En bref : Incognito, Paris, L'effaceur, Expendables

Publié le par Lael

19073170.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20090312_121635.jpgIncognito

Comédie

2008
de Eric Lavaine
avec Bénabar, Franck Dubosc


Un chanteur raté arrive brusquement à faire une percée fulgurante grâce à un carnet bleu trouvé par hasard. Mais garder le secret n'est pas chose aisé, surtout avec un ami aussi exubérant que Francis.


Un film divertissant, assez réussis. Benabar est parfait dans le rôle, s'inscrivant dans la longues listes de ces chanteurs-acteurs. Dubosc... est égal a lui même, dans un rôle taillé pour sa démesure loufoque. Un Dubosc un peu lourd parfois, mais au final beaucoup de moments réjouissants, et quelques éclats de rires pour ce film. Et on n'en demande pas plus !

 

Pas indispensable mais sympa 3/5

 

18894351.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20080124_103934.jpgParis

Drame

2008
de Cédric Klapisch
avec Juliette Binoche, Romain Duris,
Fabrice Luchini


Un chassée-croisée de moments de vies dans Paris.


Soyons honnête, en bonne "provinciale" que je suis, j'ai toujours été agacée par cette omnipotence de Paris. Donc j'ai hésité à voir ce film en me disant que si c'est encore un film qui vante la capitale ça allait m'exaspérer. Mais en fait je me suis laissée charmer par la patte de Klapisch qui sait si bien nous raconter la vie des gens : à la fois simple et compliquée, belle et triste. Chaque personnage a du corps, et c'est ce que j'aime dans ces films. Je n'ai malgré tout pas accroché à la vie des gens du marché, et l'ensemble aurait pu être un peu plus fouillé. Les mélanges de vies sont aussi parfois un peu curieux, comme l'immigré, à la vie très survolée, bien que pertinente, en quelques images fortes, sur le "rêve" de Paris. Mais j'ai adoré retrouver Luchini, toujours excellent, et bon nombre de dialogues savoureux. Et puis ce côté "moraliste", là sans être là, très appréciable, qui nous invite à profiter de la vie.

 

Bref, un bon film même s'il aurait mérité plus de profondeur. 3,5 /5

 

18997059.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20081013_113221.jpgL'Effaceur

Action

1996
de Chuck Russell
avec Arnold Schwarzenegger, James Caan


John Kruger, alias l'Effaceur, est chargé de la protection des témoins. Il doit protéger une jeune femme qui travaille pour une entreprise fabricants des armes nouvelles générations.


C'est bourrin, avec une tite touche de gore, et le scénario est léger bien sûr : on est dans l'action-héro par excellence, il n'y en a que pour Schwarzenegger. Schwarzy toujours là pour sauver la demoiselle en détresse, plus surhomme qu'un homme, même blessé à de multiples reprises il se relève toujours partant, avec ces pistolets énormes pour défoncer tout le monde... bon fallait évidement pas s'attendre à ce que ça fasse dans la dentelle mais le côté assez  excessif devient lassant, surtout rajouté à des absurdités du scénario assez énormes (du genre l'avion qui est parfaitement contrôlable malgré un réacteur en feu, ou Schwarzy avec son petit pistolet qui fait un trou dans la vitre du cockpit, et je vous passe toutes les cascades invraisemblables).

Il n'empêche que c'est un film d'action efficace, et avec deux avantages : les fx bien réussis pour l'époque (même si les crocos géants, maintenant on voit très bien que c'est fait par ordi) et l'évolution du genre par rapport au rôle de la donzelle. En effet la femme a ici un rôle actif, elle agit. Certes elle est toujours capturée par les méchants etc, mais elle s'en sort par elle même... le cliché a évolué avec les mentalités et ça fait plaisir.

 

Un bon divertissement malgré le côté superficiel et bourrin inévitable 3/5

 

 

19472891.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20100706_011535.jpgExpendables

Action

2010 
de 
Sylvester Stallone

Avec Sylvester Stallone, Jason Statham, Jet Li, Mickey Rourke...

Interdit aux moins de 12 ans (oui c'est un chouya gore, bizarre que l'effaceur n'ai pas le même avertissement)


Une équipe de mercenaires un peu spéciale ont pour mission de tuer un général-tyran.


La tête d'affiche faisait envie, que des pointures. Mais j'aurais du me douter que le scenario serait aussi fin qu'un papier à cigarette. Bon à la limite, c'est pas le plus important dans un film d'action. Ben ouai. Sauf que la bande son est atroce (aussi bien les doublage, les bruitages, la musique...) et surtout, c'est hyper mal filmé. Nan désolé Stallone, réa c'est pas ton truc. Les scènes d'actions en deviennent illisibles et inintéressantes. Alors qu'est ce qui reste ? Un beau navet saupoudré de guests (bruce wilis, Schwarzy...).

En fait ce que j'ai surtout aimé dans ce film, c'est le double-sens entre les personnages et les acteurs : le passage de flambeau, comme action-héros vedette, entre Stallone et Statham est on ne peut plus clair, et la scène de l'église entre Stallone et Schwarzy est juste monumentale, parce que leurs persos sont tout deux les pointures du métier, qu'ils sont donc en compétition... et qu'en plus, Schwarzy refuse le job "parce qu'il veut devenir président !" Voilà c'est juste jouissif de voir les deux monuments des films d'action se renvoyer la balle dans un amusement évident.


Malgré un jeu sympa entre acteurs, le film n'assure pas du tout, ni sur les clichés éculés ni sur le visuel. 1 / 5


Commenter cet article

The Bursar 23/04/2011 15:33


J'ai manqué Incognito, que j'aurai bien vu à cause de Bénabar, j'ai gardé un bon souvenir de Paris(Luchini était super)et je compte voir un jour expendables, que je n'ai pas eu le temps de voir au
ciné, car j'aime beaucoup ce que fait Stallone, et je suis moyennement d'accord avec toi sur la question de son talent en tant que réalisateur, car j'aime beaucoup ce qu'il avait sur les volets 2,
3, 4 et 6 de Rocky.


Lael 23/04/2011 20:15



J'ai pas vu rocky (oui je sais, je suis une inculte lol), c'est un jugement uniquement fait sur ce film