Point Otaku (1ère partie) : spécial SF avec Gargantia (coup de coeur !) et le déjanté Space Dandy

Publié le par Lael Marguerite

Ces derniers mois je me suis pas mal remis à regarder des animés, mais la récolte s'est révélé d'une qualité assez moyenne, à part un titre de bonne SF :

Gargantia

SF, post apocalyptique, mecha, 13 épisodes, 2013

Point Otaku (1ère partie) : spécial SF avec Gargantia (coup de coeur !) et le déjanté Space Dandy

Dans un futur lointain et aux confins de la galaxie, l'Alliance Galactique Humaine lutte pour survivre face à une race nommée « Hideous ». Au cours d'une bataille, le lieutenant Ledo et son arme humanoïde Chamber sont engloutis dans une distorsion temporelle. Une fois réveillé, Ledo réalise qu'il est arrivé sur Terre, une planète submergée par la mer après une période glaciaire, où les gens vivent humblement dans de grands navires et recherchent de vieilles reliques. Ledo se retrouve sur une flotte nommée Gargantia et va devoir trouver sa place dans un nouveau mode de vie très loin du siens. Mais la guerre n'est pas aussi loin qu'il ne l'imagine...

Suisei no Gargantia a été un gros coup de coeur dès le début. Il faut dire que la scène d'ouverture est magistrale, avec une bataille spatiale impressionnante rappelant La Stratégie Ender d'Orson Scott Card : cela dit si vous êtes allergiques à la baston dans des robots géants je vous rassure, les batailles resteront assez secondaires dans cet animé. Et c'est l'un de ses grands atout, dès le départ l'importance est donnée aux personnages et à l'univers. L'immersion est complète auprès de Ledo, qui juge d'emblée les Terriens comme primitifs (et il a de quoi le penser vu la technologie quasi divine de son mecha à contrario des humains du Gargantia) ! D'emblée la confrontation de ces deux mondes, culturellement parlant, est le sujet principal de l'animé. J'ai beaucoup aimé le fait que Ledo ne parviens pas tout de suite à comprendre notre langue, et sa surprise de découvrir une planète habitable - cela en dit long sur l'univers d'où il vient (tout comme le fait que dormir et manger quand on veut est un luxe qu'il ne connaît pas). C'est très intéressant de voir que c'est un soldat, conditionné à penser comme tel depuis sa naissance ; tout comme l'intelligence artificielle de son robot, elle aussi formaté, ils vont pourtant connaître une évolution (lente et réaliste) de leur mode de pensée auprès des Terriens. Ces humains qui eux vivent dans un univers post apocalyptique où les mers sont les seuls endroits habitables : ils ont perdus beaucoup de nos connaissances mais savent tout de même d'où ils viennent. J'ai bien aimé leur société, qui tout en ayant des liens avec nous, ont leur propre culture au point qu'il est difficile parfois d'y voir des humains. Cela dit je dois mettre "cultures" avec un S, car il y a en fait plusieurs sociétés de décrites, avec leurs rites, qui parfois frisent l'horreur glaçante, et parfois font rêver. Si sur Gargantia on est plutôt dans une douce utopie, où le travail honnête permet une belle vie, ce n'est pas le cas sur d'autres flottes de navires. Qu'ils soient pirates ou récupérateurs d'épaves, voire un peu des deux, l'anime nous présente une poésie de la nature marine avec des moments particulièrement beaux. 

Une des grande réussite de Suisei no gargantia est sa narration très bien équilibré entre découverte de l'univers, réflexion, action, humour, un brin de romance aussi, et les personnages. Le titre ne va pas s'attarder longuement sur la mise en place de l'univers avant de lancer un fil rouge, tout se fait assez naturellement, tout est imbriqué. Le héros va autant s'impliquer malgré lui dans la politique locale (la flotte de Gargantia étant menacée) que mieux comprendre la guerre contre les Hideous. Tous les personnages ont leurs rôles et aucun n'est laissé de côté, même ceux qui paraissent inutiles ont finalement leurs rôles (là je pense à la chef des pirates et aux messagères), et c'est vraiment appréciable, cela crée un mécanisme narratif très harmonieux.

