:54



l'amnésie en même temps créait une surprise, mais c'est clair que bon c'était juste histoire de donner la tension "va t'il arriver à la séduire à nouveau, et rapidement vu qu'il prend feu ?"


Sinon penses tu que les réalisateurs actuellement se "reposent" trop sur la qualité des FX et ne nous font pas assez voir (et donc ressentir) les choses du point de vue du perso ? Comment dire,
la façon dont l'image est faite nous met bien trop souvent dans une position extérieure je trouve, plutot que d'être dans la peau du personnage (ou juste à ses côtés). Est ce que c'est juste un
ressenti propre à moi même ?


Tu me disais sur ta critique qu'il s'agit de profondeur de champ, mais seulement ? j'veux dire, pour moi c'est surtout une histoire d'angle de vue. Genre dans Cloud atlas, dans le futur
dystopique avec la chinoise, y'a un plan sur la passerelle où ils fuient et on leur tire dessus : j'ai pas ressenti le vide qui pourtant était montré comme démentiel. Mais la vue était éloigné,
avec les deux batiments et la paserelle au milieu, la cité en contre bas. Ou autre plan, celle des yeux effrayés de la fille. J'me suis dit que le plan qui manquait pour donner le vertige,
c'était de montrer, du point de vue de la fille (donc caméra sur l'épaule quoi) ce que elle elle voyait : la vue en plongée de la passerelle (avec un bout de pied au besoin) puis du vide derrière
et la lointaine cité en bas. Qu'est ce que t'en dis ?



Rose 21/05/2013 21:32

Pas mieux, sur le coté guimauve (et la révélation finale, ou je me suis demandais comment ils avaient pu faire). Les personnages qu'on espère méchant et qui ne le sont jamais. Le concept que je me
suis efforcée d'oublier (la gravité inversée trop improbable pour moi !)
Par contre, les images sont belles et finalement assez crédible quand on oublie le fond pseudo scientifique !

Lael 25/05/2013 01:49



je plussoie ^^ coucou toi ;)



Elessar 15/05/2013 15:40

Bonjour,
J'i plutôt bien aimé le film moi malgré son côté un peu niais, mais je suis bon publique et avec un coeur d'artichaut :D
Mais je suis d'accord que le concept n'est pas exploité au max et c'est dommage.
C'est marrant ce que tu dis sur les plans trop fixes parce que ma copine a été un peu malade à l'issu de la séance rapport au perspectives chelou et au fait que, "ça tournait trop" et je connais
une autre personne qui n'a pas pu rester jusqu'au bout pour les même raisons ^^

Lael 25/05/2013 00:59



comme quoi le ressenti c'est vraiment une histoire de personne et de moment, moi je craignais carément le côté vertige vu que j'avais déjà la nausée ce jour là, et j'ai pas eu droit ^^


Merci de ton commentaire