La nuit des temps, Barjavel

Publié le par Lael

Oulà, pour du retard j'ai vraiment du retard sur mes critiques : je l'ai lu il y a près d'un an !!

 

SF, Anticipation, post apo

 

9782266152426.gif4ème de couverture :

Dans l'immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace...
Que vont découvrir les savants et les techniciens venus du monde entier qui creusent la glace à la rencontre du mystère ?
"La nuit des temps", c'est à la fois un reportage, une épopée mêlant présent et futur, et un grand chant d'amour passionné. Traversant le drame universel comme un trait de feu, le destin d'Elea et de Païkan les emmène vers le grand mythe des amants légendaires.

 

René Barjavel est un précurseur de la SF française : peut être est ce pour cela qu'il garde à mes yeux, dans ce livre au moins (le premier que je lis de lui), une patte très "littérature blanche". Ce qui permettra sans doute à des réfractaires SF de lire ce livre : point de technoblabla futuristes compliqués, d'univers space opéra tordu, d'aliens ou de références réservés aux initiés; on nous parles de gens normaux, d'amoureux qui ont eut la malchance d'être entraînés par l'Histoire. La première partie, sur la découverte scientifique, est d'ailleurs très ancrée dans le présent, on a presque le sentiment de lire un compte rendu d'une fouille archéologique, ou on peut imaginer que cela va partir vers un livre d'aventure ou un thriller, et puis là comme ça, mine de rien, on bascule dans la SF. Barjavel nous livre une histoire de science-fiction comme on les aime : le choc des civilisations, la rencontre de l'autre ; et le temps comme personnage principal. Le temps, rouage presque invisible, à la fois élément perturbateur et déclencheur de l'histoire, la petite comme la grande... jusqu'à ce que ses rouages s'emballent et écrasent tout sur leur passage.

Une SF "humaniste", qui dénonce de manière à peine déguisée la guerre froide (le livre sort en 68, en pleine guerre de vietnam) et le danger de la course à l'armement et de la bombe atomique (avec une arme ultime censée être une dissuasion, une arme qui aura des conséquences cataclysmiques... un peu comme si Eléa elle-même disait "voyez ce que nous avons fait, ne reproduisez pas notre erreur").

Une SF utopiste, qui nous conte aussi un monde évolué et "parfait" (avec quelques technologies visionnaires comme une sorte de carte à puce). C'est aussi visible avec des scientifiques de tout bords qui tentent de s'allier pour délivrer un message de paix : la volonté de connaissance nous donne un but commun et tout le monde doit en profiter.

Une SF "à l'ancienne" qui n'hésite pas à expliquer les cratères de la lune, ou le basculement de la Terre et une modification climatique brusque... quitte à être un peu capillotracté. Et qui s'inspire sans honte de l'Atlantide et autre monde perdu.

Concernant le style, Barjavel a une plume facile, une prose aux accents épiques et théâtral, une écriture poétique et onirique. Son histoire possède du suspens et une intensité émotionnelle.

 

Pourtant... Je n'ai pas trop aimé et j'en garde un souvenir plutôt négatif. Pourquoi ?!

Parce que, et c'est subjectif, "ça sent le vieux" (contrairement par exemple à Tous à zanzibar qui aurait pu être écrit aujourd'hui).

Parce que, peut être, je suis très réfractaire au ton "littérature générale".

Parce que je n'ai pas accroché aux personnages (je ne sais pas pourquoi, ils sont très "vivants", particulièrement Eléa dont on connaît les émotions. Je n'ai sans doute pas voulu m'attacher à eux vu que je pressentais le pire).

Parce que c'est un drame, la fin d'un monde, et que je n'aime pas les drame. L'histoire d'amour que l'on suit est surtout un tourment, Elea est profondément dépressive... (en fait ça devait trop me rappeler mes propres soucis). Au final même le côté utopique n'a pas vraiment retiré le malaise que m'a provoqué l'ambiance, parce que parfois ça paraissait "trop beau" et vraiment artificiel (et pourtant je suis fleur-bleue).

Parce que cela contient à de brefs moments une violence qui m'a surprise (COMMENT cela peut il être lui par des ados ?! J'ai lu pire, mais tout de même, il y a une scène de viol qui m'a particulièrement choquée.)

 

Je n'ai vraiment pas envie de le relire. Cela ne me correspondait pas voilà tout. Je crois aussi que cela montre bien combien une lecture peut être subjective, suivant notre propre vécu, notre propre ressenti, l'état et le moment dans lequel on "reçoit" l'oeuvre !