Bref cet animé est un coup de coeur 😍, autant par la façon dont les thèmes de la rencontre et du choc culturel sont traités, que par le visuel, l'histoire et le fil rouge (je vous préviens vous allez pleurer, l'être humain est impardonnable dans son absurde cruauté). C'est de la SF humaniste, plutôt réaliste, les sociétés décrites "prennent chair" sous nos yeux, et tout les personnages ont leur rôle dan un joli puzzle final.

5/5

ps : en plus j'adore le design du robot et de la tenue du pilote (qui ne fait pas Gundam-like)

Autre chronique : https://www.legaliondesetoiles.com/Gargantia_a3668.html.

On reste dans de la SF avec :

Space dandy

2014 - 26 épisodes. Humour déjanté, SF space opéra

Point Otaku (1ère partie) : spécial SF avec Gargantia (coup de coeur !) et le déjanté Space Dandy

Dandy est un chasseur d'alien. Accompagné de son robot QT et de son nouvel allié Meow qui ressemble à un chat (mais qui vient en fait de Beltegeuse), ils parcourent la galaxie à la recherche de l'alien rare qui leur fera un beau pactole.

A la base cela partait pas trop mal : les personnages sont plutôt attachants et l'univers est bien délirant, avec quelques clins d'oeil jouant avec les spectateurs un peu comme Gintama. Sauf qu'il n'y a aucune suite narrative : pas de fil rouge, bon ça peut se faire, mais en fait les épisodes finissent presque toujours en gros foutoir, où par exemple le méchant caricatural qui les poursuit meurt dans une explosion, puis l'épisode suivant il revient comme si de rien n'était... En fait on ne sait même pas comment les héros s'en sortent à la fin du premier épisode, et là encore, épisode suivant c'est comme si rien ne s'est passé ! Bref la série est comme une suite de rêves loufoques, où le normal côtoie du gros What The Fuck. Visuellement y'a du travail graphique, des jeux dans le trait et les couleurs (qui deviennent par exemple psychadélique sur la planète-plante ou en noir et blanc type "esquisses" sur une planète-bibliothèque*). Au final j'ai vu une petite dizaine d'épisodes sur la saison 1, je ne compte pas en voir plus parce que le coté WTF de la série m'a achevé. Le seul épisode qui se tenait à peu près et qui était sympa c'est le 13ème avec le robot QT qui tombe amoureux d'une cafetière (enfin j'étais un peu charmée d'avance puisque vous savez mon affection pour les histoires d'intelligence artificielle et de robot, ce n'est pas pour rien si ma première nouvelle publiée parlait d'androïde). Et j'ai apprécié l'épisode de la boucle temporelle (ép 10) parce que les héros n'en ont strictement rien à faire de se sortir de cette journée sans fin puisqu'ils sont peinards !

- pas de note -

*Inutile de baver sur l'idée c'était vraiment nul.

*** La suite lundi ! avec au programme No game no life, Toradora, Witchcraft works, et quelques mots sur le gros navet Saint Seiya 2019 ***

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fanarie 22/12/2019 11:34

tu t'y prends un peu tard pour Gargantia, ça commence à dater un peu, même si c'est un excellent animé. Tu ne sembles pas avoir vu les 2 OAVs, qui cloturent la saga par contre, mais chut, je ne spoilerai pas :-)
Et je laisse donc de côté space dandy, ça l'air trop pour moi.

fanarie 29/12/2019 18:41

Il me semble mais comme ça fait 5 ans, j'ai quelques doutes

Lael Marguerite 23/12/2019 02:29

Bennn en fait j'ai vu Gargantia y'a plusieurs mois donc tu me mets le doute, mais d'après un commentaire que j'ai posté sur Betaséries je dirais que oui j'ai vu (l'histoire de Kruger qui débarque sur Terre, c'est ça ?).

Bah sinon ça va un animé de 2013 ce n'est pas si vieux, j'en regarde des plus vieux encore ^^