Imzadi [roman Star Trek] [critique éclair]

Publié le par Lael

Roman Star Trek The Next Generation

Auteur : peter David

collection Fleuve Noir n°39 (trouvable en occasion)

Space opéra, romance

Lu dans le cadre du Summer Star Wars

 

book_cover_star_trek___la_nouvelle_generation__-_tome_39___.jpg

Ils pensaient avoir tout le temps devant eux. Lorsqu'ils ne serviraient pas à bord du même vaisseau, ce sera plus simple. Et puis le drame est arrivé, Daenna est morte. Will ne se le pardonne pas, et quarante ans plus tard, essaye encore de comprendre ce qui s'est passé. Data, de son côté, étudie le Gardien et son vortex temporel.

 

Ce roman, vous l'aurez compris, se focalise sur le ship* de Star Trek TNG, à savoir la relation entre Daenna et Will. C'est un peu l'histoire qui manquait à la série, cette dernière n'ayant jamais pleinement exploité cette relation. Pour cela, j'ai vraiment apprécié l'apport du livre. J'ai notamment aimé toute la phase flash-back qui raconte leur rencontre sur Betazed.

Pour une fois on évite l'histoire à l'eau de rose torchée en cinq minutes : l'auteur explore à fond les personnages et leurs psychismes, il détaille avec art ce que chacun a trouvé en l'autre. Parce que Daenna et Will, ce sont des opposés qui s'attirent par leur complémentarité. Si Will, lieutenant de Starfleet, flash sur la Betazoïde par son physique, il apprend à aimer son esprit. Quand à Daenna, étudiante en psychologie et empathe, habituée à tout contrôler et analyser par la logique, elle se laisse prendre au jeu "d'étudier" la psychologie "primitive" et intuitive du lieutenant, et apprends à laisser parler parler son instinct - et son corps XD

 

En fait c'est assez marrant de voir que le côté si "émotionnel" et intuitif de Daenna, tel qu'elle le montre dans la série, lui vient ainsi de sa rencontre avec le jeune homme. Cela explique aussi la transition qui s'effectue en elle lorsqu'elle passe de jeune fille obéissante qui a son destin tout tracé d'avance, à celle de Conseiller qui s'engage dans Starfleet, loin de sa planète et de la dictature de sa mère (bien que cet aspect aurait pu être plus exploré qu'il ne l'a été dans le roman).

 

Côté forme maintenant, c'est un livre qui se lit vite et bien, ancré dans l'action et un traitement simple de l'histoire. J'ai eu par moment l'impression de lire une bonne fanfic** (ce que c'est dans le fond), par super recherchée dans l'écriture mais qui reste très correcte. Par contre j'ai bien aimé la structure du livre qui nous emmène avec art du passé au futur (et pourtant d'habitude je n'aime pas les flash back, mais là c'est super bien géré). Le contraste entre le jeune Will et le vieux grigou désabusé qu'il est devenu était vraiment original et intéressant.

 

Enfin, je signale que ce livre est fait avant tout pour les fans : il y a plusieurs références à TOS et TNG qui ne sont pas explicités (ils auraient au moins pu mettre le titre de l'épisode en note de bas de page) et ce roman spoile un peu sur la série, mieux vaut donc le lire après ! 65254762

 

Bref, cette histoire est un complément indispensable à la série. Un bon divertissement que je conseille aux fans. Dommage malgré tout que ce genre de livre n'ai pas un niveau d'écriture plus littéraire disons. 4/5

 

Note, attention spoiler sur la fin: par contre je n'ai pas compris le comportement de Data à la fin. Je sais bien que c'est une machine, qu'il voulait protéger le continuum, mais j'ai trouvé ça bizarre. Data, c'est plus qu'une machine, rajoutez à ce qu'on connait quarante ans d'évolutions... et pourquoi sauver un continuum qui a dégénéré ?

 

Note 2 : c'est un "super star trek" (ce qui m'a fait beaucoup rire) parce qu'il est deux fois plus gros que les autres Fleuve Noir : 381 pages !

 

CITRIQ

 

*relation amoureuse entre personnages, souvent contrariée, d'une série TV

** fanfiction : une histoire écrite par un fan, reprenant le contexte, l'ambiance et/ou les personnages, d'une fiction (série, jeu, film etc)

Publié dans star trek

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cultiste 30/07/2012 06:15

Oh alors ça c'est méchant, dire que l'écriture de Peter David est du niveau d'un bon fanfic. Pour sa défense, la traduction, comme souvent chez Fleuve Noir n'est pas exceptionnelle et le style
d'écriture très léger et direct passe souvent mal dans notre langue. Imzadi est un des rares romans Star Trek considéré comme canon dans l'univers Star Trek. Il a été validé par Roddenberry
lui-même.

Lael 06/08/2012 02:07



je ne savais pas pour roddenberry ^^


oui il y a la traduction sans doute, et puis je suis aussi très exigeante sur la qualité du style de ce que je lis. Quel que soit l'oeuvre, un style fluide bon c'est bien, maintenant je trouve
cela stylistiquement "pauvre". Ensuite y'a le contenu qui arrive à faire oublier ou non ce repas light. J'ai gardé un bon souvenir d'Imzadi notamment grâce à ce contenu, je note juste que le
contenant est fade pour quelqu'un d'exigeant comme moi^^


(oups j'avais pas encore vu ton com "-_- )



The Bursar 27/08/2011 11:54


Mettre les références aux épisodes, ça enlève le plaisir qu'il y a à retrouver l'épisode soi-même. Je suis moins fan des romans qui explorent le passé des personnages.


Spocky 26/08/2011 19:03


Oui c'est vrai que le niveau d'écriture n'est pas toujours très bon, mais pour moi c'est quand même mieux qu'une FanFic. Ce sont quand même des auteurs professionnels qui écrivent ces livres, pas
des fans comme toi et moi. Je trouve aussi que ce niveau c'est amélioré au cours des années. Peut être parce que les plus récents je les lis en anglais, donc forcément un niveau d'écriture simple
me convient mieux.
En tout cas je suis contente qu'il t'ait plus, moi je me rappelle qu'il m'avait aussi beaucoup plus.
Tu penses lire Imzadi II ?


Lael 26/08/2011 23:05



bah ça dépend des fanfics alors lol


Heu non je ne pense pas lire le 2 parce que le trio avec worf ne me botte pas particulièrement (même si, je crois, j'avais trouvé worf étonnament sensible dans l'épisode où il est dans un monde
parrallèle et justement se retrouve en couple avec elle).