Encore un peu de séries TV : Osmosis, Sense 8, au fil des jours, Wu assassin, Manifest

Publié le par Lael Marguerite

Aujourd'hui au programme : deux séries de SF et une comédie, assaisonnées de trois séries fantastiques. A table !

Osmosis : et si on pouvait connaître son grand amour avec certitude ?

Encore un peu de séries TV : Osmosis, Sense 8, au fil des jours, Wu assassin, Manifest

Sortie l'année dernière, cette série Française de SF partait sur un chouette concept (basé sur une websérie d'Arte) : et si on pouvait connaître le nom de la personne qui est notre grand amour avec un simple implant connecté à une sorte de Meetic2.0 ? Est-ce qu'on le ferait ? Quelles en seraient les conséquences ?

J'ai vraiment aimé le sujet. La série le traite sous deux aspects : on suit d'un côté les betatesteurs, de l'autre les difficultés pour la sortie de l'application auprès du public. La série est plombée par ce deuxième côté, qui prends toute l'antenne : entre l'univers mal géré et le secret hors sujet entourant le frère et la soeur qui conçoivent Osmosis, ça pourri tout. Mais s'il n'y avait que ça. A part le personnage de Niels qui m'a intéressé car il sortait un peu des sentiers battus, la série est hyper mal écrite, bourrée de clichés et trop dans l'excès (d'ailleurs les acteurs surjouent à mort en permanence). Surtout, elle est française dans ce qu'il y a de mauvais dans la production de notre pays. J'entends par là des personnages qui sont toujours sur la défensive voir agressif on ne sait pas pourquoi, quand ils ne sont pas déprimés et abattus (histoire de changer). Et bien sûr ils parlent vite, mâchant leurs mots et marmonnant tout bas au point que c'est incompréhensible. C'est horripilant.

Osmosis est une série raté, qui heureusement ne fait que 8 épisodes : c'est dommage parce que l'image est belle et que les thèmes de fond sont passionnants. A voir uniquement pour suivre les bêtatesteurs et les dilemmes que cela pose dans leurs vies, si vous avez le courage (ou si vous aimez les séries françaises, ça doit bien exister lol). 1,5/5

Sense8 : liés pour la vie

Encore un peu de séries TV : Osmosis, Sense 8, au fil des jours, Wu assassin, Manifest

Il s'agit de 8 personnes qui se retrouvent, lors d'un suicide d'une femme, "connectés" : ils peuvent voir, entendre, sentir, à la place de l'autre. Alors ils interagissent dans leurs vies, quand ils ne se font pas poursuivre pour leurs capacités...

J'en ai déjà parlé lors de mon bilan de l'année : Sense8 est dans mon top 2019. Malgré tout c'est un "coup de coeur" à nuancer. Cette série a été un régal à voir dans sa mise en scène, et rien que pour ça, je la recommande : c'est époustouflant comment les transitions entre les différents personnages sont faites, tout s'enchaîne, se mélange, dans une cohérence parfaite. Le visuel est une tuerie. On retrouve dans cette série réalisées par les soeurs Wachowski un peu de ce qu'elles ont fait pour Cloud Altas (en beaucoup mieux ici, c'est dire !). Par moment la poésie prend le dessus sur leurs drames quotidiens, notamment dans la célèbre scène d'orgie. Là dessus, j'ai été très surprise au début avec un gros plan de quéquette et des scènes de sexes ultra explicites, mais au final j'aime beaucoup le message qui traverse toute la série. Il pourrait se résumer ainsi : le sexe fait partie de la vie, tout comme le sang, y'a pas à en avoir honte. Je spolie un brin mais en parlant de sang, vous verrez des accouchements bien réaliste aussi, et toujours dans cet état d'esprit "c'est naturel alors acceptez".

Cela rejoint l'autre point très important et un vrai plaisir dans la série : celle d'une diversité totale dans les origines géographiques et de choix sexuels, et une telle diversité ça fait juste du bien. Surtout dans le traitement des personnages qui est bien foutu : je me suis rendue compte au bout de quelques épisodes que j'avais complètement oublié que Nomi était une transsexuelle, car je voyais surtout une femme qui se bat, qui vit. J'ai tout simplement adoré quand à un moment dans la série ils disent "on est au 21ème siècle maintenant alors lâchez nous la grappe avec ça."

