[livres SFFF] Mes quelques lectures du confinement : du space op avec Vorkosigan, de l'invasion alien humoristique, de l'uchronie mythologique, et un peu de prospective (partie 1 sur 3)

Publié le par Lael Marguerite

Le confinement n'a pas changé grand chose à ma vie puisque je ne travaille pas et je ne sors presque pas de chez moi, mais cela m'a motivé à lire et ça c'est bien ! J'ai donc pioché quelques titres au hasard dans ma PAL, visant la diversité. Ai-je eu la main heureuse ?

[livres SFFF] Mes quelques lectures du confinement : du space op avec Vorkosigan, de l'invasion alien humoristique, de l'uchronie mythologique, et un peu de prospective (partie 1 sur 3)

L'apprentissage du guerrier, la saga Vorkosigan, de Lois McMaster Bujold

 

1986 - SF space opera

Miles est le fils du comte de Barrayar, mais c'est aussi une personne de petite taille aux os fragiles. Dès lors, comment servir son empereur ? Alors que son amour d'enfance, Elena, émet le souhait de retrouver sa mère, Miles part avec elle d'aventures en aventures. Il trouvera peut être en chemin à donner sens à sa vie.

C'est la première fois que je lis la saga de Vorkosigan, qui m'a été conseillée par une blogopote, Blop. Au début j'ai eu un peu de mal car la société sur Barrayar à quelque chose de moyen-âgeux dans son principe de seigneurs, me donnant le sentiment de lire de la fantasy. Mais finalement le principe d'hommes d'armes et de serments auprès des seigneurs est plutôt bien utilisé dans le récit, donnant une nuance fantasy que j'ai apprécié dans ce space opera qui reste dans les codes du genre, avec vaisseaux spatiaux et guerres interplanétaires. J'ai eu un peu de mal aussi avec le prétexte de début pour que Miles vive des aventures, soit je n'ai pas compris un truc soit c'est mal foutu : il rencontre des gens et veut les aider à tout prix quitte à se mettre en danger, j'aurais aimé par exemple qu'une anecdote me dise sur le chapitre précédent que c'était l'un de ses traits de caractères. Bref, la mise en route a été délicate donc, mais j'ai apprécié ensuite découvrir Miles et ses mercenaires Dendarii, le livre est alors un vrai page-turner. Elena se révèle plutôt surprenante et j'ai aimé son évolution. J'ai aussi bien aimé Miles, surtout parce que j'adore ce genre de personnage stratège diablement rusé. Bref j'ai aimé. Jusqu'à une fin qui m'a laissé un peu perplexe : d'abord j'étais frustré de ne pas assister à l'assaut final, et ensuite ces derniers chapitres avec l'intrigue politique de Barrayar tombe un peu trop comme un cheveu sur la soupe pour que je réussisse à m'y intéresser. Enfin je dois dire que j'ai eu un peu de mal à suivre avec tous les personnages du bouquin, il y en a quand même une dizaines d'importants, j'ai fini par faire une liste. Je n'étais peut être pas assez attentive, mais j'ai pas tout capté de la situation politique avec les oserans, felicians et je sais plus qui - ce qui est un peu dommage vu que c'est le sujet du roman ! Bon cela dit ça se lit très bien quand même, je me suis laissée entraîner à la suite de Miles. Je conseille malgré tout d'être attentif dans cette lecture, et de ne pas tarder entre chaque chapitre.

En conclusion c'est un bon page-turner. Un space opera se concentrant sur un tacticien hors pair c'est le genre qui me plait bien. Reste qu'à mes yeux cette lecture a manqué d'un petit plus, en émotion, en scène marquante que sais-je, pour vraiment monter dans les sommets. Et les deux-trois défauts cités m'ont un peu gâché le plaisir. En tout cas l'écriture était plaisante à lire, et ça a été ma meilleure lecture du confinement !

