Séries télégramme épisode 1 : Ashes to ashes / Mentalist / Terra Nova

Publié le par Lael

Le télégramme était un message court envoyé par le lointain ancêtre du mail (m'enfin, c'était pas des signaux de fumées non plus). Donc, puisque je souhaite vous parler de plusieurs séries TV, et que je veux faire court... bam, nouvelle rubrique avec jeu de mot (foireux ?!). 

 

Pour aller jusqu'au bout et utiliser aussi la balance du terme "gramme", les séries auront leurs "poids" : poids léger, poids moyen et poids lourds ; ce qui vous donnera une indication globale du pire au meilleur.

 

Note : si je ne précise pas l'origine de la série c'est qu'elle est américaine.

 

Allez en piste !

 

*stop*  Ashes to ashes  *stop*  POIDS LOURD

 

Série anglaise. Policier / surnaturel. Spin-off de Life on Mars. 3 saisons, 24 ép d'1h. Terminée.

 

Après avoir reçu une balle, Alex Drake se réveille... en 1981. Tout comme avec Sam Tyler on se demande bien comment ce retour dans le passé est possible, mais Alex connaît l'histoire de Sam, et part donc avec les conclusions que l'on peut tirer de Life On Mars. C'est une très bonne idée car cela donne une certaine affinité directe entre Alex et le spectateur. Mais si la série est une suite, et un complément indispensable à la première série, on peut voir l'une sans l'autre : le principe est le même, mais chaque histoire est différente. Après les années 70 et les méthodes musclées de la police d'alors, on entre dans les années 80. La paperasse et le respect des règles arrivent... mais ce n'est pas pour autant que le commissaire Hunt arrête d'en faire qu'à sa tête, simplement il est plus rusé. Gene Hunt, pilier autant physique que psychologique des deux séries, présente, comme tout les personnages, une évolution constante, toute en nuance, et son humanité est peut être encore plus mise en avant ici.

Car ces séries, si elles se démarquent par l'ambiance parfaitement reproduite de ces époques aux autres moeurs (et la bande-son tirée des plus grands hit de ces années là), sont surtout un podium pour une galerie de personnages pitoresques, de policiers-cowboys qui sont plus intelligents qu'il n'en n'ont l'air. Hunt bien sûr est en tête, mais tous sont attachants, avec leurs défauts et leurs qualités ; on s'émeut et on veut suivre leurs évolutions. Alors oui, il y a de l'humour dans les situations et le langage outrancier de Hunt (on apprends tout pleins d'expressions XD), de l'intrigue avec le fil rouge si mystérieux, des enquêtes comme tout policier, et la réalisation est parfaite : mais au final, ce qu'on retient surtout, c'est la mise en valeur de ces personnages nuancés et intéressants. La fin d'Ashes to Ashes, sensible et magistrale, conclut brillament les deux séries dans ce sens.

 

Bref, une série originale, attachante, énergique... qui pêche juste d'une trop grande complexité parfois du fil rouge, avec ces apparitions et trucs étranges.

 

Là comme ça deux moments forts : Alex devant l'explosion de la voiture (saison 1), et lorsque Shaz découvre la vérité dans le dernier épisode (on redécouvre brusquement son personnage).

 

A voir en VOST.

 

*stop*  Mentalist  *stop*  POIDS MOYEN

 

Policier. 4 saisons (5ème en cours de diffusion).

 

En perte de poids, oserais-je dire.

A la base, je ne suis pas très série policière, il faut vraiment qu'il y ai un "truc en plus" pour que ça me botte. Ici, le "truc", c'est le personnage principal : Patrick Jane est un manipulateur égoïste, beau parleur charismatique, fouineur et emmerdeur. Bref, du genre à mettre le doigt là où ça fait mal, à dire ce que personne n'ose dire etc. Il serait imbuvable s'il n'avait pas sa part de fragilité toute humaine. Avant, c'était un arnaqueur qui se faisait passer pour un voyant. Puis un tueur en série, John le Rouge, a assassiné sa famille... Depuis, il met ses dons aux services de la police (le CBI), et cherche à retrouver le meurtrier. C'est un personnage ambigü, oscillant entre la vengeance et la justice, à la fois franc et renfermé. Il tient la série à lui seul, surprenant à bien des titres, et on doit admettre que Simon Baker a mérité son étoile à Hollywood.

Le problème c'est justement qu'il tient seul la série. Une fois l'originalité de la première saison passée, on connait toutes ces ficelles, on devine ses coups avant même qu'ils ne les joues, et on s'ennuie. 90% de la série est une succession d'enquêtes semblables. Même les quelques épisodes sur le fil rouge (et c'est le cas de le dire) avec le tueur en série deviennent inintéressant et vite n'importequoitesque (genre la tuerie de la saison précédente ?!). Seuls deux / trois épisodes par fins de saisons sont vraiments intenses. La saison 4 opère certe un renouveau avec une volonté d'explorer les "faces plus sombres" de Jane, mais c'est une exploration trop timide et qui se sort pas assez des sentiers battus. Le début de saison, avec la résolution du cliffhanger précédent, est par exemple un vrai rattage, le flan se dégonfle tout de suite après un coup de théâtre.

 

Bref, si le terrible cabotin qu'est Jane reste ensorceleur, la trop grande routine et les audaces trops rares font plonger la série. Vraiment dommage parce que cela noie complètement les quelques séquences poignantes qui émaillent le tout.

 

Moments forts :

Suite à une perte de mémoire, Jane a oublié son trauma... et Lisbonne n'a pas d'autre choix que de le lui rappeller.

Et puis dans cette saison, le "coup de pelle" au cimetière, et lors du final Jane "à deux doigts" de... (je ne vous dirais pas XD Mais jolie montée d'adrénaline).

 

*stop*  Terra Nova  *stop*  POIDS MOYEN

 

1 seule saison (13 épisodes). SF. Terminée.

 

Dans le futur, la Terre est si polluée que la fin est proche. Mais une porte vers un passé alternatif à été ouverte : une chance pour certaines personnes, triée sur le volet, de bâtir une nouvelle civilisation.

 

Une série produite par Monsieur Spielberg, ça attire la curiosité forcément. Sauf que si le premier épisode a tout d'un film d'anticipation sombre et aux effets spéciaux suberbes, lorsqu'on atterit dans le passé... il y a un méchant décalage qui se crée. On passe brusquement à oui-oui chez les dinos. J'exagère à peine. Pendant quelques épisodes, la série va alterner entre la sitcom de mauvaise qualité, un fil rouge aussi fin qu'on voit à travers, et une pseudo utopie / dictatoriale pas convainquante du tout. Mais faut s'adapter. Ensuite, la série trouve son ton, entre le drame et la légereté, et on a même envie de connaître la suite. Les personnages prennent (un peu) d'épaisseur.

La série s'achève brusquement par une fin qui tente d'élever le niveau dans une dramatisation un peu extrême, bien qu'efficace, revenant en fait au style du premier épisode. Reste que non, décidement, le fil rouge se changeant en Avatar n'est pas convainquant pour un sou, et qu'au final, je n'aurais pas été très motivée pour voir la suite.

 

Bref, "sympa mais sans plus". Terra Nova ne va pas au bout de ses promesses et galère trop à trouver son style. Là où c'est dommage, c'est que ce brouillon aurait pu donner une série originale. En l'état, ça l'es déjà un peu plus que d'autres.

 

TO BE CONTINUED^^

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article