Et si la série présente deux aspects, avec d'un côté un fil rouge avec une menace pour leurs vies, et de l'autre la vie de chacun, c'est nettement ce deuxième aspect que j'ai préféré. Les thèmes abordés sont tous traités avec justesse. Bref tout ça c'est super positif, mais comme je disais pas un coup de coeur pour autant : peut-être parce que certains trucs ultra violent (notamment côté Afrique) ont fait que je suis resté en retrait de la série, je n'ai pas été si touché que ça émotionnellement, et surtout j'ai trouvé le fil rouge hyper bateau et assez incompréhensible par moment (surtout en saison 2). Je n'ai pas non plus accroché au côté "je fais ma justice moi même" présent par moment. Enfin le côté "la drogue c'est cool" m'a un peu dérangée, surtout dans la saison 2 où l'un d'eux devient drogué sévère pendant plusieurs mois mais c'est à peine s'ils parlent d'addiction et de sevrage.

Sense 8 est au niveau réalisation, mise en scène, image, un pur bijou à ne pas louper. C'est aussi une série qui fait du bien par de jolis messages sur la diversité et l'acceptation de chacun avec ses différences. Mais elle a un fil rouge cliché et sa violence est fatigante.

(et puisque je parle de Sense8, on a tous la chanson "what's up" dans la tête n'est-ce pas :D ? On est peut être dans le même cercle qui sait :D) 4/5

Au fil des jours (One day at a time) : une comédie latine péchue

Encore un peu de séries TV : Osmosis, Sense 8, au fil des jours, Wu assassin, Manifest

Il s'agit d'une comédie suivant les péripéties (et facéties) d'une famille d'immigrés cubains en Amérique. J'ai aimé leur excentricité, la confrontation des générations (entre la grand-mère, la mère et la fille il y a un monde) et le fait qu'ils parlent très souvent de sujets graves de société. Parfois cela tourne en débat un poil long mais c'est toujours intéressant.

L'exploration du fait que la mère était soldat laisse parfois un peu à désirer, la série fait preuve même d'un patriotisme assez étonnant, même si elle parle bien du Syndrôme Post Traumatique. La série évoque aussi plus généralement les crises d'angoisses et la dépression (un peu trop résumé à "on prends des médics et ça va mieux" mais bon, déjà y'a un pas de franchis et c'était intéressant).

Deux/trois épisodes sont indispensables à propos du sexisme, surtout le deuxième de la saison 1, épique. Alex m'a tué, il ne dit qu'une chose à la fin, mais quelle chose : "heureusement que ces histoires de sexisme ça ne me concerne pas vu que je suis un homme". il n'a pas tout compris mdr

Enfin difficile de parler de la série sans spoiler un peu sur le fait qu'un des personnage fasse son coming out et que par rapport à son âge c'est du jamais vu dans une série. C'était très bien réussi, j'ai beaucoup aimé les réactions de la famille (sauf la grand mère, c'était un peu facile).

note 1 : dommage qu'ils parlent parfois en espagnol et que cela ne soit pas traduit ! Ils se la jouent "on ne discrimine pas" mais là dessus ils devraient revoir leur copie.

note 2 : J'ai eu juste un peu de mal avec la condescendance amusée avec laquelle ils traitent le proprio blanc lorsqu'ils parlent de racisme. C'est sûr que son histoire d'immigré canadien prête à sourire, cela dit une souffrance reste toujours violente pour celle qui la vit, même si elle parait insignifiante face à d'autres souffrances.

One day at a time est une comédie sympathique. C'est plaisant de suivre la famille Alvarez et les sujets abordés sont intéressants : c'est typiquement ce que j’appelle une série d'utilité publique. Malgré tout ce n'est pas un coup de coeur. 3,5/5

Vu aussi :

- Wu assassin (2009) : du fantastique poussif et cliché avec un cuisto dans chinatown (de je ne sais plus quelle ville américaine) qui découvre qu'il a des supers pouvoirs et doit lutter contre des assassins surnaturels. De l'action avec des effets spéciaux bof, la série est mieux réussis dans son aspect contemporain "mafia à chinatown" que fantastique, mais dans l'ensemble ça ne vole vraiment pas haut.  2/5

- La saison 1 de Manifest. Des passagers d'un avion qui font un brusque saut dans le temps, pourquoi pas. Sauf que l'histoire tourne principalement autour d'un frère et d'une sœur qui sont assez insupportable. La série se répète inlassablement, d'épisode en épisode, ça n'avance pas, c'est mélo, et les enquêtes sont particulièrement ridicule (Charming en pseudo espion c'est d'un comble ! Non, milles fois non. D'autant que sa sœur flic ben c'est pareil je ne sais pas comment elle bosse mais c'est n'importe quoi aussi. ) J'ai été au bout de la saison mais c'est inutile de s’infliger ça : passez votre chemin. 2/5

- La saison 4, ultime saison de Nowhere boys. Fantastique cheap. Voir ma chronique sur la série. Note de la saison 2/5. J'ai rit au dixième degré tellement c'est navrant et amateur sur tous les plans. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article