Je retournerai un jour auprès de Miles puisque j'ai Komarr dans ma PAL (et que les tomes de cet univers sont faits pour être lus indépendamment) 3,5/5

Autre critique chez albédo (attention quelques spoilers)

[livres SFFF] Mes quelques lectures du confinement : du space op avec Vorkosigan, de l'invasion alien humoristique, de l'uchronie mythologique, et un peu de prospective (partie 1 sur 3)

pardon, vous n'avez pas vu ma planète ? de Bob Ottum

 

1972- SF

Un extraterrestre est envoyé sur Terre pour une mission d'infiltration en vue de préparer « l'invasion » de la planète. Pour cela, on lui fabrique un corps artificiel qui réservera bien des surprises. Il se fait engager au Time, où il doit s'assurer que le message radio des siens est bien reçu et traduit. Mais d'innombrables obstacles se dresseront sur sa route par pure malchance. (résumé Wiki)

Ce livre se veut humoristique, mais je ne l'ai pas trouvé drôle. Cela dit il est léger et le ton est agréable. Le problème c'est qu'en dehors du ton léger, ce livre m'a paru particulièrement vide. Je suis passée à côté de la parodie de la vie éditoriale du Time, ne retenant qu'une scène de vie très Sex drugs and Rock'n'roll (le Rock en moins) avec la fête dans l'appartement où le héros doit se battre pour se déplacer parmi l'océan d'amas humains. J'ai été agacée par les multiples répétitions, sur la même page ou dans la scène, conjugué bien souvent à des illogismes du genre une personne qui a un papier ou un cigare dans la bouche mais qui parle normalement... Le pire c'est un moment où le héros dit ce qu'il doit faire, puis on nous décrit inutilement l'action en question ! On repassera aussi sur le running gag de l'ordinateur qui parle en majuscules, faisant sourire une fois mais agaçant aussi beaucoup (au moins le roman se lit vite avec autant de pages en majuscules). Enfin n'attendez rien de l'intrigue, puisqu'on ne saura jamais ce que viennent réellement faire ici les aliens (on ne peut que les croire sur paroles). Pour conclure, je ne parlerais pas de la couverture provocante qui n'a rien à voir avec le récit, si ce n'est que les femmes sont réduites à des femmes objets dans le texte ! Elles sont peu présentes, et uniquement pour la drague et le sexe, et si compréhensive vous voyez... Le livre retranscrivant l'ambiance paternaliste de l'époque on ne peut pas dire que ce soit étonnant (j'avais l'impression parfois d'être devant de vieux films type james bond en terme de comportements des personnages).

Donc un livre détente, pas prise de tête, qui peut faire sourire... mais vieillot et pas franchement intéressant. A lire uniquement si on n'a rien d'autre sous la main. 2/5

***

Voilà, pas de coup de coeur cette fois-ci (mais je suis difficile).

La semaine prochaine on parlera uchronie mythologique en Égypte et on fera un peu de prospective, ou plutôt de l'archéo-prospective, vers 2010 !

Publié dans livres et films SFFF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stéphane 09/05/2020 09:49

Salut,

A propos de la Saga Vorkosigan, ce qui pousse Miles c'est de prouver qu'il est à la hauteur, qu'il peut gagner, ce n'est pas aider les gens. Il va risquer sa vie pour prouver sa valeur, de manière consistante, c'est un point important.

A propos de Komarr, bien qu'effectivement tous les volumes peuvent être lus comme standalone, je conseille de lire au moins brother in arms, mirror dance et memory pour avoir les éléments de background et ne pas se poil certains gros twists. (et comme komarr est en fait la première de A Civil Campaign, il faudrait aussi faire connaissance avec Cordelia pre-miles avec Shards of Honour et Barrayar, probablement)

Lael Marguerite 09/05/2020 20:16

Merci pour ce long commentaire et cette explication pour Miles en effet. Après je n'ai pas assez accroché pour lire toute la série donc tant pis si ça me spoile. Si par contre je ne comprends pas bien car il me manque des éléments là c'est plus embêtant.

Deslacs 09/05/2020 09:13

J'adore la série, et je viens d'ailleurs de finir l'avant dernier tome sorti
Je pense que c'est d'autant plus difficile de commencer par ce tome, que c'est une saga, une série familiale, où l'on évoque sans cesse des personnages d'autres tomes. Or, ce tome-ci, c'est le 3e voire le 4e de la série (selon si on ajoute ou pas les nouvelles liées à l'univers)

Lael Marguerite 09/05/2020 20:17

Hello merci pour ton message ! Alors en soit je n'ai pas été gênée dans ce tome de ne pas plus connaître les parents de Miles.