 

Je lui met donc un 3/5 (et il est subjectif. Je pense vu les arguments que j'ai pu tirer, même sans l'avoir réellement apprécié, qu'il mérite plus.)


challenge fin du monde apocalypse post-apo 6

Livre lu pour le Challenge Post apo de Tiggerlily !

et enfin chroniqué "-_- J'avais aussi lu X de Clamp (et j'ai pas eu le temps ou l'envie de m'y remettre depuis).

Je m'arrête là pour le dit-challenge, je pense aussi que c'est un genre qui ne me réussis pas... ou alors il faudrait un titre vraiment optimiste et sur la reconstruction d'un monde. Si vous avez des idées de titres je prends !

 

En plus :

Autre critique sur Clair Obscur

Pour tout savoir sur l'auteur et l'oeuvre, le site perso Barjaweb

(Saviez vous que "La nuit des temps" est accusé de plagiat ? ou que c'était au départ écrit pour un film ?)

Commenter cet article

Sciamma 25/11/2014 20:35

Oh ! Je trouve ça tellement dommage... Je l'ai lu il y a plusieurs années et c'est vrai qu'il y a un côté "vieillot" mais j'ai trouvé cette histoire d'amour tellement belle... Parce que pour moi,
la nuit des temps, avant d'être de la SF ou un roman humaniste et utopiste, c'est une magnifique et dramatique histoire d'amour...
Mais oui, il peut être lu par des ados, ma belle-fille de 16 ans vient de le lire et elle a adoré ! Et du coup, son père (mon homme !) est en train de le relire...
Un autre de Barjavel que j'ai positivement adoré (et qui est plus "fleur bleue", moins dur, c'est "l'enchanteur"... Si vous ne tombez pas amoureuse de Merlin avant la fin du livre, c'est à
désespérer !! Un petit extrait pour vous mettre en bouche : "Il y a plus de mille ans vivait un Enchanteur qui se nommait Merlin.
Il était jeune et beau, il avait l'œil vif, malicieux, un sourire un peu tendre, un peu moqueur, des mains fines, la grâce d'un danseur, la nonchalance d'un chat, la vivacité d'une hirondelle. Le
temps passait sur lui sans le toucher. Il avait la jeunesse éternelle des forêts." Bon en plus j'adore les histoires de chevaliers de la table ronde, la forêt de Brocéliande et tout et tout...

endea 12/11/2012 20:22

Je l'avais lu ado, et relu adulte, j'ai moins accroché j'avoue,le côté "coup de vieux" oui c'est vrai , avec en plus un côté fleur bleu voire nunuche qui ne m'a pas emballée.
Mais bon c'était quand même l'un de mes livres préférés de mon adolescence ^^

Lael 17/11/2012 05:00



à ça un coup de coeur ça garde toujours une place particulière dans le coeur ^^



JainaXF 11/11/2012 10:25

Je l'ai lu quand j'étais ado également et j'avais adoré ! Ce n'est pas mon roman préféré, mais j'avais été embarqué" par l'histoire d'amour, la civilisation perdue (j'adore les variations autour du
mythe de l'Atlantide), l'intensité des sentiments...
Mais ça fait un moment que je ne l'ai pas relu, je vais peut-être le faire pour voir si les émotions qu'il m'avait procuré demeurent intactes !

Lael 17/11/2012 04:56



Parfois ça change avec le temps, d'autre pas ^^


(rien à voir, mais j'en profite pour te signaler mes articles sur la Japan Touch, je parles du Visiteur du Futur, la nouvelle saison débutant ce dimanche !
http://chezlaventurierdesreves.over-blog.com/article-la-japan-touch-2012-2-112462675.html)



ekho 10/11/2012 10:58

Pour ma part, la "Nuit des Temps" est de loin mon roman préféré, toutes catégories confondu.

Effectivement, "ça sent le vieux", et c'est aussi ce qui fait son charme (je ferais presque un parallèle, mais dans un registre radicalement différent, avec la série Dr Who, qui date de la même
époque et qui a toujours ses afficionados).

Je me souviens l'avoir lu alors que j'avais 12 ou 13 ans et je n'avais absolument pas été choqué. Ça m'avait juste transporté, et fait rêver. Pour un adolescent un peu rêveur, je pense qu'Eléa est
juste la femme parfaite...

Depuis, je l'ai relu plusieurs fois (dont une fois en une matinée chrono) avec un plaisir toujours renouvelé !

Lael 17/11/2012 05:03



Eléa répond sans aucun doute aux rêves masculins, étant une femme j'avoue ce côté là ne pas pas du tout intéressé ^^


En tout cas tant que y'a du plaisir y'a rien à dire c'est cool. Je ne peux qu'être contente que cela te plaise ^^