[film] John Carter [critique éclair]

Publié le par Lael

 john-carter.jpgSF aventure, 2012

 

John Carter est un soldat rebelle pendant la guerre de secession. Cherchant à trouver de l'or, il est mystérieusement catapultée dans un autre monde peuplés d'êtres étranges. Barsoom, et la princesse qui y habite, ont besoin de lui...

 

Adaptation du premier volet du "cycle de Mars" d'Edgar Rice Burroughs, j'ai été très surprise par la qualité de cet opus au point d'avoir envie de lire le livre (même si j'ai peur que l'écriture soit vieillotte, 1912 quand même, cent ans !).

 

S'il rappelle Star Wars et bien d'autres aventures, c'est parce qu'il en est le père sous bien des titres (Je suggère aussi comme inspiration la guerre de Troie). Ce film est un excellent divertissement, les effets spéciaux sont vraiment top même si la réalisation et l'ensemble est on ne peut plus standard. On prend un vrai plaisir à suivre les aventures du héros au accents pulp : des décennies plus tôt, Burroughs écrivait déjà du planet opéra comme l'Age d'Or le fera. S'il est à regretter une histoire relativement classique et prévisible (sauver la belle, tuer le méchant, sauver le monde... ) et que quelques rares scènes "love" sont d'un cliché à faire soupirer d'agacement le spectateur, l'ensemble possède une richesse d'univers très appréciable (une géopolitique plus complexe que deux peuples ennemis, des langues et du vocabulaire particulier, des aliens au physique original...). Si Burroughs a une imagination prolixe, elle paraît magnifiquement retranscrite (vous avez vu la finesse du détail sur la peau des martiens vert et de leur physionomie individuelle ?).

 

john-carter-aliens-hobo.jpg

 

Pour finir notons quelques bonnes idées, en vrac : le fait de laisser les martiens parler aliens sans nous donner de traduction (ce qui nous plonge dans la peau du personnage qui ne peut rien comprendre non plus); le parallèle avec la guerre avec les indiens d'amérique; le fait que la princesse se batte, soit rebelle et maline (même si son personnage n'arrivera pas à dépasser la fadeur du papier); et visuellement un mélange étonnant de modernités et de civilisations anciennes (tatouages, toge à la romaine, épées... mais aussi vaisseaux spatiaux et ville mobile)... D'ailleurs le fait que la  technologie soit une énergie venant d'une déesse selon leurs croyances, l'absence de blabla scientifique, sans parler du rôle épique du héros, peut faire entrer cette aventure dans l'héroic fantasy.

Un mot sur John Carter justement : bien que manquant un je-ne-sais-quoi qui ne me l'a pas rendu plus attachant que cela, c'est un personnage au grand coeur mais égoïste aussi, ce qui parvient à lui faire dépasser le cliché. On le "sent" perdu dans la vie à cause de son passé, et j'ai aimé sa vision, désillusionnée, sur la guerre et le fait qu'il soit las de tout cela.

 

Le film a quelques moments bien drôle. Malheureusement l'émotion n'arrive pas vraiment à faire sa place à une ou deux scènes près (le regard de la martienne lorsqu'elle est punie; et surtout la scène où John Carter se bat tout en pensant à la douleur du passé qui l'habite, le parallèle est puissant et donne toute la force à la bataille).

 

Malgré ses deux heures et quelques qui occasionnent de léger 'coup de mou' dans le rythme, je n'ai pas vu le temps passer et j'ai vraiment voulu connaître la suite.

 

En conclusion voilà un très bon divertissement, certes convenu et manquant d'un "quelque chose" (d'émotion, de "profondeur"...) et légèrement pénible sur le côté amourette, mais que je conseille quand même ardemment. J'ai aimé ce voyage sur Mars !


Je comprend mieux pourquoi Guillaume l'a mis dans son top films SF ! Sa critique.

 

4/5


ps : c'est un film non-violent (à part une main coupée mais ça passe vraiment très très vite). Il est classée -10 ans. 

ps2 : d'après la critique de Guillaume, une grosse différence entre le livre et le film tiens dans le personnage de John Carter qui a été modernisé : "Il n’y apparaît plus comme un gentleman sudiste raciste mais comme un ancien soldat rebelle brisé trouvant sur Barsoom la paix intérieure." Pour le coup s'il est vraiment raciste ça me donne moins envie de lire le livre. Enfin, j'vais ptet commencer par le tome 2 directement !

Au final je me demande bien les intentions des Therns, les film est pas super clair je trouve.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

norman.t.ray 17/03/2014 12:49

C'est une constante de tous les héros de Burroughs de se battre pour quelqu'un et pas pour des "Causes" avec un grand C. Carter s'est battu pour le Sud très probablement pour défendre sa famille,
et pas pour défendre l'esclavage. Et dans le deuxième roman, il trouvera "magnifiques" les pirates noirs de Barsoom. A la réunion du centenaire de Tarzan et John Carter en 2012, un petit-fils d'ERB
rapportait que se faire traiter de raciste faisait rager son grand-père, lui qui à dessein avait créé une ethnie noire sur Barsoom décrite comme la plus noble sur la planète.

Pour les intentions des Therns dans le film, je pense que leur plan visait à réunir les flottes aériennes de Zodanga et de Hélium sous une même bannière. Tu sauras pourquoi ils en auraient eu
besoin en lisant le tome 2 !

norman.t.ray 07/03/2014 10:03

Si cela peut vous rassurer, le John Carter des romans n'est absolument pas raciste, bien au contraire !

Lael 16/03/2014 22:40



ah tant mieux ! peut être qu'il l'était avant mais évolue grâce à ce qu'il découvre, ou c'est une histoire d'interprétation. En tout cas merci pour le commentaire et bienvenue !



Lorhkan 27/06/2013 06:59

Il faudra que je le regarde un jour, vu que pas mal de monde en dit du bien. Dommage qu'il se soit planté commercialement...

elysee 29/06/2015 01:20

Tu be sais pas ce Que tu rates

elysee 29/06/2015 01:16

J,adore c,est in film tres original et emouvant

Lael 11/07/2013 03:50



c'est sûr, j'aurai bien aimé la suite qui dans le coup est compromise.