Fushigi Yugi, tome 2 à 5

Publié le par Lael

Présentation et tome 1

 

tome 2

 

Fushigi yuugi prends un tour un peu plus adulte dans ce tome-ci. Bien qu'on ai toujours le droits aux blagues potaches et aux quiproquos amoureux, l'histoire devient un peu plus sombre. Miaka étant malade, ses nouveaux amis décident de l'emmener auprès d'une sorte de sorcière qui devrait la renvoyer dans son monde (et cela la guerira). Mais un méchant tente de semer la discorde entre eux... En fait cela demande plus de second degré. Miaka et ses amis iront jusqu'à donner leur vie pour les autres, héroïquement (ou non), et comment dire... en même temps c'est dramatique et intense, en même temps... c'est un 'sacrifice' complètement con inutile ! L'auteur prendra en plus un malin plaisir à nous montrer en "bonus" deux versions diférentes de la dites scène histoire d'enfoncer le clou de son absurdité rocambolesque, se jouant du cliché. Bref j'ai aimé ce jeu entre la réalité et la fiction, cette déconnade poilante au second degré, flippante au premier.

 

FY5-copie-1.jpg

 

Extrait choisit. Bon faut que j'explique ce qui me fait rire : Miaka est coincé dans un miroir et l'image où on la voit contre la vitre est trop marrante ! En plus elle se rend pas compte elle est à fond dans le tragique de la situation !

FY6.jpg

 

Comme je le disais plus haut, on voit aussi le contenu plus adulte dans les dessins : cette fois nous avons un peu de nu, un plan culote (m'enfin gentillet), et une sorte de... cadavre / momie horrifique.

Le chapitre 11 (où elle reviens chez elle) est aussi un peu faible, mais bon cela lui permet de faire le point sur ce qu'elle désire.

 

La fin laisse suggérer un assombrissement plus net encore de la saga. L'auteur le dit elle même dans un de ses bavardage, Miaka "est petit à petit confrontée à certaines difficultés qui la rendent malheureuse" et "X et X vont se faire maltraiter mais vous savez cela me fait mal au coeur à moi aussi quand je dessine ça", j'espère que cela ne va pas devenir vraiment trop noir.

J'ai envie de dire c'est un peu le problème avec ces sagas écrite au fur et à mesure, la suite du premier tome peut dériver dans des ambiances qu'on n'imaginait pas en lisant le premier (là je pense à X).

 

Conclusion :

La saga se poursuit avec la mise en place des personnages, et reste bien drôle. Mais cette fois il s'agit plus de deuxième degré, et on part vers quelque chose de plus triste.

 

4/5

 

tome 3

 

Fushigi yugi continue sur sa lancée en s'enfonçant dans le dramatique. Cette fois, l'humour distillé est de plus en plus rare, et semble surtout en décalage avec le contenu du récit, au point que cela m'a plus gêné qu'autre chose. Ce tome-ci se concentre sur la mythologie des quatres dieux et du contexte politique. L'histoire devient nettement plus sérieuse donc, et pose ici la trame future. Les camps sont définis, bien qu'ils manquent des personnages à l'appel. On est à un tournant de la saga.

Quoi dire d'autre si ce n'est que la mythologie de Fushigi marque une nouvelle fois la passion des japonais pour l'astrologie, et c'est un peu lassant lorsque l'on lit une histoire un peu similaire, ce qui est mon cas avec X des studios Clamp. (Mais attention hein, l'ambiance et le reste n'a rien à voir !). Il y aussi un autre point commun que je me garderais bien d'expliciter sans spoiler gravement !

Je vais quand même en parler de manière voilée, parce que c'est le coup de théâtre de ce tome. Eh bien j'ai aimé la façon dont cela est amenée, et surtout qu'il y ait une raison à ce changement de comportement. Une raison terrible, bien sombre pour une saga jeunesse (même si c'est montré de façon implicite), mais surtout une raison crédible, valable, et dont les répercussions sont pour le moment bien exploitées. (Enfin il y a deux raisons en fait dont une autre bien standard, mais je trouve bien réussie la façon dont cela se complète). Certes, on évite pas quelques phrases bien clichés pour manifester le changement de comportement (un peu trop radical parfois, bien que s'expliquant par la colère). Enfin, j'ai appréciée que cela chamboule l'héroïne sur ces certitudes et son égoïsme naïf.

FY4.jpgA part ça on en apprends plus sur Tamahome et c'est chouette, cela valorise grandement son personnage. Et puis Miaka risque de plus en plus sa vie à chaque tournant... Dommage que, comme souvent pour toute héroïne naïve, elle se met bêtement en danger en partant seule, bien que le cliché pousse à une petite réflexion sur le fait qu'elle ne souhaite pas que ses protecteurs meurent pour elle, c'est pas simplement par la fierté de se débrouiller seule.

 

Conclusion :

Dificile de mettre une note sur ce tome-ci : la saga prend de l'ampleur mais cherche son ton, entrant dans une gamme nettement plus dramatique que le tome 1 mais conservant toujours un humour décalé. Plus adulte, dans un sens, même si on reste dans un contenu adolescent jouant sur l'implicite (côté dessin l'équilibre est trouvé pour ne pas avoir de nudité franche ni d'érotisme mais une sorte de tendresse maladroite du corps).

Pour finir, tout comme dans le tome 2, il est appréciable de voir l'auteur utilisant certes des clichés pour ados à foison mais en les approfondissant et les détournants (même si pour un adulte difficile cela ne sera pas assez).

Bref, j'ai du mal avec la nouvelle orientation de la saga, on perd vraiment le côté frais et divertissant du premier tome, mais cela reste plutôt chouette. Affaire à suivre.

 

4/5

 

tome 4 et 5

 

FY2La suite des aventures de Miaka... comme on pouvait s'y attendre ça tourne de plus en plus au vinaigre. L'équilibre dans la narration est trouvée entre humour et situations désespérée (ou alors c'est moi qui m'y suis fait) mais je trouve quand même cette assombrissement dommage. Étonnamment le thème du viol revient comme une musique lancinante (dans une saga jeunesse qui a tout l'air d'un manga "pour enfant" ?!) (mais y'a rien de choquant visuellement, c'est juste que tout les mecs que Miaka croise ont tous des envies lubriques). On a le droit à des créatures un chouya répugnantes, une étonnante histoire d'amants maudits, et puis des personnages ...très méchants.

FY3Comme le prévenait l'auteur dans un précédent volume des persos se font maltraiter (et on le voit). Bon ça reste représenté de façon jeunesse quand même hein, c'est pas super violent c'est juste... désagréable. C'est surtout dur pour Miaka qui se retrouve à avoir son insouciance juvénile brutalement brisée (et franchement on a trop mal pour elle).

ça n'empêche pas de rire à quelques vannes savamment placées, à la façon toujours originale dont l'auteur revisite les clichés, et aux petits dessins qui nous montre comment elle embête ses assistants ou comment se déguiser en Chichiri...

 

FYConclusion :


Personnellement mon souci est que lorsque je ris je n'arrive pas à mettre de la distance avec le drame, ce qui me met dans une situation inconfortable. Mais y'a sans doute que moi hein "-_- Je suis sûre que pour 99% d'entre-vous vous vous direz en lisant ce manga "mais comment as t-elle pu être touchée par ce drame pré-formaté pour dessin animé ?!" (Enfin faites comme si j'avais rien dit quoi ><)


Donc : la saga se noircit mais reste très drôle et faite pour les ados -et pour les adultes ayant conservés leurs âmes d'enfants.


Tome 4 : 3/5

Tome 5 : 4/5

Commenter cet article