Bifrost N°97 : interview de l'llustratrice et avis (2/2)

Publié le par Lael Marguerite

Bifrost N°97 : interview de l'llustratrice et avis (2/2)

Après avoir discuté avec Chloé Veillard de la magnifique couverture qu'elle a réalisé, voici le reste du contenu du numéro !

Mon avis :

- Parlons d'abord du dossier consacré à Sabrina Calvo et sa nouvelle : j'ai aimé découvrir l'autrice, et j'ai particulièrement apprécié les détails qu'elle livre dans son très long interview (30 pages !). On entre dans sa tête, dans son intime, dans la façon dont elle crée, dans son rapport avec ses textes. C'était quand même un brin un peu long. En tout cas il était indispensable de joindre cet interview à son texte. Car j'ai trouvé "Baiser la face cachée..." bien trop ardu. Pour tout avouer, je n'ai lu que la moitié avant d'abandonner. Je l'ai trouvé beaucoup trop expérimental, dans son fond comme dans sa forme : quand on comprend une phrase sur deux le fond nous échappe (je suis bien incapable d'en faire un pitch). D'après son interview, j'en conclu que ses textes sont fous et exigeants : "Baiser..." n'est sans doute pas le meilleur texte pour la découvrir. Cela dit il s'en dégage pas mal de poésie et d'émotions.

- La deuxième nouvelle a été un gros coup de coeur, et saluée unanimement (je crois) par la critique : "Entre pensées et prières" de Ken Liu. Cela faisait des années qu'une nouvelle ne m'avait pas autant ravie : un texte percutant, intelligent, touchant, sur le rapport entre la mémoire et l'image de commémoration d'un défunt. Du cyberpunk tout à fait actuel et qui aurait pu se dérouler de nos jours à quelques technologies près. C'était la première fois que je lisais Ken Liu et je suis fascinée par la profondeur des thèmes et des réflexions en si peu de pages. Il va sans dire que maintenant il me faut me procurer d'urgence son hit "le problème à trois corps". Critique détaillé de sa nouvelle à retrouver chez le lutin (il a aussi chroniqué toute la revue ici)

- La dernière nouvelle, "les neufs derniers jours sur Terre" de Daryl Gregory, ne m'a pas emballée. Je l'ai trouvé anecdotique et bien longue.

- Le Bifrost c'est aussi tout un tas de critiques et d'articles. Côté chroniques de livres, ce numéro est très (trop ?) gourmand : 30 pages ! C'était intéressant mais un peu déprimant (ce n'est pas dû tant à la revue qu'aux publications actuelles qui se concentrent quand même beaucoup sur dystopie et post apo à mon humble avis). Côté articles proprement dit, la rubrique scientifiction nous parle des sursauts gamma à partir du roman "Diaspora" de Greg Egan. Le principe, de voir si ce qui est raconté dans un roman tient la route scientifiquement, m'a plu... mais l'article est beaucoup trop complexe et scientifique, allant jusqu'à donner la couleur de la couche culotte du premier sursaut gamma détecté(ou presque lol). Seul la fin m'a intéressé. J'ai aimé aussi l'article focus sur une petite maison d'édition, que je ne connaissais pas, Callidor.

Enfin quelques mots sur l'article "utogate" : j'ai trouvé intéressant d'évoquer la polémique de la redteam dans la revue, par contre je n'ai pas aimé le fait que Lucazeau en profite pour tirer à boulet rouge sur Damasio, et je ne suis pas du tout d'accord avec lui qui estime que la SF doit être séparé de la politique. Je pense que la SF est politique par nature (notamment vis à vis des questionnements de la place de l'homme dans la société), et c'est pour moi ne rien avoir compris à la SF que d'affirmer le contraire.

Conclusion : une revue très intéressante, complète, avec un gros coup de coeur pour la nouvelle de Ken Liu. Dommage malheureusement que je n'ai pas accroché aux autres nouvelles (c'est le jeu ma pauvre Lucette !). Je songe à m'abonner.

Publié dans livres et films SFFF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article